Articles Tagués ‘Saint Lunaire’

Jean-Marie Calise, né en 1950 est de ces éducateurs qui inspirent la confiance. Un de ces prédateurs qui sévissent dans les foyers pour mineurs où l’on place bien souvent de façon abusive.

Échappant à des risques familiaux réels ou fantasmés, six garçons et une fille de 7 à 10 ans n’échapperont pas, eux, à cet éducateur pour enfants en difficulté. Ils seront tout simplement violés. Il y aurait eu d’autres victimes encore, mais on ne parle pas trop de cela dans les foyers, on y a la pudeur mal placée de l’étouffoir.

D’ailleurs les services du Conseil Général ne sont jamais responsables, la faute à pas de chance ou plutôt aux parents qui ont fait que la collectivité a été obligée de mettre leurs enfants entre les mains de pervers grouillant dans les services de la protection de l’enfance. .

Cette fois cependant, l’éducateur ne passe pas entre les mailles du filet et comparaissant devant les assises à Versailles, il écopera de 10 ans de prison dont il en effectuera 6.

La rééducation de l’éducateur est rapide, sorti fin 1988, le voila formateur pour futurs directeurs de centres de vacances.

On ne connaît pas grand-chose des petits trucs d’éducateur qu’il inculquait, on peut espérer que certaines considérations n’en étaient pas partie intégrantes, telle cette profession de foi dans laquelle, en vieux soixante-huitard, il précise avoir pensé que « la pédophilie était quelque chose de beau », on en connaît d’autres de sa génération qui ont d’ailleurs écrit à ce sujet.

Vraiment un aussi « excellent professionnel » a forcément une expérience à partager. Il passe alors de la théorie au retour à la pratique  pour intégrer la colonie de vacances des œuvres sociales d’EDF à Saint-Lunaire, dans les Côtes d’Armor, en qualité de directeur adjoint. Il ne manque pas de violer un garçonnet de 10 ans en juillet 1991, profitant de l’introversion de l’enfant pour s’en faire le « protecteur ». Sa façon à lui de gérer les jeunes en difficulté comme il le fera de nouveau en mars 1992 avec, à la clé, une condamnation à 15 ans en 1997 pour viol  aux assises d’Amiens.

Entamant une nouvelle étape de son tourisme judiciaire, il sera condamné à nouveau à 15 ans par les assises de Rennes pour ses activités pédophile au sein des œuvres tellement sociales d’EDF. Mais ce 15 septembre 2011, cette condamnation le laisse sortir libre puisque les deux peines de 15 ans ont été confondues.

Fera-t-il valoir ses droits à la retraite de pédophile où une nouvelle mission de sévice public lui sera-t-elle proposée ?