Articles Tagués ‘élections présidentielles en France’

Dans la mesure où aucun des grands candidats n’a établi de dialogue constructif avec nous, je me suis permis d’examiner leurs professions de foi afin d’établir les points positifs et négatifs des programmes dans le domaine de la protection de l’enfance et de la famille.

On pourra s’étonner de ce que peu de points soient directement en rapport avec la défense de l’enfance, des familles, de l’individu. A vrai dire, ces points-là ne les intéressent pas trop.
On relèvera aussi qu’il y a plus de points négatifs que positifs, la plupart des candidats sont donc objectivement des ennemis de l’institution familiale. Tous les candidats ne sont pas cités, leur profession de foi n’était pas suffisamment claire et j’avoue n’avoir pas eu le courage de lire l’intégralité de leurs programmes, mais si le cœur vous en dit …


 Points positifs


Détacher les policiers des tâches inutiles (Eva Joly)
Nous ne serons pas forcément d’accord pour définir ces tâches inutiles.


Je demanderai de concentrer la moitié du temps scolaire à l’école primaire sur la langue française, la lecture, l’écriture et le calcul (François Bayrou)
Augmenter de 9 heures à 15 heures par semaine les cours de français en primaire (Nicolas Dupont-Aignan)
Enfin, cela veut dire qu’aujourd’hui plus de la moitié du temps scolaire en primaire relève plus de la garderie que des apprentissages fondamentaux.  Mais cela doit être voulu puisque le programme de Mélenchon propose l’école obligatoire jusqu’à 18 ans, soit l’âge où enfin nos enfants seront censés être capables de lire, écrire et compter ?


Deux millions de familles propriétaires supplémentaires en 5 ans grâce à des prêts garantis à 30 ans par l’Etat (Nicolas Dupont-Aignan)
Ceci permet de responsabiliser les familles plutôt que de les installer dans une dépendance de locataires en cité.


Je lancerai un plan de prévention du suicide des jeunes (Nicolas Sarkozy)
Positif s’il s’agit de mettre en évidence les risques accrus pour les jeunes en situation de placement ou de privation familiale par maltraitances institutionnelles.
Négatif s’il s’agit de déterminer de nouvelles missions pour les services de la « protection de l’enfance » et de décider d’une situation de mineur en danger en fonction d’une crise de spleen adolescent.


Points négatifs


Soutenir l’économie sociale et solidaire (Eva Joly)
Je soutiendrai l’économie sociale et solidaire (François Bayrou)
Cette fameuse économie sociale et solidaire est un fourre-tout dans lequel on peut aussi trouver ces fameuses structures associatives qui vivent des placements et visites médiatisées. Pas un sou de plus pour eux avant de réaliser un grand audit sur leurs activités.


Je défendrai le rôle des corps intermédiaires, syndicats et associations (François Bayrou)
Les syndicats plus particulièrement dans les services de la protection de l’enfance et dans la magistrature défendent systématiquement les mauvaises pratiques et empêchent toute évolution dans le bon sens, ce sont des corps corporatistes et conservateurs, il faut au contraire les casser pour avancer.


Garantir l’indépendance de la justice (Eva Joly)
La candidate est une ancienne juge bien connue, qui a aussi été juge des mineurs, un peu de conscience de sa part l’aurait amené à reconsidérer cette justice-là. Mais non son seul souci c’est l’indépendance de la justice, donc sa seule responsabilité devant le CSM. Quand on connaît l’issue de nos demandes auprès du CSM on réalise qu’Eva Joly réclame la totale irresponsabilité pour ses anciens collègues ! Les magistrats ne doivent pas être indépendants mais contrôlés par le peuple et ses représentants ainsi que l’affirme Jacques Myard (http://comitecedif.wordpress.com/2012/02/08/le-csm-nest-pas-le-representant-du-peuple/). Plus loin Eva Joly demande que les élus condamnés pour corruption soient rendus définitivement inéligibles. Fort bien, mais cette mesure devrait aussi valoir pour les magistrats comme dans le cas du juge Pichoff (http://comitecedif.wordpress.com/2011/04/10/corruption-passive/).


Recruter et former 20 000 enseignants (Eva Joly).
Créer 60 000 postes dans l’éducation (François Hollande)
Nous sommes là dans la logique du toujours plus et pas de l’augmentation de la qualité des services, ce n’est pas des enseignants qu’il faut recruter, c’est une école qu’il faut réformer afin de donner toute leur place aux parents et à la fin de la baisse du niveau qui conduit des jeunes à l’échec et à l’assujettissement social.


Réformer la carte scolaire pour assurer la mixité sociale (Eva Joly)
En clair Eva Joly veut revenir sur la tendance qui permet aux parents de choisir l’école où ils veulent scolariser leurs enfants. Toute limitation des choix des parents est incompatible avec la responsabilisation des familles.


École obligatoire de 3 à 18 ans (Jean-Luc Mélanchon)
Alors là c’est le pompon, quel intérêt pour les jeunes de suivre une scolarité jusqu’à 18 ans plutôt que de choisir une voie professionnelle s’ils le souhaitent, devra-t-on suivre une formation jusqu’à 20 ans pour être mécanicien auto ? Pourquoi contraindre les enfants à la maternelle dès trois ans si ce n’est pas le choix des familles ? Les enseignants doivent-ils de plus en plus jouer les nounous et se substituer au rôle éducatif des parents ? Une telle proposition est scandaleuse et n’a pour objet que d’encadrer davantage nos jeunes hors du milieu familial, mais surtout cette proposition a pour objet de créer de nouveaux emplois publics. La même démarche vaut d’ailleurs pour les services de la protection de l’enfance, là où la FSU (communiste) bousille impunément des familles.


Construire 2,5 millions de logements sociaux (François Hollande)
150 000 logements sociaux seront construits (François Bayrou)
Il y a déjà trop de familles entassées dans des cités et déresponsabilisées par le tout-social. Ce qu’il faut c’est au contraire permettre à ceux qui habitent dans ces logements de s’en rendre propriétaire s’ils paient des loyers depuis longtemps. Le respect des familles consiste à les responsabiliser et non les marginaliser.

 

Voila, rien de plus.
Xavier Collet