Articles Tagués ‘psychothérapie’

La chasse aux destructeurs de famille est ouverte

La victime de trop

Les patients ainsi abusés ne sont pourtant pas des cervelles de moineaux et sont de tous âges et de toutes catégories sociales. Mais quelquefois la victime de telles thérapies est la victime de trop, celle qu’il n’aurait pas fallu viser.

Si pour une certaine « thérapeute par les couleurs » cette victime de trop était sa propre belle-fille, pour l’humanothérapeute Benoît Yang Ting et sa femme complice, la victime est une avocate du nom de Maître Sophie Poirot.

Maître Sophie Poirot entrera en analyse sur les conseils de son père. C’est ainsi qu’elle croisera le chemin de cette sorte de thérapeute holistique qui  et commencera un cycle de consultations pour surmonter un viol dont elle aurait été victime dans l’enfance. Ce souvenir refoulé aurait été la source de son mal-être qui n’avait rien d’imaginaire. Voila qui justifie de la mise en place d’un traitement lourd à base de stages intensifs et autres séances individuelles pour un total de 238 000 euros.

Seulement voila, un beau jour l’avocate comprendra n’avoir jamais subi ce dont elle pensait se souvenir après être passée entre les mains de Benoît, l’humanothérapeute tripoteur.

La mise sous emprise

Tripoteur oui, et même plus, car si sa patiente n’a pas subi de viol avant de le rencontrer, elle consentira sous emprise à des relations sexuelles avec Benoît Y T après avoir dû revivre des souffrances de viol nue sur un divan de psychothérapeute. On ne sait pas ce que faisait Madame Benoît pendant ce temps.

Évidemment, persuadée d’actes de pédophilie de son père à son endroit, Maître Sophie Poirot va rompre tout lien avec sa famille, mais aussi avec ses amis qui s’étonnent de son comportement. L’emprise peut alors se resserrer par son isolement.

Mais comment a-t-elle pu s’en sortir, puisque comme elle le dit elle-même : « Vous finissez par croire tout ce qu’il vous dit. Une fois que le mécanisme de l’emprise se met en place, vous ne pouvez plus dire non. » ?

Opération Rescue

Il a fallu qu’un homme la sorte de sa torpeur et ose faire face aux menaces, ce qui est finalement arrivée en 2001, alors que le cauchemar avait commencé en 1993, soit 12 ans auparavant ! Cet homme qui l’a extraite des griffes de Benoît Y T lui avait fait réaliser que tous les patients du psy Benoît avaient les mêmes souvenirs de viol. Son sauveur est devenu son mari et celui qui l’épaulera dans l’œuvre de dénonciation de la dérive sectaire dont elle a été la proie. Après des déconvenues judiciaires, il lui faudra encore des années pour que le gourou se retrouve en correctionnelle, accusé d’abus de faiblesse avec complicité de son épouse. Eh c’est que chez ces gens là les saloperies se commettent en couple !

Le courage de l’avocate et de son mari permettront aussi à d’autres langues de se délier : Bernard Toucheboeuf, consultant en management, dira avoir dépensé 750 000 euros en thérapie avec le même Benoît pour avoir vu dans sa vie fœtale l’aiguille à tricoter que sa mère avait introduit dans son utérus pour tenter de le tuer. Le consultant en question racontera aussi que l’humanothérapeute escroc – pléonasme – avait brisé sa famille en le séparant d’abord de ses parents qui l’auraient maltraité dans son enfance. Puis, à partir du moment ou il mettra en doute la parole du gourou, soit 23 ans après, c’est sa femme et sa fille qu’il perdra. Ainsi, son épouse  témoignera en faveur de Benoît Y T et obtiendra la garde de sa fille qu’elle a remis entre les mains du « thérapeute », devinez alors de quoi se souvient la jeune fille ? D’autres victimes se manifestent, malheureusement la prescription des trois ans en matière de délits les empêche d’agir sinon comme simples témoins.

Les modes usuels de défense des endoctrinants 

Évidemment le gourou, bien qu’absent, et son épouse démentent les accusations « atroces et calomnieuses ». Sa femme met en valeur la satisfaction d’autres patients ainsi que leur volonté de n’agir que pour leur bien. Pardi !

Ils utilisent également le procédé d’inversion accusatoire typique des endoctrinants, puisqu’ils s’en prennent au mari de leur victime qui aurait monté tout le monde contre eux. Ce serait d’ailleurs à s’interroger s’ils ne l’accusent pas lui d’avoir monté sa secte ! Ca s’est déjà vu d’ailleurs.

Benoît Y T produit ses témoins de moralité, parmi lesquels un sénateur apparenté socialiste qui vante son engagement social, un psychiatre hospitalier qui n’a rien contre les séances à poil sur les divans.

On imagine déjà la plaidoirie des avocats du couple Benoît  Y T : “Les élucubrations développées par Monsieur et Madame Poirot devant le Juge concernant le fait que Monsieur Benoît Y T aurait “envouté” Sophie afin de lui soutirer de l’argent  … sont d’un ridicule affligent (sic) et pathétique et n’ont été émises par le mari et le père que pour éviter de réfléchir sur leurs propres responsabilités quant au mal être …!!!”

Même si ceci n’est pas dit au mot près on connaît le refrain. La suite consiste à utiliser des précédents contre les accusateurs, les avocats de Benoît Y T  ont ainsi rappelé qu’il avait obtenu un non-lieu dans une procédure antérieure, la justice est souvent mal informée sur la nature de telles phénomènes. Ce qui justifie d’ailleurs lors des audiences, la présence de Maître Jougla, ancien avocat qui se dévoue à la contradiction et au dévoilement des endoctrinants : « Le faux souvenir … permet à un nouveau système de valeurs de se mettre en place et de remplacer l’antérieur. »

Une jurisprudence attendue

Cette fois les magistrats ne semblent pas disposés à se laisser abuser eux aussi, pour le parquet, la procureure  Felici n’hésite pas à parler d’une « couple maléfique » comme on en connaît d’autres, et requiert 18 mois de prison avec sursis et 12 mois de prison avec sursis pour sa femme, outre 100 000 euros d’amendes.

Espérons donc pour ce 12 juin 2012 une condamnation qui fera jurisprudence et comme le précise Claude Delpech de l’AFSI (Association Faux Souvenirs Induits) : « Quelle que soit l’issue du procès, nous avons déjà gagné une chose: la médiatisation autour de ce procès a permis de faire connaître cette pratique. Peut-être que certaines personnes manipulées ou leurs familles pourront se reconnaître dans les témoignages parus dans la presse et s’en sortir. »

On pense bien sûr à l’affaire Iacono, mais pas seulement.

Xavier Collet

Récapitulatif

Nous avons déjà eu l’occasion de nous exprimer par deux fois sur l’injustice criante faite à Christian Iacono cela au nom du peuple français. Nous avons voulu considérer qu’à travers les épreuves de cet homme c’est le système judiciaire français tout entier qui refusait de remettre en cause ses dysfonctionnements.

Gabriel Iacono, son petit-fils était revenu sur ses accusations de pédophilie à l’égard de son grand-père, avec le recul son injonction, disons plutôt conseil pour ne pas avoir trop d’ennuis,  prend tout son sens : « Je me suis lavé des erreurs que j’ai pu commettre. C’est désormais à la justice de faire son travail et de reconnaître les siennes». 

Conseil qui ne sera pas vraiment suivi d’effet, la chose ayant été jugée sur le fond en première, seconde instance et sans erreur sur le droit.

La procédure vous dis-je !

Le respect du contradictoire, le double degré de juridiction, l’examen quant à l’application de la loi, voila qui doit assurer la justesse des décisions judiciaires. La procédure, toute la procédure, rien que la procédure au nom de la manifestation de la vérité. La rétractation de l’accusation après que justice soit dite ne devrait en rien entacher l’autorité de la chose jugée : l’homme est faillible, pas la procédure !

Kafka a pu ces mots dans le Procès et nous savons comment le livre se termine.

Heureusement me direz-vous, nous avons appris la bonne nouvelle ce jour même, 27 mars 2012, de la mise en liberté de Christian Iacono au 5 avril prochain, c’est qu’un déménagement cela se prépare …

L’arrêt d’appel libérant l’ancien maire de Vence ne vient que confirmer l’ordonnance du juge d’application des peines attaquée par le parquet. La justice ne reconnaît donc pas l’innocence de Christian Iacono et ne lui accorde qu’une liberté conditionnelle qui n’est qu’une façon d’exécuter sa peine.

Si pour nous l’innocence de Christian ne fait pas l’ombre d’un doute, la justice le considère toujours comme le violeur de son petit-fils et croire encore à la justice en ce pays c’est vouloir prouver qu’elle a tort.

Si cela nous est possible, il faudra bien l’aider à établir une telle preuve alors même que nul ne l’accuse désormais.

L’aider c’est mettre en évidence le complot dont cet élu a été la victime.

Au risque de nous répéter :

« Les manipulations dans cette affaire auraient dû inciter la justice à participer à l’élucidation de l’affaire dans l’affaire : qui a bien pu essayer d’abattre le maire de Vence en utilisant ce qui semble bien être un travail sur la mémoire par des techniques psycho-thérapeutiques ? En effet Gabriel Iacono n’a pas été violé par son grand-père, mais c’était bien ce qu’on a voulu lui faire croire, pourquoi ??? »

La réponse se trouve certainement dans la mémoire manipulée du petit-fils, elle met en lumière un phénomène provoqué par des psychothérapeutes criminels provoquant ce qu’il convient de nommer des faux souvenirs induits (http://www.psyvig.com/default_page.php?menu=35&page=1). La justice américaine a d’ailleurs récemment reconnu la responsabilité de praticiens dans des ruptures familiales comme dans l’affaire Johnson contre le Rogers Memorial Hospital  (http://www.psyfmfrance.fr/documents/verdict_wisconsin.pdf).

Ce phénomène ne doit pas être invoqué à tort et à travers pour nier de véritables atteintes sur la personne d’enfants, dont au pire des viols, cependant il est indéniable que des thérapeutes développent ce genre d’accusation pas nécessairement désintéressées comme justement dans le cas du maire de Vence.

Ainsi faire la part entre vrais et faux souvenirs implique une vigilance accrue concernant certaines pratiques thérapeutiques qui, loin de relever de l’anodine charlatanerie, sont de redoutables méthodes d’emprise permettant de toucher à l’inconscient du patient.

Les manipulateurs de la mémoire

La lettre mensuelle de l’UNADFI dans son numéro de mars 2012 mentionne d’ailleurs que la MIVILUDES prend très au sérieux les risques posés par certains thérapeutes :

La Miviludes travaille actuellement à la rédaction d’un guide destiné aux praticiens de la santé, pour les aider à identifier les pratiques douteuses et à agir « utilement en cas de doute ». (…) L’article évoque également « la prise en charge psychologique » par certains mouvements ou pseudo-thérapeutes qui finissent par convaincre les patients qu’ils ont refoulé des souvenirs d’abus sexuels. Ces faux souvenirs induits conduisent à de fausses accusations et à des ruptures familiales.
(…) Lors d’une interview, Hervé Machi, secrétaire général de la Miviludes, signale que le secteur de la santé représente 25 % de l’ensemble des signalements et que ce pourcentage est en augmentation constante. La Miviludes observe une multiplication du nombre de pseudo-thérapeutes « qui parviennent à mettre des malades sous emprise mentale».

On attend que la justice tienne compte des travaux réalisés par les professionnels de la lutte anti-secte et comprenne mieux ce que le petit-fils exprime. 

Et puisqu’il sera bien nécessaire d’illustrer ; lisez un peu ce que suit : http://www.info-sectes.ch/dialogue-par-les-couleurs.htm et vous comprendrez ce dont certains psychothérapeutes sont capables.

Interview web télévisée de la web tv francilienne http://www.tvidf.fr – Réalisation journaliste Eric Minsky-Kravetz.
Entretien avec Philippe Mazet, professeur émérite de pédopsychiatrie à l’hôpital de la Salpetrière à Paris, à propos, entre autres, de la manipulation et de la maltraitance psychologique des enfants par l’un des parents, de ses constats de clinicien et des difficultés d’intervention, et extraits de son intervention lors d’une table ronde qui s’est tenue le jeudi 24 février 2011 à l’Institut de Criminologie de Paris (à l’Université Panthéon-Assas Paris II) sur le thème « La parole de l’enfant après la mystification d’Outreau ».
Pour mieux visionner cette video cliquez sur l’ongle youtube ou allez sur youtube=http://www.youtube.com/watch?v=H1MiXj3YeEQ
La totalité de cette interview de 42 minutes est sur http://www.tv28.fr
Il faut noter à ce sujet que des techniques manipulatoires sont de plus en plus employées sans que les services sociaux ou la justice n’en tiennent compte, au contraire c’est le parent non-manipulateur qui à leurs yeux devient paranoïaque. Cette cécité institutionnelle profite donc très largement aux manipulateurs faisant usage dans un contexte familial de pratiques pseudo psycho-thérapeutiques (PNL, approchée centrée sur la personne de Carl Rogers, hypnose éricksonienne, …).
Certaines de ces pratiques ont été étudiées par des groupes spécialisés dans la lutte contre les dérives sectaires et un certain nombre d’affaires mises à jour devrait permettre de faire évoluer la situation pour le bien des enfants. Quant aux parents manipulateurs ou aux aidants psycho-sectaires, leur cas relève du pénal.