Savoir parler comme un travailleur social

Publié: 07/02/2012 dans Se(r)vices Sociaux
Tags:, , , , , , ,

Le principe de la langue de bois

Le sketch vers lequel nous vous renvoyons a le mérite de faire réfléchir.

La langue de bois tenue par l’auteur et la construction de cette langue de bois nous rappellent évidemment la logorrhée creuse des travailleurs sociaux de la protection de l’enfance, mais aussi de n’importe quel peigne-cul, chargé de mission payé par les contribuables ou du cadre militant d’attac ou de la fsu, du syndicaliste professionnel.

Des mots qui ne veulent rien dire autour de leurs thèmes favoris, employés pour justifier la mise sous tutelle de l’individu et des familles par les tenants du tout État et des sévices publics.

Bon évidemment je dois aussi vous dire que l’auteur de cette démonstration a de la bouteille, il a tout de même osé pondre un « Rapport sur l’éducation populaire ou le travail de la culture dans la transformation sociale et politique » pour Marie-Georges Buffet.

C’est dire s’il sait de quoi il parle…

Travaux Pratiques

Votre mission, cher lecteur, consiste donc à regarder attentivement ce sketch et à reproduire chez vous l’exercice avec de petits cartons sur lesquels vous allez inscrire les termes suivants, il vous est possible de transformer adjectif en substantif et vice versa  :

  • mettre en cause
  • débat
  • sécuriser
  • logique pénale
  • autorité
  • objectif
  • apprendre
  • la parole
  • l’institution
  • les professionnels
  • recherche
  • compréhension
  • légitimité
  • principe
  • sanction

Le corrigé de l’ANAS …

Vous voulez la solution ? Eh bien notre ami Eric nous l’a trouvé dans  la cinquième proposition de l’ANAS, ce lobby des travailleurs sociaux qui n’est pas ressorti indemne de la terrible affaire Marina et qui devait nous pondre d’insipides solutions d’amélioration de la protection de l’enfance.

Vous comprendrez que cet exercice de langue de bois ne veut strictement rien dire mais est tout à fait conforme à l’exercice auquel nous nous prêtons, nul doute que l’ANAS a mélangé les petits cartons et les a retrouvés dans l’ordre suivant pour composer cette cinquième proposition  :

« Enfin, dans l’objectif de mieux comprendre en cas de drame tel que celui de la petite Marina par exemple, nous proposons d’ouvrir un débat sur l’établissement d’un principe de non-sanction et de recherche compréhensive pour mieux apprendre. En effet, il nous apparaît important de « sécuriser la possibilité de la parole pour que nous soyons sûrs que les professionnels puissent s’exprimer sans crainte, non pas pour mettre en cause ou se mettre en cause, mais pour permettre de progresser si besoin. » Par ailleurs, il nous semble « nécessaire d’avoir recours à une autorité indépendante de l’institution concernée par une affaire dramatique pour en garantir la légitimité, se situant hors d’une logique pénale et intervenant dans un cadre sécurisé (d’où l’importance du principe de non-sanction à définir et inscrire dans les textes). »

… et le nôtre

Le problème étant que l’exercice était là un peu lourd et que certains termes des cartons ont été utilisés plusieurs fois, preuve de la pauvreté sémantique d’une proposition complètement incompréhensible.

Faisons donc mieux en imprimant un sens à nos mots et après avoir remélangé les petits cartons.

Voila ce que cela donne  :

La légitimité des professionnels de l’action sociale doit être mise en cause face à leur incapacité à transmettre correctement la parole des victimes ; face également aux propos diffamatoires qui sont souvent les leurs et qui ont pour résultat de dissoudre des familles sans rien apprendre de leurs erreurs. Au-delà, l’absence d’une logique pénale visant à appliquer le principe d’une sanction face à de tels comportements, est de nature à remettre en cause l’institution. Nous ne ferons pas l’épagne d’un tel débat ni d’une recherche des responsabilités destinées à aider à la compréhension de  ce qu’est devenu la protection de l’enfance dans ce pays. Il s’agit là de rien de moins que d’assurer la réalisation de notre objectif qui est de sécuriser les familles face à des abus d‘autorité porteurs de risques d’enlèvement de leurs enfants.

Publicités
commentaires
  1. Super ! Formation du langage qui n’a ni queue ni tête.
    Le hit parade de la langue de bois serais en premier nos politiciens , suivi de très près des travailleurs sociaux qui n’ont aucune réparti logique face a leurs affirmations.

  2. trublion dit :

    excellent ! langue de bois et certitudes font de ces gens là ! une espèce
    en voie de disparition ? ou pas !
    incohérence ! voila le vrai mot lié a leurs méthodes de travail !
    de plus aucune formation pédagogique de la famille !

    • jambu dit :

      ill ne sont pour proteger les enfants mais pour suivre leur massacre qui est plus on detruit des enfants et plus on aura des adultes en souffrances qu on pourra mettre sous tutelle ou mettre au rsa donc organiser le travail de demain des fois que ;la protection de l enfant moi assistante sociale d ille et vilaine travaillant à pacé comment voullez vous que je comprennes , c est trop pour moi, bon je retourne à ma lecture,
      comment augmenter les placements?

  3. comitecedif dit :

    C’est au nom de la restauration du lien social dans un contexte intra-familial conflictuel et dans le souci de l’intérêt de l’enfant, que le service public met en avant un impératif de protection dans la droite ligne du principe de précaution.
    Soustraire le jeune à un mileu peu développant participe aussi à un souci d’éducation à la chose sociale, économique et environnementale et donc appartient à une logique tracée par le développement durable, tel que défini par Madame Brundtland.

    Outre la nécessité éducative, il importe aussi d’assurer la cohésion de la société dans un élan solidaire afin de protéger ses éléments les plus précarisés par le néo-libéralisme, tel la famille.

    A ce titre il faut bien considérer une participation de la famille à cette démarche et sa reconsidération comme une instance de concertation à laquelle doivent prendre part les professionnels de la protection de l’enfance. L’exemple montré par les partenaires sociaux illustre à merveilleurse les vertus d’un collectif élargi qu’il importe de placer en responsabilité dans des logiques qui, a priori, ne relévaient pas de sa compétence.

    D’ailleurs notre expérience montre que le dépassement des égoïsmes individuels et familiaux permet une prise en charge de l’enfant dans une optique solidaire d’imprégnation à un progressisme leur permettant de s’épanouir dans des groupes de pairs.

    TRADUCTION : La famille est un institution rétrograde et il convient de ne pas la laisser gérer l’éducation de ses enfants car nous avons pour tâche de nous en occuper afin de leur bourrer le crâne convenablement.

  4. « La famille est un institution rétrograde et il convient de ne pas la laisser gérer l’éducation de ses enfants car nous avons pour tâche de nous en occuper afin de leur bourrer le crâne convenablement. »
    J’aime bien cette dernière phrase, enfin c’est une boutade lol,
    La dictature dans toute sa splendeur !

  5. exellent la vidéo. ces parasites socios ce retrouvent dans different domaine professionnel. la langue de bois serait en premier lieu pour nos politiciens, beaucoup d’ élu les travailleur socio aussi et bien d’autre tous ceux qui ont l’art des mots tous comme cet homme. c’est futée le parasite social, pharse imcomprehensible donc difficile d’y refléchir donc impossible d’etre en désacord ……..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s