Le cheval de Troie

Publié: 08/04/2011 dans Se(r)vices Sociaux

Je crains les Grecs, surtout lorsqu’ils font des présents :  » Timeo Danaos et Dona ferentes « . C’est ainsi que le grand prêtre de Troie voulu dissuader ses concitoyens de faire entrer le cheval de Troie dans leur citadelle imprenable. Nous connaissons la suite et cette stratégie fonctionne toujours avec ce nouveau cheval de Troie qu’est l’Etat Providence dissolvant l’autonomie des familles, les érodant par un assistanat, une dépendance propre à mettre à mort l’institution parentale et le respect de l’intégrité familiale que d’aucuns considèrent comme une institution bourgeoise rétive à l’autorité des pouvoirs politiques.

Faisons donc miroiter à ces familles un soutien de la collectivité et la collectivité décidera pour eux jusqu’à leur dicter les « bons comportements », jusqu’à monter le père contre la mère et surtout les enfants contre les parents. Sans sa famille, l’homme est nu devant l’Etat, il perd le soutien moral, financier, ses propres ressorts et s’abandonne sans résistance à la main redevenue caressante qui vient pourtant de le frapper…

Pour habiter dans le Cher, je peux témoigner de cet assaut permanent d’une armée de travailleurs sociaux dont les tâches justifient des budgets surdimensionnés pour eux mais aussi pour ceux qui doivent leurs emplois au Conseil Général du Cher. Chez nous les charges de personnel du département représentent 68,6 millions d’euros contre 41,6 millions d’euros dans l’Indre ! Mais ce n’est certainement pas encore assez pour le Conseil Général du Cher, dont le magazine en son numéro de novembre-décembre 2010 en rajoute dans la propagande de ses travailleurs sociaux.

Je crains les sévices sociaux surtout lorsqu’ils viennent les bras chargés de présents (payés par les contribuables, donc les familles) et le Conseil Général du Cher met bien l’accent sur ces 16 211 familles qui ont rencontré des assistantes sociales et des conseillères en économie sociale et familiale (de celles qui mettent en déséquilibres les finances du département et viennent vous imposer un budget chez vous). C’est bien sûr au nom de « la lutte contre la précarité et l’exclusion sociale » que 3 % de personnes en plus ont été appâtées par des « aides au titre de la précarité » et d’un « accompagnement éducatif ».

Sur ces 16 211 familles on comptera au moins une qui n’a jamais rien demandé et qui a subi un kidnapping aux fins d’une exfiltration d’enfant dans un milieu sectaire à l’étranger. Pour une famille, combien d’autres ont subi cette mise sous tutelle, cette déresponsabilisation, cette culpabilisation au motif de toucher l’argent du contribuable ? Quand le cheval de Troie de l’aide sociale rentre dans les familles, alors ses féroces soldats finissent toujours par en sortir et traiter les adultes que nous sommes comme de la chair à budget et à création de postes.

Xavier Collet

commentaires
  1. Je crois que cette image du cheval de Troie défini bien la fourberie de ses gens et sur leur réel motivation a placés les enfants.

  2. Et refuser l’aide sociale, refuser l’aide juridictionnelle, et bien je peux vous assurer que devant un juge cela ne va absolument pas plaider en votre faveur.

    • comitecedif dit :

      c’est bien vrai et c’est assez étrange d’ailleurs, les magistrats n’apprécient pas non plus s; en général et pour les cas rares où cela est possible (TI), ceux qui ne font pas appel au ministère d’avocat.
      L’un comme l’autre seraient des indices de rejet d’un système ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s