Au-delà de l’affaire Outreau et de la désacralisation de la parole de l’enfant, ce sont les "expertises de femmes de ménage" et le couple juge-expert qui sont ici remis en cause par Paul Bensussan lors de la commission parlementaire ad hoc.

Une video à écouter avec attention donc :

About these ads
Commentaires
  1. holy777 dit :

    Bensussan le défenseur du SAP qui a envoyé des dizaines de mamans protectrices en psychiatrie ou en prison et cautionné la garde des enfants martyrs exclusivement aux bourreaux…

  2. albertini dit :

    L’EXPERT EST CETTE PERSONNE inscrite au registre de la dass et de la cour d’appel, diplômée à hauteur d’une licence en psycho., mandatée par un jaf ou un j.d.e. AVEC UNE MISSION EN POINTS Détaillés définis par le juge et à accomplir dans un délai mentionné par le Juge. Ainsi celui ci n’a plus qu’à attendre les résultats des courses, quelqu’en soit la qualité et les conditions de l’expertise et la personalité dudit expert.
    A son tour, l’expert va s’assoir dans le fauteuil du juge et va "travailler" la pluspart du temps suivant ses idées préconcues ou pire suivant les rumeurs qu’il aura récolté avant même d’avoir ouvert le dossier.
    En général, le choix de l’expert et les points de la mission qu’il doit honorer indiquent le résultat escompté du magistrat. Autant dire que toute cette esbrouffe est pour officialiser LA FINALITé d’une décision judiciaire calculée.
    L’expert outrepasse sans être sanctionné les dispositions des articles du NCPC relatives à sa mission, à son statut, entre autres, il se permet de dépasser le délai de dépôt de son rapport, de transgresser les réserves dûes à sa fonction, de donner un avis de façon péremptoire sans même respecter la jurisprudence et les droits d’un justiciable.
    Ses entretiens sont d’une durée franchement superficielle pour avoir une vision objective d’une situation : ce n’est pas en voyant une personne une heure qu’on peut prétendre la décrire comme un livre ouvert, sans tenir compte d’un certain contexte qui la conditionne…
    L’expert en civil du moins est un apprenti sorcier qui jette son sortilège suivant le justiciable à abattre, il est renseigné à ce sujet bien avant de recevoir la proie de son tacle…
    Encore une profession à éradiquer en affaire civile car en général un dossier a des moyens assez probants et un juge doté d’une jugeotte qui lui confère le pouvoir de sa profession. dU MOINS THéORIQUEMENT
    expert?Encore un statut à hauteur de celui de l’assistante sociale qui est là pour envoyer des missiles sans ambivalence, phagocytée dans le discours de son staff..POUR DE L’ARGENT; en final . PAS POUR DES PRUNES TOUT ça, alors on l’aura compris, si vous devez subir une expertise, n’ayez ni crainte de l’expert racaille ni la langue pendue pour passer à la confesse devant un abruti qui sait d’avance ce qu’il va faire de vous…

  3. SIRIEIX dit :

    Totalement en phase avec le commentaire d’albertini. Un bémol cependant, il y en a de bons des experts, tout de même, j’en parle en toute connaissance de cause : après le placement de mes enfants, j’ai passé une expertise et une contre expertise, en tout 7 heures d’entretien avec le psychiatre, expert désigné par le juge. Et, surprise, alors que la contre expertise montrait l’absence totale de pathologie, qu’un report d’audience avait été obtenu en attente de cette contre expertise (trois mois tout de même…), le jugement de la cour d’appel occultait totalement ces résultats d’expertise ! Là où l’expert avait, de bonne foi, fait son travail, les juges, sans doute pas contents de n’être pas obéis, maintenaient un placement sans que rien dans le dossier ne les y autorise au sens de la loi !

  4. mag dit :

    Bonjour,

    Je suis un peu perdu dans tout ceci , code déonthologie,associé au code civile peut-ont m’éclairé?
    un JAF a nommé un expert psychiatre un compte rendu de 23 pages a été fait .
    le JAF a rendu un jugement dans ce dernier il y figurait quasi tout les thermes psychiatrique employé dans le compte rendu de l’examen psy qui a été fait, ce qui porte lourd préjudice quand je doit déposer plainte pour non présentation de plus.

    Un recour pour demander le retrait de ces derniers?
    y’a t’il violation du secret médical?

    En vous remerciant d’avance

    Mag

    • comitecedif dit :

      Bonjour Mag,

      Votre question est intéressante et soulève le problème de l’intimité dans la procédure. Lorsque qu’une expertise est demandée les résultats sont souvent cités à l’appui de la décision du juge et se retrouvent alors dans le jugement. Le problème est, effectivement, que les éléments du jugement sont accessibles à ceux qui le demandent et donc les services de police peuvent les lire quand ils réclament la décision de justice relative à la garde pour constater une non-représentation. Tout le jugement ne devrait cependant pas les intéresser, mais seulement le dispositif qui se trouve à la fin et qui expose la décision du juge. Donc non pas de recours possible et pas de violation du secret médical, mais vous ne pouvez donner en copie que le dispositif à moins qu’ils n’insistent ….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s