Les diarrhées des assistantes sociales

Publié: 05/04/2011 dans Magistrature, Se(r)vices Sociaux

Le site du Conseil Supérieur de la Magistrature réserve ses petites surprises surtout au détour de quelques décisions assez révélatrices des mœurs judiciaires.

Je me permets donc de synthétiser la décision S164 du 21 janvier 2009 prise suite aux plaintes des services de l’enfance contre une juge des enfants.

Les pauvres éducateurs se sont plaints d’avoir été mis en cause par la juge lors des audiences devant les familles.

Je comprends pas, d'habitude ce ne sont pas les assistantes sociales que l'on sort sur un brancard !

Je comprends pas, d’habitude ce ne sont pas les assistantes sociales que l’on sort sur un brancard !

À la lecture de ce cas je me suis pris d’un intérêt pour cette juge des enfants dont le nom n’apparaît pas et, connaissant certains fonctionnaires des services de l’enfance, je me suis dit qu’il fallait bien quelques fois qu’une femme à poigne remette à leur place un ramassis d’abrutis incompétents dont la bêtise le dispute à la mauvaise foi. Je n’aurais pas non plus été choqué qu’un éducateur se prenne un bon coup de pompe dans le cul par une juge des enfants exerçant correctement ses fonctions, ceci devant les applaudissements de parents qui auraient pu comprendre enfin que leur place n’étaient pas là.

Mais lisez donc la suite, cela vaut le coup !

Les mises en cause dirigées par un directeur d’AEMO (Action « Educative » en Milieu Ouvert) contre la juge en question dataient déjà de plusieurs années.

Le furibard directeur n’arrivait pas à digérer la mise en cause du travail technique de ses protégés devant les familles, et pour faire bonne mesure, il dénonçait aussi un mauvais traitement des justiciables. C’est là qu’on y croit très fort. Depuis quand les éducateurs se font les avocats de familles, à moins que celles-ci ne soient délinquantes ?

Entendons-nous bien, je ne dis pas que c’est impossible, mais j’attends des exemples pour n’avoir jusqu’à présent entendu s’exprimer dans notre association que des parents salis en audience par des roquets post soixante-huitards dont le maintien des emplois dépendait de l’explosion de familles et du remplissage des foyers.

Remettre en cause le travail technique d’éducateurs me paraît en outre relever du travail d’un juge des enfants.

J’ai pu en effet avoir copie d’éléments de RRSE (recueil de renseignements socio-éducatifs) stupéfiants de bêtises, truffés d’affirmations gratuites, de jugements de valeur non étayés, d’informations méritant inscription en faux, de véritables torchons dénoncés par des parents. Pour un de ces rapports, un juge des enfants confronté à un faux flagrant, osait même écrire pour défendre « son » éducateur ultra-syndiqué et déjà hyper-protégé dans tous ses délires.

Vous imaginez donc le soulagement à lire que, quelque part, une juge pouvait « terroriser » des éducateurs venant soutenir leur rapport devant le tribunal pour enfants.

Quelle crise de rire que parcourir ces propos d’une directrice de l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance) qui pleurait sur ses pauvres assistantes sociales, qui je cite « trois jours avant l’audience avaient des insomnies et même … » non c’est trop, « DES DIARRHEES ! »

C’est qu’ils se sentaient humiliés ces éducateurs, comme il l’est écrit, humiliés devant leurs jeunes. Mais est-ce si exceptionnel que l’on puisse en tenir rigueur à cette juge ? C’est à croire, cette juge courageuse aurait donc fait l’objet de règlements de compte pour qu’elle soit sanctionnée alors que tant de juges des enfants ont été dénoncés sans succès auprès du Conseil Supérieur de la Magistrature.

Il apparaît en fait que les sévices sociaux ont voulu se venger puisque c’est le président du conseil général local, saisi par des dénonciations orales et écrites de l’ASE, qui a contacté le président du TGI pour demander la tête de la juge.

Une auditrice de justice s’était d’ailleurs trouvée fort opportunément en stage chez la juge des enfants en question, et a pu apporter le coup de grâce en évoquant une animosité particulière de sa tutrice contre le directeur du service de l’AEMO et contre la directrice de l’ASE.

La messe était donc dite par Judas, on s’en prend impunément aux parents qui ne plaisent pas aux services sociaux, mais même une juge ne peut rendre la pareille.

Pour ces faits qualifiés de manquement au devoir de délicatesse et de probité, la juge des enfants a été interdit d’exercer ses fonctions pendant 3 ans et a été déplacée.

Xavier Collet

 

Commentaires (2)

1. pauly – Le 18/12/2010 à 09:45

mon enfant a ete pris comme un voleur a l ecole par le service social nous avons subi le parcour du prisonnier pendant 1 an sans que jamais je ne dise mot je voyais tres peu mon fils a l epoque age de 11 ans j ai du le voir dans 1 an 4 fois entourre d assistante sociale auy bout d un an il y a eu une nouvelle audience chez le juge les educateurs ont demande obligatoirement de le garder 2 ans que c etais comme ca avec la promesse au juge que je verrai mon fils le week end et les vacances de cela rien j ai des textos de mon fils je l entend en cachette mais c est tout le 18 12 2008 mon fils faisait 12 ans je lui ai envoye une carte d anniversaire ainsi que sa grand mere maternelle qui lui a ete remise 3 mois apres au mois d avril 2010 la responsable a s e m a envoyee un courrier me disant que mon fils avait ete hospitalise sans aucuns motifs alors que j ai l autorite parentale je me suis rendue a l hopital j ai demande les papiers de son hospitalisation et la surprise il a ete brule volontairement au torse par une cigarette d un copains les genoux abimes car on lui donne 20 gouttes de tercian tous les soirs et le visage et le coup avec un gros erytheme solaire ne disparaitra jamais et egalement de la canabinoide dans les urines avec l absortion de pas mal de medicaments mon fils n avait jamais eu de crises d asthme depuis qu il est au foyer on lui fait prendre de la ventoline j ai dont porte plainte mon fils a ete entendu et pas mal de monde du service social j attend que le gendarme me recontacte peu de temps apres j ai aussi appris que mon fils n allait plus a l orthodentisrte j ai ecris au ministre de la sante et au president de la republique qui m ont repondus et la miracle mon fils a ete ramene a l orthodentiste dont le service social l a emmene en 2008 et 2010 mais jamais en 2009 alors que mon fils avait besoin de soins depuis je recois les autorisations parentales a signees car le service social ete passe outre le juge et aujourd hui nje tombe encore de haut 2 ans se finissent le n31 12 2010 nous passons au juge des enfants le 21 12 2010 mais avec un rapport decevant les educateurs on marque sur le rapport que mon fils me lechait le visage au cours des visites mediatises il y ba 3 ans au premier jugement 1 ans apres il n en a jazmais ete question il y a egalement une educatrice qui n a pas honte de dire que je lui ai profere des menaces de mort a l heure actuelle je ne l a connais pas je n ai jamais eu de contact avec lesz educatrices mais avec une assistante sociale tout ca viens d un pere jaloux a qui j ai divorcee a cause de la boisson et des coups qu il me portait devant les enfant mais je suis ecoeuree car le service social le porte sur un pied d estal la vie esyt mal faite je suis obligee d attendre que mon fils ai 18 ans pour le sortir mais en cachette cela ne m rempeche pas quand il m appelle pour me dire qu il m aime qu a mon tour je l aime et l aimerai toute ma vie jusqu a ma mort

2. TERRIOU Brnuo – Le 10/01/2011 à 13:49

posté sur le Facebook de l’union Européenne.

Je viens de recevoir le livret numéro 15 (Droits civils et politique : Du Comité des Droits de l’Homme) qui prohibe toutes formes de discriminations, le Comité sur les droits économiques sociaux …et culturels a également déterminé que les discriminations sur la base de l’orientation ou de l’identité sexuelle doivent être interdites. Les pays doivent faire preuve de courage politique et moral pour combattre la discrimination sous toutes ses formes.

Pourquoi ratifier des conventions si les états membres sont incapable de les respecter et de les mettre en application ?

En France je constate qui ce développe une ère de sexisme masculin institutionnel et de violences psychologiques institutionnelles par la violation des services sociaux à ne pas respecter les relations enfant parent (causant intentionnellement de grandes souffrances par des actes inhumain ou analogues)


Publicités
commentaires
  1. […] Donc le camouflet serait constitué par le simple fait que la justice n’aurait pas suivi la demande de l’ASE. Une telle réaction de défense des travailleurs sociaux fait donc peur car cela signifie ordinairement que les juges ne font qu’entériner des décisions prises par des autorités administratives. C’est dire ici la puissance habituelle des travailleurs sociaux dans des affaires qui doivent relever de la justice, citons en passant ce qui est arrivé à un juge qui n’aimait prétendument pas les travailleurs sociaux  […]

  2. trublion dit :

    des dyarrhées ? mais décidément cela sent mauvais chez les assistantes sociales !

  3. […] Nous savons également que ces travailleurs sociaux font la pluie et le beau temps dans les bureaux des juges des enfants. Les rapports sociaux les plus fantaisistes y sont accueillis comme parole d’Évangile alors que les arguments du ou des parents sont bien souvent écartés. L’affaire du juge des enfants « remercié » par le CSM pour avoir remis des travailleurs sociaux à leur place est éloquent (https://comitecedif.wordpress.com/2011/04/05/les-diarrhees-des-assistantes-sociales/). […]

  4. […] en toute objectivité. Certains juges en sont heureusement conscients comme il l’apparaît ici (https://comitecedif.wordpress.com/2011/04/05/les-diarrhees-des-assistantes-sociales/), il leur appartient alors de demander d’autres éléments d’investigation afin de laisser la […]

  5. […]  https://comitecedif.wordpress.com/2011/04/05/les-diarrhees-des-assistantes-sociales […]

  6. Cet article est déjà ancien mais il permet de mieux comprendre le fonctionnement de la justice et des se(r)vices sociaux. Merci de l’avoir écrit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s