Valeurs Mutualiste, le journal de la MGEN (mutuelle des enseignants, engagée à gauche) en son numéro 251 vante l’éducation sexuelle des  enfants en prenant pour exemple l’enseignement à la sexualité dans le canton de Genève de la maternelle à la fac.

Cet enseignement est dispensé là-bas par le service de santé de la jeunesse et est obligatoire aussi bien dans le privé que dans le public, voila donc des débouchés trouvés pour certains fonctionnaires de l’enfance.

Comment vendre une éducation sexuelle obligatoire aux petits, c’est-à-dire comment permettre à des adultes de parler de sexe à des enfants que cela plaise ou non aux familles ?

Valeurs Mutualistes nous refourgue cette prestation malsaine au nom d’une prévention des abus sexuels auprès des 7-8 ans. L’objectif de cet enseignement est là de permettre à l’enfant de savoir vers qui s’adresser en cas de besoin, on comprendra qu’en cas d’atteinte à leur intimité les enfants sont invités à s’adresser non pas à leur famille mais à ces « éducateurs à la sexualité ». Il reste à s’interroger sur la façon dont un jeune réagirait s’il se faisait tripoter par un de ces éducateurs ? Eh oui, puisqu’il n’est pas invité à se confier à sa famille mais à ces gens.

À côté d’un programme consensuel mais non enseigné par ceux qui le devraient, les éducateurs sexuels au nom de la « lutte contre les préjugés et les représentations » quelquefois issus du milieu familial,  expliquent aussi l’homosexualité.

Si de tels enseignements ne sont pas organisés systématiquement par les services de santé et de l’enfance en France, le planning familial intervient souvent dans le cadre de la loi relative à l’avortement et à la contraception, le code de l’éducation prévoit ainsi « une information et une éducation à la sexualité sont dispensés dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d’au moins trois séances annuelles et par groupe d’âge homogène ».

Cette information est sous-traitée le plus souvent à l’occasion d’expositions comme le « Zizi sexuel » pour les primaires et le collège, on y apprend comme on fait les enfants, comment on embrasse, comment on se masturbe.

Le planning familial, rebaptisé Centre de Planification ou d’Education (anti ?)Familiale, aussi est très apprécié dans les écoles puisque, rien que pour l’année 2010, 829 mineurs s’y sont rendus dans le seul département rural du Cher. Les adolescents peuvent y être invités à se faire expliquer la sexualité. Cher Magazine, dans son numéro 30, insiste sur le droit des mineurs à la sexualité en leur proposant de "croquer la pomme en évitant les pépins !". Les assistantes sociales y exercant sont "toutes volontaires pour informer les jeunes et les accompagner dans l’exercice de leur droit à la sexualité". "Ici, les jeunes savent qu’ils ne seront pas jugés mais suivis avec empathie". Pas jugés comme ils pourraient l’être dans le cercle familial peut-être ? Mais ne revient-il pas à la famille de fixer des limites, des repères, et comment permettre à des jeunes de grandir sainement quant il est question de les inciter à "croquer la pomme" et de les accompagner dans une telle démarche ?

L’assistante sociale continue : "Nous assurons aussi les entretiens préalables et postérieurs à l’interruption volontaire de grossesse".

Oui vous avez bien lu, il est possible pour une mineure non émancipée de se faire avorter sans le consentement parental, c’est-à-dire même si les parents refusent ou le plus souvent sans qu’ils en soient informés. Elle devra alors se faire accompagner devant le médecin pratiquant l’IVG par une personne majeure de son choix, le plus souvent un adulte du planning familial, une assistante sociale. L’anonymat est garanti et les frais pris en charge par les contribuables.

Il n’est pas question ici de se positionner sur l’information sexuelle aux mineurs, le recours à la contraception ou à l’avortement.

Mais de mettre en évidence la disqualification de la famille de ces domaines qui touchent à l’intimité, ceci par le biais de lois que l’on saurait qualifier autrement que comme attentatoires à l’institution familiale.

En effet, dans une société saine il n’appartient pas aux agents de l’État de se créer de nouveaux postes pour  parler de sexe et d’orientation sexuelle à nos enfants, encore moins de leur faciliter une prise de décision qui relève de la maturité telle que l’avortement. Pourtant, les créateurs de faux droits, au nom de la protection de la santé et de l’enfance ont créé pour les mineurs un droit à la sexualité  et à la prise de décision irréversible, voila une autre façon de briser des familles, de créer des traumatismes insurmontables sans avoir à en payer le prix car l’ex garde des Sceaux Guigou avait prévu l’irresponsabilité civile des adultes accompagnateurs d’IVG.

About these ads
Commentaires
  1. dan dit :

    Si vous réagissez, ces bien pensants vous parlent de ces "pauvres petites maghrébines" qui risqueraient de se faire tuer par leurs parents (ou le frère ainé). Rassurez-vous, après vous paierez la réparation de l’hymen pour qu’elles puissent se marier vierges. On n’est pas racistes, nos enfants bénéficient de cette infrastructure.

  2. Albert Legrand dit :

    Comme les gamins sont forcément confrontés via la TV aux turpitudes sexuelles de Straus & K,ahn, voire celles imputées à l’honorable monsieur Lang qui "aime" tant les "jeunes", on espère bien que ces cours de « lutte contre les préjugés et les représentations » vont leur expliquer que le véritable coupable est l’"hypocrisie familiale et sociale"… Bienvenue dans le meilleur des mondes, celui où les criminels au pouvir sont innocents, et les innocents qu’ils manipulent coupables…

    • comitecedif dit :

      Ce qui pose problème ici ce n’est pas l’exposition fortuite à des messages sexuels, mais l’obligation pour les familles de faire subir à leurs enfants les conceptions assez particulières d’éducateur "sexuels". Que le service existe soit, mais qu’il soit rémunéré sur fonds publics donc payés par les familles, et qu’il soit imposé en plus aux enfants de ces mêmes familles est proprement scandaleux.

  3. justitia dit :

    Si vous parcouriez les forums, étiez à l’écoute des ados, écoutiez ces mêmes ados aux abords des collèges/lycées (voire dans les magasins), etc, vous ne pourriez que poser le constat que le sexe est encore tabou dans les familles, et bien plus que l’on ne pourrait le penser …
    Il semble normal et logique que les jeunes puissent se "tourner" ailleurs rechercher l’information ou autres.
    La conséquence logique (voire mathématique) est qu’une telle démarche ne peut qu’être forcément attentatoire à l’institution familiale : les ados se détournant de la sphère familiale puisque celle-ci n’est pas à même de répondre à leurs interrogations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s