Affaires Familiales sur l’exclusion parentale

Publié: 05/09/2012 dans Autres associations
Tags:, , , , , ,

Affaires Familiales

L’Exclusion Parentale
 
L’Aliénation Parentale (AP) peut-être décomposée en 2 phases (pendant laquelle la maltraitance psychologique s’exprime sous 2 formes différentes : souffrance morale et véritable mais consciente puis souffrance pathologique).
 
Dans les deux cas, il s’agit d’une MALTRAITANCE PSYCHOLOGIQUE graduellement grave et irréversible, en fonction de son intensité et du moment où elle est diagnostiquée et régulée.
Face à l’Exclusion Parentale, qui reste-t-il pour  maintenir l’enfant dans ses droits et lui rendre son parent, apaiser ses souffrances et pérenniser sa construction psychologique ?
Par l’étude de ce cas concret nous allons confirmer que le respect du droit de l’enfant à voir ses deux parents est fondamental ; que du non-respect de ce droit découle une souffrance réelle du parent mais surtout de l’enfant (et donc une forme de maltraitance) et ainsi confirmer que le droit de l’enfant doit subroger celui des parents individuellement.
Nous allons dans cette analyse prioritairement nous intéresser à la partie la moins étudiée (par manque de témoignages) s’agissant du réflexe aliénant qui pousse le parent à isoler l’enfant de son autre parent. C’est pourtant une des plus essentielles car plus tôt, on diagnostique le comportement du parent, mieux on prévient la survenance de la pathologie de l’enfant.
 
 
commentaires
  1. […] L’Exclusion Parentale   L’Aliénation Parentale (AP) peut-être décomposée en 2 phases (pendant laquelle la maltraitance psychologique s’exprime sous 2 formes différentes : souffrance morale et…  […]

  2. papâte dit :

    Puisque vous manquez de temoignage sur le reflexe aliénant, voici le mien. Je ne ferais que témoigner d’un cas, celui qui veut consciement enliser mon fils. Pour l’instant je le soutient car il a encore un peu accès à moi, son papa, dernier adulte en qui il a encore confiance. J’y ai mis mon energie entiere, sacrifié le reste.

    Pour faire de la prévention, je dirais avec beaucoup de conviction que:
    Une maman ayant subit alors qu’elle était enfant, la perte d’un parent ou/et un rejet d’un parent vers une institution ou de la famille plus éloignée, pour peu qu’elle eut vécu encore des abandons amoureux, des IVG et peut être des rejets professionnels.
    Cet enfant devenu parent qui croit ne plus pouvoir être aimé ou ne pas pouvoir entretenir l’amour de l’autre, peut présenter un terrain aliénant.

    Je crois qu’on a affaire a une pathologique perte de confiance en soi. Mais qui ne se voit pas si le parent est pervers.

    Dans notre cas, le parent aliénant ayant subi tout ce que je viens de décrire, est lui même issu d’un parent coupable de maltraitance sur des humains traités comme des animaux et envers des animaux traités comme un vieux meuble.

    Je crois donc que l’on peut évoquer le narcissisme

    Un conseil bien humble mais qui servira d’autres causes je l’éspère:
    une personne n’a jamais appris aimer et qui n’a pas de facultés autodidacte en la matiére, peut être rééduquée que si elle se l’avoue et qu’elle est prête à en parler.

    Sinon, surveillez bien vos enfants et ne les laissez pas s’éloigner.
    Si vous n’êtes ni pervers ni trop narcissique et que vous voulez sauver votre enfant, vous devez leur apprendre l’amour en compenssant, en y mettant double dose.

    Ne jamais baisser les bras.

  3. urbiola mari dit :

    comme on peut faire pour respecter les droits de visite et hebergement des enfants?CELA PEUT ALLER JUSQUA L’EXCLUSION PARENTALE ET JE TROUVE QUE LA JUSTICE EST TELLEMENT LONGUE QUE LA SEULE CHOSE QUE ON OBTIENT C’EST QUE LES LIENS SOIENT TOTALeMENTS ROMPUS ET QUE IL N’ y a pas DE LOIS EFFICACE ACTUELLeMENT EN FRANCE POUR FAIRE EXECUTER CES DROITS ,CETTE CRUAUTE RESTE IMPUNI EN FRANCE ET LE PIRE C’est que l’enfant soUfre en silence car justement il n »a pas le choix et que il dois subir les ordre du parent gardien sinon il est puni; cest vraiment inadmisible que on puisse eliminer un parent de la vie d’un enfant sans rien faire.ALORS LA SEULE CHOSE QUE ON ARRIVERA A PROUVER QUE L’outre parent est aimant et que il ne merites pas que on l’exclu de la vie de son enfant sans raisons valables. ALORS LAISSONS FAIRE ENCORE IL FAUT VRAIMENT QUE CELA IL CHANGE ET VITE CAR IL Y A TROP D’ENFANTS DANS CES CAS ET LA JUSTICE EST IMPUISSANTE IL N’Y A PAS DE SOLUTIONS SAUF QUE LES GENDARMES AILLENT CERCHER L’enfant au domicile de l’outre parent.JUSTEMENT COMMME CELA N’.EST PAS PUNIE LES PARENTS GARDIENTS NE FONT RIEN ET CONTINUENT A FAIRE COMMME SI DE RIEN ETE.AUX EXPERTS, AU JUGES , aux avocats .Quand cettte propositions de lois va etre mise en vigueur; on est en retard par rapport a d’outres pays au secours

    • comitecedif dit :

      Vous avez raison, la justice est longue pour certaines affaires, beaucoup plus rapides pour d’autres. On ne peut que se réjouir que la France ait été condamnée pour ne pas sévir contre des non-représentations d’enfants à outrance, il lui arrive même de relaxer le parent non présentant en interprétant le droit de visite et d’hébergement comme un droit libre (ce qui signifie un droit que l’autre parent peut refuser son prétexte d’un non-consentement « imaginaire » de l’enfant). Ce n’est donc pas la justice qui est impuissante, lisez donc cela : https://comitecedif.wordpress.com/2012/10/25/1458/
      On ne peut donc que souhaiter de nouvelles condamnations de la France devant la CEDH, mais à condition que les dommages et intérêts soient payés non par les contribuables mais par ceux qui ont mal jugé ou refusé d’instruire.

  4. Terriou Bruno dit :

    L’exclusion parentale consiste à éliminer un ou plusieurs parents (mère, père, grands-parents, frère, sœur, etc…) de la vie d’un enfant ou d’un jeune adulte. Cette attitude aberrante vise à détruire les souvenirs, l’image et la place d’un ou des parents dans la vie de la personne susmentionnée (enfant ou jeune adulte).

    L’inaliénabilité du respect à la dignité humaine, malgré l’imprescriptibilité de ces notions d’honneur et de réputation…Une atteinte à l’honneur blesse la personne dans son intégrité morale ; alors qu’une atteinte à la réputation la touche dans ses relations sociales.

    Paradoxalement, la résolution 40/34 est censée protéger le genre humain par des principes fondamentaux relatifs aux victimes de la criminalité (la criminalité est l’infraction des normes juridiques d’un système social, par des actes illégaux, délictueux, exemple l’exclusion parentale) et aux victimes d’abus de pouvoir.

    Je dénonce que….le terme « torture » désigne tout acte par lequel une douleur ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales, sont intentionnellement infligées à une personne (ou un groupe d’appartenance en l’humanité), ou de l’intimider ou de faire pression sur elle ou d’intimider ou de faire pression sur tout autre membre de sa famille, motif fondé sur une forme de discrimination quelle qu’elle soit, (le fait de ne point reconnaitre que «tous sont égaux devant les tribunaux et les cours de justice», peut constituer une « discrimination. »)

    Lorsqu’une telle douleur ou de telles souffrances sont infligées par un agent de la fonction publique (Par l’autorité judiciaire par son « droit d’annihiler ») ou toute autre personne agissant à titre officiel (Tuteur, services sociaux, etc.. pour l’ « exclusion parentale ») !!

    Ce terme ne s’étend pas à la douleur ou aux souffrances résultant uniquement de sanctions légitimes, inhérentes à ces sanctions ou occasionnées par elles, mais s’attache également a la volonté de porter atteinte à « la dignité humaine »

    Tout Etat partie prend des mesures législatives, administratives, judiciaires et autres mesures efficaces pour empêcher que des actes de torture soient commis dans tout territoire sous sa juridiction.Aucune circonstance exceptionnelle, quelle qu’elle soit, d’instabilité politique intérieure ou de tout autre état d’exception, ne peut être invoquée pour justifier la torture

  5. mag dit :

    bonjour,je vis tout ceci depuis maintenant trois ans quand j’ai mes enfants au téléphone ils ont des propos a vous faire raccrocher le téléphone (5/6/9 ans) le père leur dit quoi dire il se moque ensemble de moi m’insulte quand ils sont en visites du moins quand ils les présente 18h par mois il ya une a deux heure « acclimatation » mais chaque fois que j’essaie de ne pas me laissé faire je me fait taper ou insulter je ne suis pas leur mère ils vont tout raconter ,je n ai pas le droit de les changer ni de les doucher c’est interdit j’ai obligation de dire ou je vais avec qui je doit être à l’heure quand il les cherche 5mn de retard et c’est la police .15 non présentation toutes relaxé j’était ivre ,je n’était pas la ,il avais mal au yeux il ne voyais plus rien il est reparti et j’en passe.tes parents ne doivent pas toucher les enfants tu ne doit aller chez personnes avec eux ,un mois sans les avoir au téléphone ils n’ont pas envie de te parler tu es malade,tu fait des fausses déclarations a la sécu tu na pas d’enfants(compte sécu piraté et falsifié,caf,et impôts) interdiction d’amener les enfant chez les médecins il se font menacer car les enfants doivent tout dire après les visites.un juge des enfant a fait participer les enfants a une audience suite a 4 signalements judiciaire pour manque de soins je vous passe les réponses des enfants envers moi la juge a dit que j’avais un souci et que je me sentais persécuté et que j’avais besoin de soins (je garde depuis 3 ans toutes mes conversations téléphoniques avec les enfants!

    tout ce que vous décrivez sur l’enfance de ces personnes qui deviennes manipulateur voir pervers narcissique n’accepte surtout pas d’être quittée mais le pire c’est que le premier objectif est de créer une descendance comme ils dises

    • comitecedif dit :

      A cet âge les moqueries et insultes ne viennent effectivement pas des enfants.
      Si n’importe qui peut s’en rendre compte, les magistrats devraient faire en sorte de ne pas laisser le lien parental être coupé.

      • Mag dit :

        Bonjour
        Oui ils devraient comme vous dites mais quand le pere applique une alienation parental et justifie le tout non presentation dires des enfants et non partage d informations sur les enfants en se basant sur une expertise psy en appuyant qu un internement serais pour le bien des enfants .
        Unpervers narcissique developpant un syndrome d alienation parental sur les enfants quand on aborde le sujet en justice on et tres mal vue et citer comme la personne persecutrice voir celle qui cherche a punir l autre qui a eu la garde et donc plus on vas vouloir prouver ou sauver nos enfants que le pervers vas demontrer que l expertise et justifie par ce comportement et beneficier de perpetuel relax c est un cercle vicieux et sans fin .
        Tant que la justice ne reconnaitras pas en tant que loi l alienation parental et jugeras recevable en maladie mental ou je ne sais comment definir ce genre de personnes des milliers d enfants d hommes et de femmes continuerons a vivre dans cette souffrance de devoir je dirais faire le deuil de ces enfants de la perte de leurs integrite de subir les humiliations meme de la magistratur qui dans la plus part du temp ne respect pas la charte et prenne parti.

  6. comitecedif dit :

    Effectivement Mag, mais les magistrats se basent surtout sur les rapports sociaux qui peuvent ou non faire référence à une aliénation parentale. Ce que nous constatons depuis cet article qui date maintenant de pratiquement 4 ans, c’est que la qualification « aliénation parentale » apparaît de plus en plus souvent mais qu’elle vient surtout pour fonder un a priori des travailleurs sociaux. Ceci est d’ailleurs catastrophique et revient à dire que l’on peut introduire une accusation d’aliénation parentale de façon tout à fait abusive. ils font feu de tout bois pour des rapports toujours aussi subjectifs.

    • mag dit :

      exactement mais il vas bien falloir trouvé une solution car le nombre de famille qui sont touché par l’aliénation parental progresse chaque jours plus en pics et vas arrivée en zone rouge ou la justice , psys et autres ne seront mêmes plus comment faire face et se verront même a revoir des vieux si je puis dire dossier ou ils sont ,passé a coter ou des enfants sont mis en danger (psychologique ou bien pire) depuis des années des pères,mères souffrants de tortures mentale car j appel cela de la torture cela reste condamnable mais quel est le plus important ? une condamnation ou une révision du système

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s