Exactions de l’ASE : l’obligation de sanction du président du conseil général

Publié: 22/01/2014 dans Affaires, Interpellation des élus, Se(r)vices Sociaux
Tags:, , , , , ,

 André Vallini ne répond pas au CEDIF …

Dans notre lettre ouverte à André Vallini, président du conseil général de l’Isère, nous défendions le projet, malheureusement avorté, consistant en des suppressions de postes de travailleurs sociaux et plaidions pour toutes mesures alternatives aux placements.

Nous n’avons cependant pas reçu de réponse à cette lettre. Une absence de courtoisie tout à fait déplorable, d’autant que la situation des familles en Isère n’est pas franchement plus favorable que celle que nous connaissons dans d’autres département, voire pire.

… Une famille sollicite donc sa réponse 

La situation faite par les services de l’ASE à la famille Delvarre nous amènera à la soutenir et à appuyer leur manifestation devant les locaux du conseil général, une nouvelle manifestation nationale soutenue par SOS Parents Abusés donnera lieu à un rendez-vous avec Brigitte Périllié, chargée de la famille et de l’enfance en danger au conseil général de l’Isère, ceci en présence de la presse.

C’était l’occasion pour les journalistes présents, pour la famille Delvarre, de revenir notamment sur les principes d’une défense de mesures alternatives au placement sur lesquels nous attendions encore la réponse d’André Vallini.

Paroles, paroles …

Brigitte Périllié se montrera alors conciliante, semblant soutenir la volonté des parents d’enfants placés à exercer leurs prérogatives parentales. La disqualification des familles par les services de l’ASE serait donc reconnue et dénoncée.

Brigitte Périllié s’engagera en paroles à réformer l’ASE dans les mois et les années qui viennent pour favoriser l’accompagnement parental plutôt que les placements.

Plus de moyens pour l’ASE = plus de familles disloquées

Il faut dire que les placements sont favorisés par le Conseil général de l’Isère, le développement de l’interventionnisme social dans le sillage de la loi de 2007 sur la protection de l’enfance ne réserve pas ce dispositif aux seuls véritables maltraitances qui les justifient. Effectivement, il suffit de suspecter un dysfonctionnement réel ou non d’une famille pour le résoudre en placements. ’

Un principe dans la droite ligne des syndicats de travailleurs sociaux au nom de la préservation des postes. Brigitte Périllié le fonde d’ailleurs par les moyens financiers importants dont dispose le département de l’Isère et donc l’ASE.  Expliquant qu’a contrario les départements dans l’incapacité financière de développer des places collectives favorisaient le maintien dans les familles tant que cela était possible.

Une piste que Brigitte Périllié considère plus humaine et qui devrait constituer un axe de la réforme de la protection de l’enfance en Isère. Cette même réforme qui avait mis les travailleurs sociaux dans la rue en mars 2013 et dont nous parlions dans notre lettre.

On attend les nécessaires coups de pied au cul

On attend les nécessaires coups de pied au cul

Des actes et des sanctions sont exigés

Nous avons donc là des réponses à ce que nous demandions, mais ce sont des actes que nous attendons désormais.

Sans attendre une réforme, il appartient aux chefs des exécutifs départementaux de faire face à leurs responsabilités.

Des actes disons nous !

Ainsi, alors même que la famille Delvarre évoque des mensonges calomnieux énoncés par le lieu de vie  et repris par les travailleurs sociaux dans leurs rapports,  la plainte n’est pas la seule solution pour sévir surtout du fait que de telles plaintes sont souvent classées et nécessitent de passer par la voie civile avec tous les frais que cela entraîne.

Pourtant des rapports calomnieux, on en trouve dans de nombreuses affaires.

Les familles réclament donc d’abord la sanction disciplinaire. Il ne saurait être ignoré qu’un responsable hiérarchique convaincu des indélicatesses d’un subordonné enquêteur social doit le dénoncer et le sanctionner ; à défaut il devient son complice.

Comme le rappelle un directeur territorial de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse :

« Concernant l’excès de pouvoir au sein de la Protection de l’Enfance, c’est au Président du Conseil Général, via son directeur Enfance Famille, de mettre de l’ordre dans ses troupes. En effet la loi du 5 mars 2007 confère au Président du Conseil Général le suivi en matière d’assistance éducative et de protection de l’enfance ; mission qu’il exerce lui-même grâce à ses services de l’Aide Sociale à l’Enfance ou par le biais d’associations habilitées dont il a toute latitude de retirer l’habilitation si le travail n’est pas fait correctement (et il sera suivi en cela par la Protection Judiciaire de la Jeunesse, ministère de la Justice). » 

 

 

commentaires
  1. […] André Vallini n’a pas trouvé bon de nous répondre ? Qu’à cela ne tienne, nous sommes… […]

  2. brunet-jambu dit :

    une instruction criminelle est ouverte contre des travailleurs sociaux d ille et vilaine pour faux en écriture publics dénonciation calomnieuse mise en péril volontaire de mineur attendons la suite cdas de thorigné fouillard

  3. Merci de nous permettre de suivre cette instruction criminelle contre les travailleurs sociaux d’Ille et Vilaine, Laurence.
    Merci au ComitéCEDIF pour cet article. Oui nous attendons des actes, des prises de position de la part du Conseil Général. Les parents commencent à se mobiliser et c’est un bien. Pratiquement dans tous les dossiers de familles, je rencontre ces calomnies, ces mensonges dans les dossiers et c’est insupportable dans cette « société de droits ». Continuons à agir.

  4. France: Un enfant de 8 ans torturé et violé en foyer d’accueil

    « Au foyer de placement pour mineurs (à Roanne), un enfant de 8 ans subit les assauts répétés de son co-pensionnaire de 14 ans. Les responsables ne semblent pas s’en émouvoir outre mesure »(AffairesFamiliales – 23/01/2014)

    • luna soleil dit :

      (((J ai l ‘article sous les yeux j ai beaucoup d humour mais la je n arrive pas a rire ou alors tres nerveusement … Et vu l article je suis aussi joueuse je parie que d ici peu on lira que c est le jeune de 8 ans qui a mentie )))))))…. Bref … Passage de l article C est d’abord le judicaire qui prend la main sur cette affairre .Cependant le president du conseil general à décidé de diligenter une enquête administrative .. Elle sera effectuée par la directrice de la protection de l enfance et un chef de service de cette direction …… (((( genial c est eux meme qui vont prouvé que tout va bien et surtout comment se tiré de cette sale affaire )))))) ……. ILS VONT verifier que les installations et organisation de cet établissement ne menacent pas la santé , la sécurité et le bien être des enfants ((((( c est la ou ja rrive pas a rire ils veulent verifié ils sont pas sur viol torture sur un enfants de 8 ans ben heu ! comment va la santé du garçon de 8 ans ? comment est il en sécurité , comment va son bien être ,sympa ils ont un doute ils vont verifié que tout va bien ) etc etc …. a non encore un truc qui me donne un rire nerveux Un premier rapport sera rendu dans 15 jours et les conclusions definitives de l enquete seont connues dans la deuxiemme quinzaine de fevrier …. (((. whaou ! c est rapide pour des famille qu on harcele depuis des mois des années eux pour un viol torture barbarie sur un enfants en quinze jours )))))L article fait une page une page je vais pas tout mettre mais la ça en dit assez LA PROTECTION DE L ENFANCE tout va bien ..

  5. TERRIOU Bruno dit :

    C’est une véritable mafia autour des conseils généraux et les services de la protection l’enfance qui chapeautent les juges qui viole leur obligation d’impartialité !!

  6. Delvarre Noëlle dit :

    Depuis la loi de mars 2007, les Conseils Généraux sont responsables des associations qu’ils sollicitent.dans la protection de l’enfance. Quand agiront-ils pour « remettre de l’ordre dans leur troupe  » ?

  7. […] Son but est de faire connaître votre situation auprès du président du conseil général, lequel est responsable de tout manquement commis par les services de la mal-nommée "Aide Socia…. […]

  8. glentir dit :

    Il est urgent de supprimer le conseils généraux, terme qui ne veut rien dire, terme inventé par des idiots du XVIII ième siècle, il est urgent de prendre la Bastille !

  9. Delvarre Noëlle (Mamina) dit :

    La seule députée iséroise qui n’ait pas répondu à mes courriers lui décrivant les « dysfonctionnements » de la protection de l’enfance est Mme Michèle BONNETON (députée écologiste).

    6 députés PS (Mesdames BATTISTEL, HUILLIER, Mrs BROTTES, DESTOT, ISSINDOU, VERAN ainsi que la secrétaire parlementaire de Mme Battistel) se sont manifestés par une demande commune de rendez-vous auprès du président du CG Mr Cottalorda (qui remplace Mr VALLINI au Conseil général). Nous attendons le résultat de cette rencontre. Mr Erwann BINET (PS) a reçu les familles. Nous n’avons plus de nouvelles depuis cette rencontre. A suivre donc.
    Les 2 députés UMP (Mrs BARBIER et MOYNE-BRESSAND) se sont manifestés auprès du président du CG par un courrier. Nous remercions ces députés pour leur demande auprès du Conseil Général pour que les LOIS régissant la « protection » de l’enfance soient appliquées.

    • TIRILLY dit :

      l’aide sociale à l’enfance est fondée sur l’art 375 du code civil, or le texte n’est pas conforme au droit objectif et au droit positif. Il suffit de lire Hans KELSEN ( théorie pure du droit pour s’en rendre compte), ni la morale, ni la sécurité sont des objets de droits pas plus que l’éducation.
      Les rédacteurs de ce texte ne sont pas des juristes, mais des tartuffes du droit.
      Tout comme le concept de majeur, qui veut dire « grand » et rien d’autre, il est urgent que les énarques apprennent le droit, ils ne risquent pas de rivaliser avec Peter HIGGS !!
      KELSEN a été dans le domaine juridique, ce que Albert EINSTEIN a été à la physique, à savoir un génie, tout comme le fût MOZART. Pour quel motif maintient-on chez lez avocats, la robe, le barreau, le bâtonnier qui date de Philippe III le Hardi ? Pour des raisons religieuse, et la soumission à l’autorité ( voir le livre de Stanley MILGRAM) et les ouvrages de Marie-France HIRIGOYEN. Un véritable sujet de thèse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s