Le site http://www.luciole.ch nous informe de l’affaire Luca. En creusant cette information nous découvrons à travers des sources en français et en italien, une histoire monstrueuse qui met en évidence d’importants dysfonctionnements de la justice du Valais (Suisse), mais aussi la façon de répondre à une telle « justice » par la mobilisation des justes.

Nous sommes à Veysonnaz, station enneigée du  canton du Valais. Là la famille Mongelli, d’origine italienne tient un restaurant du nom « La Tanière ».

Le 7 février 2002, le petit Luca Mongelli, 7 ans, et son petit-frère Marco, 4 ans échappent à la vigilence de leurs parents et descendent en bas de chez eux pour promener Rocky, leur berger allemand de 7 mois.

Quatre barbares croisent leur chemin. L’idée leur vient de s’en prendre au petit Luca : ils l’attrapent, lui baissent la culotte, le déshabillent, le jettent à terre, puis chacun lui assène des coups de bâton sur les fesses et ailleurs. Son petit-frère Marco se cache derrière un arbre. Il dessinera la scène bien plus tard. Le petit garçon est enlevé par les quatre barbares en question, mineurs eux aussi. Selon Luca, il est emmené dans une auberge  « Le mouton rouge » où on lui fait boire une drôle de mixture dans les toilettes. Ensuite il est ramené dans la neige, subit d’autres sévices, puis il est jeté dans un trou pour y être enterré sous la neige et la glace.

Luca, tétraplégique et aveugle sans que justice ne lui soit rendue

On retrouvera Luca le corps zébré et dévêtu, en état de mort cérébrale. Il restera dans le coma 3 mois et s’éveillera aveugle et tétraplégique. Il racontera ce qui lui est arrivé, récit filmé par les parents. Cependant pour la justice valaisienne l’enfant ne peut témoigner valablement. Il s’est trouvé effectivement un pédopsychiatre, Roderik Matthews, pour prétendre que les propos de l’enfant ne sont « pas exploitables pour la manifestation de la vérité ». On se demande bien pourquoi d’ailleurs et aucun argument d’autorité d’un pareil pédopsychiatre ne saurait nous convaincre.

C’est donc un véritable travail de gougnafier qui est mené par les autorités judiciaires du Valais.

La famille en a d’ailleurs conscience et communique. L’entourage est choqué et craint que la vérité soit cachée, quatre chefs d’entreprise du Valais ont décidé de faire la lumière.  Ces derniers décident alors, en mai 2002,  de financer une véritable enquête, laquelle sera réalisée par Fred Reichenbach, détective privé et ancien inspecteur de police. Un roman « Canines » sera tiré de son enquête sous la signature de Janus (http://canines-le-livre.blogspot.fr/). 

Un roman réaliste sur une contre-enquête

Pour soutenir la contre-enquête et alerter la population sur la question des abus sexuels sur enfants, se constitue le 27 octobre 2003 la fondation LUCA (LUtte Contre les Abus sexuels et la maltraitance envers les enfants) le détective Fred Reichenbach en prend la présidence.

La fondation se mobilise donc pour Luca mais se met également à la disposition d’autres victimes afin de réaliser des enquêtes, des contre-enquêtes (http://www.fondation-luca.org/presentation.php).

La contre-enquête, menée de main de maître, s’intéresse aux quatre agresseurs. Il s’agirait de jeunes de 9, 11, 14 et 16 ans, trois frères et leur cousin venus de Lausanne et de Sion, dont l’alibi est démoli par le détective. Il découvre aussi, selon des témoignages, qu’un médecin urgentiste a relevé la présence d’une substance verte entre les fesses de Luca. Mais que le même médecin, qui aurait eu une liaison avec la mère d’un des agresseurs, a fait disparaître toute trace de ce slime en lavant le corps. Une information qui ne se trouve donc pas dans les rapports officiels de l’instruction et qui est démentie par le médecin légiste.

Imperturbable, l’enquête officielle prend une toute autre voie et, malgré les révélations, continue sur sa lancée. Les 2 années  d’instruction se terminent par une farce : c’est Rocky, le berger allemand de 7 mois qui est le coupable, il aurait mordu son maître et l’aurait tiré sur le sol !!! Quant aux zébrures sur le corps elles ne sont plus que superficielles, il aurait été difficilement possible de pousser l’invraisemblance jusqu’à prétendre que le berger allemand se serait levé sur ses petites pattes antérieures pour donner des coups de bâtons sur le corps zébré de son maître !

Et pourtant, le médecin légiste Mangin dira que le chien était capable de se lever sur ses pattes arrières pour mordre un policier. Il ne dira pas comment le chien a fait pour le dégrafer et lui baisser la culotte. Qu’importe ! On trouvera même un juge d’instruction, Nicolas Dubuis, pour délivrer une ordonnance de classement et entériner les conclusions du pédopsychiatre qui écartait le témoignage de la victime.

L’émission « Zone d’ombre » de la Télévision Suisse Romande fera connaître en janvier 2009, le dessin de Marco représentant le calvaire de son frère. La pression de l’opinion forcera donc la justice cantonale a expertiser le dessin de Marco, expertise obtenue presque deux ans après l’émission. On est bien lent quand on ne veut rien faire !

Une pression supplémentaire vient d’Italie après le débat télévisé « La vie en direct » en présence du petit Luca devenu grand. Les autorités italiennes ont décidé de réagir contre la parodie d’enquête du juge d’instruction suisse.

Contraints et forcés les autorités judiciaires du canton ne peuvent plus enterrer. Jean-Pierre Gross, procureur général du Valais, organise donc une conférence de presse le 29 janvier 2012.

Cette conférence est l’occasion pour le parti politique UDC d’appeler à manifester pour Luca en présence de sa famille..

Face aux errements de la justice du Valais, l’UDC a décidé de jouer le rapport de force en proposant selon leur terme de « forcer le procureur à leur rendre justice ! ». Une pétition demande la réouverture de l’enquête.

Une tactique qui paie, puisque le procureur Gross libère du secret de l’instruction Nicolas Dubuis (juge d’instruction de l’affaire devenu entre-temps procureur, ça fait peur !) et Patrice Mangin, le médecin légiste mais aussi directeur du centre universitaire romand de médecine légale. Ainsi les trois hommes peuvent organiser la conférence de presse prévue face aux manifestants dont Oskar Freysinger (conseiller UDC du canton) et l’actrice Lolita Morena.

Comme ni Luca ni son frère ne sont invités à s’exprimer lors de cette conférence et que le père a reçu un recommandé du procureur général lui interdisant d’y participer, les manifestants organisent un autre point presse pour les enfants. Luca a pu dire qu’il ne comprenait pas pourquoi on continuait à ne pas le croire 10 ans après ce qu’il avait subi.

La conférence de presse, comme on pouvait s’en douter sur de telles prémices, ne donne lieu à aucun mea culpa de la justice valaisienne, le procureur général Gross défend le travail du magistrat Nicolas Dubuis, chargé de l’instruction « qui n’a commis aucune erreur grave et connaît le dossier sur le bout des doigts ». La famille, qui a quitté le pays et s’est installée à Bari, en Italie, n’a donc pas été entendue. Dégoûtée de la justice du Valais, elle réclame toujours la récusation de Dubuis et son dessaisissement. Celui-ci n’a, en effet, jamais dévié de sa version mettant en accusation le chien Rocky.

Pour Tina Mongelli, la maman, c’est clair « la justice ne veut pas trouver la vérité ». Elle sait de quoi elle parle puisque la justice n’a jamais voulu entendre son fils. Elle se pose désormais la bonne question dans cette affaire « Essaie-t-on de couvrir quelqu’un ou un système ? », à qui profite donc ce déni de justice sachant que des actes de pédophilie auraient été commis et restent niés également par ceux qui prétendent rendre la justice.

Interrogeons nous encore à partir de la très crédible contre-enquête : comment des gamins de 9 à 16 ans en viennent-ils à violer et à laisser pour mort un enfant de 7 ans ? Sachant que ces petites ordures viennent de la même famille, que se passe-t-il dans cette famille pour que leurs enfants agissent ainsi et pourquoi cette famille n’est-elle pas inquiétée ?

commentaires
  1. J’ai toujours penser, et dit que le chien était pour rien. au plus il aurait peut-être essayé de tirer le petit pour le ramener à la maison. Mais pas déchirer systématiquement les habits de cette façon. Toute cette affaire est vraiment  » Glauque  » au plus haut point….

  2. brigitha13 dit :

    Merci Christiane,
    je suis en accord avec vous. Rocky le chien à bon dos.

  3. […]   "Le site http://www.luciole.ch nous informe de l’affaire Luca. En creusant cette information nous découvrons à travers des sources en français et en italien, une histoire monstrueuse qui met en évidence d’importants dysfonctionnements de la justice du Valais (Suisse), mais aussi la façon de répondre à une telle « justice » par la mobilisation des justes." (comitecedif)   "Nous sommes à Veysonnaz, station enneigée du  canton du Valais. Là la famille Mongelli, d’origine italienne tient un restaurant du nom « La Tanière ». Le 7 février 2002, le petit Luca Mongelli, 7 ans, et son petit-frère Marco, 4 ans échappent à la vigilence de leurs parents et descendent en bas de chez eux pour promener Rocky, leur berger allemand de 7 mois.Quatre barbares croisent leur chemin.(…)"  […]

  4. arnaud fousse dit :

    On est écoeuré, on a honte des procureurs Jean-Pierre Gross et Nicolas Dubuis, qu’ils s’en aillent et on est fier de ceux qui ont osé dénoncer et qui soutiennent. L’UDC a fait son boulot, et les autres ? On y pensera pour de prochaines votations, ce mois-ci par exemple.

  5. […] C’est gros, c’est énorme mais cela démontre bien que la justice suisse, embarrassée par l’initiative « malencontreuse » d’avoir arrêté Polanski était prête à trouver le moindre subterfuge pour le laisser filer. Un subterfuge aussi grossier que celui qui a été utilisé montre que véritablement rien ne pouvait, légalement s’entend, faire obstacle à l’extradition. Ce n‘est pas la première fois que des magistrats suisses font n’importe quoi ou se couvrent de ridicule, rappelons aussi l’affaire Luca. […]

  6. […] pu enquêter sur des terribles « faits divers » comme par exemple celui du petit Luca prétendument agressé par son chien d’après la justice, nous avions aussi parlé de cette affaire. Y-a-t-il un problème avec la justice suisse pour […]

  7. Petoud dit :

    Des fils à papa protégés par la justice!
    Et Luc à Handicapé à vie par ces « Gamins de talus » Ce juge incompétent, s’ il ose encore se regarder dans la glace, est plus minable que les agresseurs!

  8. Monique MK dit :

    Pauvre gosse , ce qu’il à subit.. C’est honteux que l’on se « cache » derrière la réalité.. C’est facile de tout cacher.. La vérité.. Et , pour combler le tout accuser le chien .. Un chien ,un bon chien de famille comme c’est le cas dans cette famille .. Aurai chercher par touts les « ces » moyens à secourir l’enfant .. C’est dans leurs gènes .. Je parle en connaissance de cause .. J’ai fais des cours d’éducations .. « Canine » Pendant des années .. Tjr un vrai bonheur avec cette race .. » Berger Allemand  » mes enfants ont tjr été protégé .. Personne ne se serai approché avec ,de mauvaises intentions , car la chienne était prête à protéger les gosses jamais méchante ni agressive .. Mais ,elle mettait en respect .. Bien sûr.. Un adulte est toujours présent avec des bêtes et des enfants ,prudence oblige.. Jamais eu de souci .. Le chien est meilleur ami de l’homme .. Il y a pas de mauvaises bêtes …il y a bcp de mauvais maîtres .. J’ai vécu que de magnifiques choses avec mes bêtes , je n’y ai jamais cru à la thèse de l’agression du canidé non et non ,il a trop d’amour à donner à ces maîtres et « sa famille » à nous de le respecter et l’aimer en retour …c’est QDB ❤️ 🐾🐾 👣👣👣❤️ 👍🌹

  9. D'Agostino dit :

    Tutti pet Luca…luca sta soffrendo…allora ci siete o no..perche domani puo assere qualcuno della vostra famiglia….facciamoci giustizia…perche luca non deve soffrire….

  10. Gregoire dit :

    il est évident que les agresseurs présumés sont des enfants de haut dignitaires et que si l’affaire éclate on assisterais à un cataclysme en Valais..
    Les coupables se sentent mal et savent pertinemment ce qu’ils ont fait!!
    Manquerais plus qu’ils soient d’Ecône pour leur mettre encore une chaude affaire sur le dos?!?

  11. raphaël Bastian dit :

    Cette volonter de ne rien faire, rien dire et surtout ne pas chercher la vérité est tout simplement écoeurante. Ces gens qui doivent enquéter, juger, manipuler des preuves,… pour couvrir les vrais coupables, ceux-ci feraient-ils la même chose si au lieu que ce soit un gamin de restaurateur cela avait été leur propre enfant qui avait été violanté et laissé pour mort? Honte à ces personnes! Au dessus de la justice des hommes, il en est une autre sur laquelle aucun pot de vin n’a d’influance. Essayez de vous offrir des indulgences, si vous en trouvez encore… le diable s’en servira pour allumer le brasier qui consumera les vrais coupables pour l’éternité. Voici ce que je souhaite à tous ces laches qui osent briser l’innocence des enfants.

  12. Rita Willemin dit :

    Je suis cette triste histoire depuis le début…courage à vous ! tenez bon jusqu’à ce que les coupables soient trouvés… ils doivent certainement pas bien dormir !…

  13. Marina dit :

    C’est ignoble on protège des valaisans qui vivent dans notre canton qui ont oser faire des atrocités pareilles !!!! Ils devraient prendrent la prison à vie pour ce qu’ils ont commis ! Les grands du valais veulent protéger leurs enfants… mais je m’en fou ils doivent payer comme n’importe qui ! C’est pas parce que c’est le fils à qq1 de connu et d’important qu’ils doivent mériter un traitement de faveur !
    MERDE JUSTICE ET EGALITée POUR TOUS ! Si c’est l’un d’entre nous qui avaient fait une chose pareille on serait déjà en taule depuis belle lurette.. mais eux non.. ils ont la belle vie.. surement sans remords.. puisque pour le moment ils sont bien protégés !

  14. Maillard Roland dit :

    Magouille… Même en Suisse et surtout dans la canton du Valais, on connaît ce mot. Le fonctionnement quasi maffieux d’une partie des Autorités politiques et pire encore judiciaires laisse pantois.

    Dans cette odieuse affaire dont tellement de monde connaît le nom des coupables, l’ignominie prévaut. Fred Reichenbach, que j’ai rencontré, s’est donné beaucoup de mal pour ne rien obtenir. Ainsi, les petites crapules, aux noms de notables, vivent impunément cette « chienne » de vie qu’ils ont provoqué au sein de toute une famille.

    Cela me fait penser au fameux double assassinat de Maracon, canton de Fribourg, en 1949… Deux amies de ma mère ont été abattues probablement par, ou sur ordre, de notables. L’affaire a été prescrite et personne n’a jamais été condamné. L’ignominie, elle, est immortelle. Je suis né en… 1949!

  15. Melika Botti dit :

    Les affaires de pédophilie sont presque systématiquement etouffées en Suisse. On est obligés de se demander si les juges d’instructions et les procureurs ne seraient pas par hasard en train de protéger …. Dans le meilleur des cas, leur laxisme est criminel !

  16. max dit :

    J ai eu des chiens et surtout des bergers allemand et le mien aurait protège ma fille plutôt que de la mal traité comme l ont dit la justice il aurait du cherche et écoute au lieu de bâclé leur travail je suis de tout coeur avec cette famille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s