Coral, l’immonde réhabilitation

Publié: 14/01/2012 dans Pédocriminalité
Tags:, , , , , , , , , ,

La DDASS (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales), ancêtre de l’ASE, avait désigné le Coral comme un de ces « lieux de vie » vers lesquels elle a pu orienter un public de pré-délinquants, d’autistes, de trisomiques et d’handicapés mentaux légers. Le Coral, c’est aussi une expérience d’une collaboration qui débute en 1976 et qui a impliqué des travailleurs sociaux de la protection de l’enfance soucieux de nouveaux modes de gestion pédagogique et thérapeutiques.

Intégré aux néo-ruraux anti-enfermement, les "lieux de vie" sont un mouvement qui a sa revue appelée « Possible » et plusieurs centres appartenant au Collectif des Réseaux Alternatifs (CRA), le Coral est conçu comme une expérience porteuse de libération, celle d’éducateurs « progressistes »  menés par Claude Sigala, également président du CRA. Là bas, on récupère tous les jeunes et on les soigne en considérant que la délinquance, la toxicomanie, la déficience mentale, ce sont des maladies.

Malade aussi un adolescent de 17 ans qui viole à mort un enfant de 11 ans en 1979. Un meurtre sexuel au Coral, une absence de surveillance, rien de plus. Vraiment ?

Toujours est-il qu’au secrétariat d’Etat à la famille, le Coral et le CRA en général sont très bien vus, il est question de les intégrer à la DDASS, un dossier à ce sujet est remis à Georgina Dufoix. Mais les pratiques du Coral vont aussi enthousiasmer un public interlope attiré par le retour à la nature et le rejet de toute décence, on ne semble donc pas soigner la pédophilie au Coral. Il se dira d’ailleurs de plus en plus que des personnalités aient fait de cette  communauté autogérée, installée à Aimargues dans le Gard, un lieu de villégiature et débauche pour des pulsions contre-nature. On entendra aussi parler de pensionnaires fugueurs recueillis dans les environs, leurs récits sont particulièrement évocateurs, enfin alertés, des parents portent plainte pour actes pédophiles.

Le 13 octobre 1982, la gendarmerie fait une descente au Coral. Le juge Michel Salzmann décide d’y inculper l’éducateur fondateur du lieu de vie, Claude Sigala, un autre éducateur, Jean-Noël Bardy, mais aussi le médecin psychiatre, Alain Chiapello.  Ultérieurement c’est un professeur d’université, René Schérer, favorable à l’abaissement de l’âge du consentement aux relations sexuelles, qui est inquiété. Puis, un éducateur stagiaire, Jean-Claude Krief en fonction entre noël 1981 et février 1982, est aussi arrêté pour une affaire délinquance économique. Mais il a des révélations à produire sur des pratiques bien plus graves que ses petites escroqueries.

Jean-Claude Krief parle d’une pédagogie à base de pédophilie, d’enfants confiés par les services sociaux et objets de pratiques immondes, ainsi que  d’un trafic de photos pornograpiques mettant en scène des enfants. D’ailleurs des pédocriminels seraient invités à se « défouler » sur les handicapés mentaux qui leur sont « confiés ».

L’éducateur Jean-Noël Bardy s’explique,  il reconnaît des activités sexuelles avec une pensionnaire, ajoutant que « cette liberté sexuelle faisait partie d’une thérapeutique nouvelle ».

La honte, l’horreur, les enfants pris à leurs parents surtout si ils sont handicapés, voila des proies idéales pour les théoriciens des thérapies sexuelles. Tout le réseau des lieux de vie est inquiété, le directeur de la revue Possible détient d’ailleurs sa collection de photos pédocriminelles.

Plus de 300 personnalités sont citées dans le monde artistique, judiciaire, politique, journalistique, certains sont même mis en en examen, leur point commun : ce sont des personnalités de l’ère Mitterrand.

Mais, pour le pouvoir en place, l’affaire va trop loin. Comme le dira le capitaine Paul Barril, subordonné du Commandant Prouteau, créateur de la cellule anti-terroriste de l’Elysée, en audience publique le 29 avril 1997 : « Je me rappelle qu’on nous avait alerté pour stopper l’enquête sur le réseau pédophile « Coral » à cause des personnalités mises en cause. »

Jean-Claude Krief, qui accusait précisément des personnalités est présenté comme mythomane, il rétracte une partie de ses accusations en novembre 1982. Michel Krief, son frère, est accusé d’être un maître chanteur des politiques. On le retrouvera mort, suicide bien entendu.

Le courageux juge Salzmann dérange, on essaie de le dessaisir pour ce qu’il aurait violé le contrôle judiciaire de Jean-Claude Krief en le laissant aller vérifier en compagnie policière la  présence d’enfants du Coral sur un fichier de photos pédocriminelles au Pays-Bas. Une démarche gênante visiblement, voila que l’on parle du fichier Zandvoort.

Aucune personnalité ne sera condamné, Claude Sigala prendra 3 ans de prison avec un an de sursis pour « attentats à la pudeur sans violence sur mineur de moins de 15 ans. » Il échappera à l’emprisonnement en appel et évoquera un complot politique qui visait le « mode de vie libertaire et autogestionnaire », ben voyons.

On se demande bien si, dans l’affaire du Coral, le pire n’est pas encore à venir puisque le viol des innocents n’a pas été suffisant pour inspirer l’horreur et la condamnation unanime du modèle Coral.

Pour les éducateurs nostalgiques, le Coral c’était un retour aux communauté de village, contre la ville consommatrice et tous les lieux d’enfermements qu’il s’agisse des asiles psychiatriques mais aussi de la famille, notion bourgeoise sur laquelle il convient de cracher !

Le Coral c’est aussi une autre conception de l’enfance qui fait peur et pour laquelle Claude Sigala possède de solides soutiens chez des éducateurs qu’il avait su mobiliser, il précise d’ailleurs qu’en 1982, « il y avait eu une mobilisation intéressante, ça avait remué pas mal de gens conscients du boulot que nous faisions : des parents, des travailleurs sociaux, des individus, des comités de soutien d’un peu partout… »

Le 17 avril 1986, il se confiera lors d’un interview pour le journal d’extrême-gauche « Le Monde Libertaire », sans rien renier de ses principes qui font encore école aujourd’hui : « Et, pour l’opinion publique, ça a été le procès de la pédophilie.
Là aussi, il y aurait beaucoup de choses à dire ; dans la pédophilie, tout n’est pas à mettre dans de sombres histoires perverses, il faudrait y réfléchir et faire un débat de fond. »

Effarant !

Mais encore : « voir dans la pédophilie l’individu qui traque l’enfant pour se le payer est une image réductrice peu ancrée et qui ne correspond qu’à un cas de figure que je crois extrêmement rare. Je ne suis d’aucune manière défenseur de ces pervers-là. Ce qui me semble le plus fréquent, ce sont des personnes qui aiment les enfants, en leur donnant la dimension de la liberté. L’enfant a besoin d’Amour. Aimer, faut-il le redire, n’est pas posséder, c’est au contraire rendre l’autre heureux ».

Révoltant !

Ce son de cloche, il continuait à le propager tout en déplorant d’être moins entendu en 1986 dans sa défense des lieux alternatifs lors de ses interventions dans des écoles d’éducateurs. Il analyse donc l’échec temporaire de son expérience, un simple alea dans ce qu’il convient de définir comme une lutte contre les institutions bourgeoises capitalistes :

 « Nous sommes dans le creux de la vague, et c’est grave car un lieu de vie ce n’est pas un individu, une tête : cela n’a une valeur que si c’est politique, que si cela rentre dans le champ social.
Il faut reconnaître notre erreur et celle du mouvement alternatif en général : nous n’avons pas été capables de nous organiser. Il y a là des problèmes d’individualités, de rivalités, de non-rencontres avec les autres alternatives. Le mouvement alternatif en France n’est pas capable de fonctionner de façon politique, organisationnelle. Même par rapport à notre procès, qui est quelque chose d’infime dans le contexte actuel, j’ai la sensation que dans les lieux de vie, on n’est pas sur la même longueur d’onde et ça c’est dommage. » 

Mais il y croit encore :

« Nous avons le projet de faire de nouvelles rencontres nationales des lieux de vie, afin d’analyser tous ces problèmes et de nous organiser, sur ce qu’est un lieu, par rapport au pouvoir et à la continuité de ces tentatives. Cette rencontre aurait lieu en septembre. J’écris aussi un livre là-dessus, il me permet de m’exprimer, d’analyser ce qui se passe et il pourrait être un support pour rencontrer des gens. En effet, c’est la priorité que je me suis donnée pour le moment : rencontrer, informer le maximum de personnes.
Je me tiens à la disposition des groupes, comités, etc…, qui voudraient organiser une rencontre, une conférence, sur les lieux de vie, l’alternative… »

Et malheureusement il avait bien raison d’y croire : 10 ans après les projets alternatifs se multiplient et les pouvoirs publics y participent. L’association Coral se reconstitue donc en 1992, l’enthousiasme de ses soutiens se manifeste bruyamment. Sigala est une star, il joue son propre rôle au cinéma dans le film « Visiblement je vous aime » , titre de son livre écrit en 1979. Le film sera sélectionné pour le festival de Cannes de 2005.

On a décidément rien compris, rien appris, tout est permis au nom d’expériences « alternatives » à la famille.

Mais attendez, il y a pire encore dans « Lien social, l’hebdomadaire du social fait par et pour les travailleurs sociaux »

Sous le titre : « les lieux de vie : de l’utopie à la reconnaissance institutionnelle », l’hebdomadaire des travailleurs sociaux remarque que les lieux de vie, dont le Coral fut un modèle emblématique, « voient leur spécificité respectée et intègrent de plein droit le dispositif de l’action médico-sociale ». On parle bien là du modèle post soixante-huitard des CRA de Claude Sigala, avec le rassemblement, selon les termes cités « autour de valeurs comme le partage, l’amour, la fête ».

Ce modèle est donc bien intégré à l’action médico-sociale par la loi de 2002-2 et son décret d’application de décembre 2004. Certes on pourrait concevoir que les lieux de vie puissent permettre une solution intermédiaire entre l’enfermement du foyer et la famille d’accueil, mais le modèle tel qu’il a été conçu avec l’absence de repère d’autorité et la promiscuité revendiquée est une aberration qu’il convient de condamner, surtout lorsque son promoteur reste Claude Sigala qui se réclame encore « de l’expérience révolutionnaire des lieux de vie (qui) allait faire tâche d’huile et transformer la société ».  Claude Sigala est présent et consulté aux côtés de ceux qui supportent son parrainage tout en se revendiquant de l’aide sociale à l’enfance.

Mais de quelle aide sociale à l’enfance parle-t-on dans ce pays ? Que font ils des enfants enlevés et confiés à des pervers dont les convictions et appétits n’ont pas changés ?

Voila donc ce que l’on lit dans le journal des travailleurs sociaux, de ces pseudos révolutionnaires de la pouponnière collectiviste auxquels les lois donnent les moyens de disposer de nos enfants et des éléments les plus faibles de notre société.

Voila donc sur Internet, ceux qui font de la publicité pour les conférences de Claude Sigala : http://luttennord.wordpress.com/2009/03/31/conference-debat-sur-les-lieux-de-vie-avec-claude-sigala-mercredi-1er-avril-a-18h30-a-l%E2%80%99ees/

Nous ne pouvons pas accepter que la situation se pourrisse davantage. Vous avez envie de vomir vous aussi alors lisez ce voeux écoeurant  :

Le sexualité puérile est encore un continent interdit, aux découvreurs du XXI siècle d’en aborder les rivages…"

Jack Lang, Gay Pied, le 31 décembre 1991.

Nous y sommes … presque, mais nous ne le tolérerons pas !!!

About these ads
commentaires
  1. http://www.eurowrc.org/01.eurowrc/06.eurowrc_fr/canada/36.fr_canada.htm sur le garçon invisible, garçon non reconnu même par les féministes, ce qui témoigne de leur perversité

  2. J’ai déjà vomi depuis bien longtemps après avoir lu certain article sur nos irréprochables, juge corrompu, réseau pédophile, franc maçon, les sectes dont ont parle peu parce que trop protéger.

  3. Berberian dit :

    LA HONTE coral LA GROSSE HONTE, je vous remercie de dénoncer cela !

  4. [...] Après tout, les lieux de vie du type Coral ne sont-ils pas des lieux où se créent, se maintiennent et s’exploitent des états de sujétion conduisant à des dommages pour les enfants et leur famille ? (http://comitecedif.wordpress.com/2012/01/14/coral-limmonde-rehabilitation/) [...]

  5. Ingeveld Aimée. dit :

    Coral est devenu ESPOIR et est géré par le magistrat d………….

  6. [...] Les autorités françaises ont donc laissé s’installer Polanski bien gentiment sur leur territoire et refusent son extradition du fait de sa récente nationalité française. Roman Polanski continue donc sa carrière de cinéaste sans le moindre ennui avec la justice française. Nous sommes à la fin des années 70 et à l’époque de futurs ex-ministres français se préparaient à pétitionner pour une ouverture à la pédophilie, un éducateur futur député européen écrivait qu’il se faisait ouvrir la braguette par des enfants sans que l’on ne s’en offusquât plus que cela. Le Coral allait bientôt déployer ses activités. [...]

  7. edravaled dit :

    De tous temps politiques et magistrats ont défrayé les moeurs se payants petits garçons ou petites filles.Les ballets bleus ou roses ne datent pas d’aujourd’hui.La roue ou le bucher seraient un excellent moyen de leur calmer les parties sensibles!!.Du reste je pense que nous y retourneront un de ces jours,ou du moins ,je l’espère.

  8. Je ne m’étonne plus. Il faut aller sur le Lien Social pour prendre connaissance de leur "philosophie". Lire les critiques des livres choisis, c’est édifiant:
    http://www.lien-social.com/spip.php?article2525&id_groupe=4

    • comitecedif dit :

      Merci de votre commentaire et de ce lien tout à fait intéressant sur le magazine des travailleurs sociaux, leur voix officielle en quelque sorte. Effectivement le livre proposé intrigue, il serait tout à fait inquiétant que derrière la question se profile une remise en question du caractère criminel de la pédophilie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s