seringueMadame N, dont les deux fils ont été très abîmés par des placements, a voulu nous faire connaître l’étrange protocole suivi par les services sociaux en ce qui concerne la santé de ses enfants.

Nous abordons la question lors d’un entretien.

Carence de soins

CEDIF : Vous vous étonnez de l’absence de soins médicaux prodigués à vos enfants, pouvez-vous nous indiquer les implications  de cette carence ?

Madame N : Oui, mon fils est resté des semaines avec des verrues plein les pieds et les mains. Je l’ai emmené moi-même chez un dermatologue, qui les a traitées et prescrit une préparation magistrale.

CEDIF : Vous avez donc pu guérir votre fils en passant par-dessus l’ASE !

Madame N : Oui, mais j’ai entrepris cette démarche qui m’a valu de verts reproches :  on m’a clairement signifié que je n’avais pas intérêt à contester « la qualité des soins prodigués aux enfants » !

Malheureusement, la préparation de mon fils ne lui a jamais appliquée, elle est restée dans un placard au foyer … Cette préparation magistrale, non remboursée, bien que d’un coût modeste, est partie aux « pertes et profits ».

La situation s’est reproduite un certain nombre de fois, avec la même réaction de la part de la directrice du centre.

Le parent qui n’a plus de prérogatives sur la santé de son enfant, ne peut se permettre aucune suggestion si son enfant est malade.

Mon autre fils, Alexis, faisait des crises de tétanie. Il était alors l’objet de brimades par certains des éducateurs, au mieux on ne s’en occupait pas. Je n’ai connu qu’une éducatrice un peu plus humaine qui venait le rassurer si elle était présente.

L’individu n’existe pas, ils ne connaissent que le collectif

CEDIF : Il n’y a donc pas de véritable suivi médical pour les enfants malades dans les foyers ?

Madame N : Si, mais comme pour tous les actes de la vie quotidienne des enfants, tout se déroule « collectivement », c’est-à-dire que si un enfant est malade, il attendra bien la « visite collective », il semble inconcevable qu’un seul enfant ait droit à des soins ponctuels.

CEDIF : Il y a tout de même eu ne serait-ce qu’un acte médical d’entrepris ?

Madame N : Effectivement, les enfants ont été soumis à une campagne de vaccination contre l’hépatite à l’âge de 8 et 9 ans pour « les protéger des risques sexuels » notamment !  Je n’ai pas été rassurée par ce geste pour lequel aucune autorisation ne m’a été demandée. D’ailleurs cette vaccination n’étant pas obligatoire, à aucun moment je ne l’ai envisagée pour mes enfants à cet âge.

Tout se perd ! Ou se vole ?

CEDIF : Décidément, il y avait peut-être aussi de graves problèmes d’hygiène …

Madame N : Oh oui, en matière de vêture les enfants n’avaient droit qu’à une tenue par semaine. Les vêtements de tous les enfants sont mélangés, passés à l’eau de javel, jamais repassés. Imaginez le sentiment d’un enfant qui arrive chaque jour à l’école habillé comme un indigent. .

Le jour de mon mariage j’ai dû préparer spécialement des vêtements pour mon fils qui n’avait ni maillot de corps ni chemise, portant un pull à même la peau. Je lui ai donc fourni des vêtements entièrement neufs achetés pour l’occasion. Lorsqu’on me les a remis, mon fils n’avait à nouveau que son pull à même la peau, alors que le trousseau comprenait maillots de corps et chemise.

En plus les conditions d’hébergement frisent l’insalubrité. Le foyer où étaient placés mes garçons, et qui a heureusement été démoli depuis, était un bâtiment vétuste et dégradé. Les fenêtres laissaient passer l’air, certaines ne fermaient qu’avec du papier intercalé.

Les sols et revêtements étaient dans un état lamentable, il y avait aussi de nombreuses traces d’infiltrations et des problèmes de chauffage, les équipements étant également hors d’âge, il n’était pas rare que l’eau ne soit pas chaude ou qu’il n’y en ait pas suffisamment pour tout le monde. Cerise sur cet indigeste gâteau, l’accès aux toilettes était également restreint !!!

CEDIF :  Merci de votre témoignage Madame N, au prix que coûte à la collectivité chacun de ces enfants en foyers et surtout ces personnels préoccupés de leur statut plutôt que de leurs serives, on ne peut que s’étonner de l’indifférence à l’endroit de la santé des enfants et du mauvais emploi des fonds. Nous en profitons pour rappeler que des enfants voient, au moment où vous nous lisez, leur vie mise en danger en foyer.

Publicités
commentaires
  1. declercq dit :

    c’est effarant ,mais personne ne fais rien alors ?

    • de freitas dit :

      je confirme mon enfant agé de 4 ans ne fait que 13 kilos jai du attendre 1 an durant lequel il n’a pas pris un gramme il est a l’heure actuelle en insuffisance pondéral jai pu depuis que mes droits ce sont rélargis l’emmener en consultation et demander a faire des analyses il faut maintenant que les personnes qui sont responsable agissent afin que le suivi ce fasse le plus rapidement possible et ca c’est pas gagné

      • Jenny dit :

        Mon fils de bientôt 7 ans vie chez sont père il ne fait que 16 kl sont père et sa copine mettent mon fils avec sa fille a elle dans le coffre de leurs voiture sans permis sans être attaché sans rehausseur et il l’emmène pas au dentiste c’est moi qui m’occupe des que je l’est des démarche médical mais d’après l’aemo il n’est pas en danger!!! Il y a de quoi se poser des question surtout quand on c’est que sont père est un manipulateur menteur et qu’il a même retourné mes propre parents contre moi il raconte même à qui veux l’entendre que je n’est plus de droit sur mon fils alors que il n’y a même pas encore eu de jugement jaf avec mon avocate on attend avec impatience le jour du tribunal.. Sa c’est pas tout j’ai encore pas mal de choses mais bon trop long..

  2. antignone dit :

    Bonjour, en quelle année s’il vous plaît?……………
    Je suis stupéfaite de cet échange, je sais et je connais les nombreuses « malfaçons » des services sociaux, mais là! A aucun moment le service gardien n’a autorité sur les patents en matière de soins, les vaccinations sont interdites sans l’autorisation des parents, c’est scandaleux!
    Je sais que ce n’est pas simple de tenir tête à ces bourreaux d’enfants mais faites valoir vos droits, exiger le livret d’accueil, consultez le: il prône la qualité dans toutes ses lignes!
    Faites des courriers aux cadres, aux Directeurs, au conseil général. Faites vous aider pour les rédiger si besoin, n’hésiter pas à échanger sur les réseaux sociaux, n’accusez pas mais constatez.
    Piège et pain béni pour les bourreaux: Ici,par exemple, vous évoquez les vêtements: ce sera leur meilleure défense si vous percevez encore les allocations familiales:
    « Madame est sans scrupule, non seulement, elle perçoit les allocations, qui , je le rappelle, sont à destination de ses enfants, qui je le rappelle sont à la charge de l’état et se permet d’émettre des critiques sur la façon dont nous prenons soin de ses enfants » Je les connais par cœur!
    C’est horrible, oui, c’est inconcevable à notre époque, oui!
    J’ai lu rapidement dans un magazine que 10000 enfants, juste dans le nord, étaient confiés à des ASFAM, pour une durée moyenne de 7 ans???????????????
    Comment peut-on payer des salariés qui mettent 7 ans à rendre les enfants à leur famille!!! Il est où le problème, qui est incompétent dans toute cette chaîne?
    Et pour me tordre encore un peu plus les « boyaux » l’article énonce que des centaines d’ASFAM vont venir renforcer les équipes, ça fait peur, où vont-ils aller chercher les centaines d’enfants?
    Je n’ai plus le nom de cette personne, je crois qu’elle occupe un poste stratégique à l’ASE.
    Alors que réfléchir à l’accompagnement à domicile, sans placement mais des objectifs à atteindre pour les travailleurs sociaux coûteraient largement moins cher et réduirait la souffrance de nos, de vos enfants!
    PS: si l’établissement n’a pas eu votre accord pour la vaccination: vos enfants pourront porter plainte à leur majorité!

    • Bien dit, Antigone ! Je partage, avec vous, ce dont vous signalez. Chez nous, en Belgique, c’est pareil avec les SAJ / SPJ où… pour résumer… leurs propres intérêts passent AVANT les intérêts des enfants !
      En France, en Belgique, il n’y a pas de pétrole à exploiter… et, depuis belle lurette, il n’y a plus de charbon non plus… Alors, faut-il croire que les exploitations d’enfants (ASE / SAJ / SPJ) puissent permettre de compenser afin de créer une richesse spécifique pour toute une catégorie de professionnels ?… Bien sûr que oui ! L’exploitation des enfants, ça rapporte bien !

    • Virginie Noroy dit :

      Bonjour Antigone,
      c’était de 2007 à 2009 dans le Nord (je ne cite pas la jolie ville)….
      et oui, cela s’est passé ainsi!
      A cette époque malheureusement, je ne disposais pas des réseaux sociaux, j’étais « isolée », emmurée dans la honte, l’opprobe et ne comptais sur aucun soutien hormis celui de mes proches, j’étais seule face à la bete, et meme si je tenais tête, passant pour une arrogante et une snob, ce qui fut dit à mes enfants, j’ai résisté avec mes armes….
      Bien sur que je percevais les allocations, et mes enfants en profitaient, je ramenais vetements et gâteries, de plus je les avais chez moi les WE. Je leur achetais des vêtements convenables pour de petits garçons, c’est à dire pantalons, chemise, chaussures, et non joggings et baskets qui pour moi ne sont en aucun cas des vêtements: les garçons se sont vite habitués à ces sacs poubelle informes et sans style malheureusement, ça faisait « couleur locale, style »…. ainsi qu’on le disait devant eux, « ils ont le droit de choisir, vous êtes abusive »….. moui…..
      Dans le nord effectivement, l’ASE sévit fortement, mais pas là où il faudrait, je l’ai vu de mes propres yeux, ce serait long à décrire, mais la maltraitance est une tradition, les enfants de certaines catégories de personnes sont juste des porte monnaie… cette région est infestée d’alcooliques héréditaires, les enfants nourris avec ce qu’il y a, c’est à dire pas grand chose, vetus de meme, lavés par la pluie, recevant leur dose de Théralène ou de Nopron le soir pour qu’ils « fichent la paix », et offrent sur leur compte à leurs géniteurs, des télévisions et objets de luxe, des voitures, et surtout leur alcool et leur drogue…. là, on n’y va pas…. à vingt ans les filles en ont déja au moins trois, blâfards, tro maigres ou trop gros, selon qu’ils mangent des chips ou des frites, ou un bol de lait au repas…. et ce ne sont pas ceux là qui sont placés…. on en met quelques-uns dans les foyers, et le travail de gangrènage des enfants ayant reçu un peu d’éducation est vite fait! Ajoutez à cela un refrain démolisseur disant « tout le monde est pareil, ya pas de différence sociale, pas de niveau, pas d’origines à relever, pas de meilleur, la richesse ne se mérite pas, c’est un du… nononon, pas besoin d’être premier en classe, ça sert à rien et c’est méchant pour ceux qui ne travaillent pas »….. et vous voilà avec de parfaits petits monstres fabriqués maison!
      Mes propos peuvent vous paraitre crus, mais honnêtement c’est ainsi que ça se passe!
      Pour ce qui est des préoccupations de mes ainés pour leur santé, ils sont hélas en tel état de démolition, que ce qui les préoccupe pour le moment ce n’est pas de se retourner contre leur destructeur, mais contre… MOI!!!!

      • comitecedif dit :

        Oui c’est comme cela qu’ils veulent éduquer nos enfants à notre place pour en faire des cas sociaux. Ils tirent aussi les parents vers le bas à grands coups d’allocations.

  3. Attis dit :

    site d’information , qui dénonce le système de la pédophile en France

    http://dondevamos.canalblog.com/archives/2015/10/11/32758516.html#c67342547
    En savoir plus sur http://asso-cedif.e-monsite.com/pages/se-r-vices-sociaux/fichage-familial-des-la-maternelle.html#comment#abbl2HEiwCKirLSQ.99

    merci de relier l’information affaire scabreuse , à vomir

  4. […] Le mois dernier nous accordions la parole à une mère qui dénonçait la carence de soin dont ses enfants ont été les victimes lors d’un pla…. […]

  5. mag dit :

    L’une des première chose que l’on demande aux parents lors d’un placement en foyer c’est de céder la carte vital et le carnet de santé , et effectivement lorsqu’un des enfants a besoin de soins spécifique et qu’ils ne sont toujours pas mis en place au bout d’un mois on vous répond que « le médecin » ( j’appelerais plutôt sa un interne ) a déclaré que ce n’es que purement esthétique le port d’un corset par exemple donc pas « une obligation mais ils sont malins ils savent très bien que si vous essayer de passé outre ils vont vous sucré une sortie disant que vous êtres en état de stresse pour les enfants ils sont pleins de ressources ces gens la

  6. Delvarre Noëlle dit :

    De nombreux foyers sont dans un état lamentable. Les soins ne sont pas donnés aux enfants, les locaux sont dégradés et pas entretenus, les poux pullulent etc.. Honte aux conseils départementaux.

  7. rialland catherine dit :

    bonjour la personne qui parle du nord peut elle me contacter en mp,concernée dans le nord
    https://www.facebook.com/

  8. PAPEETE dit :

    Bonjour, mon fils est place dans un foyer dans l’Essonne, se plaint d avoir une alimentation déséquilibrée. « Analyses de sang le prouve »
    Les repas : and burger, frite, poulet, pommes de terre, jamais de fruits et de légumes. Ah, des glaces, ils en mangent à tous les repas êtes comme hivers….. Que fait l aide ménagère, cuisinière de ses jours…
    Les steak hachés sont mis directement dans le congelateur sans leurs emballages  » ils sont givrés », les fruits sont mis dans une piece ferme à clé  » quand un enfant réclame un fruit, ce n est jamais le bon moment, attendre et ils attendent toujours leurs fruits ». Après c est pourrie et poubelle. Quel gâchis ?
    Et l hygiène, les baignoires toutes pleines de crasses, ils vivent avec des cafards etc…
    Et la securite, le rail qui tient le rideau de la baignoire complément arrache, les extincteurs ne sont même pas révisé, pas de sortie de secours etc….
    Mon fils se plaignant, j ai fait appel par courrier en lettre recommandée au service de la DDPP depuis 4 mois et sans reponse à ce jour. Malgres plusieurs relances aupres de se services. On me dit qu il y a des dossiers plus important a traité. Et bien voyons qu est ce qui est plus important que des enfants…… La dénonciation aurait dû être anonyme  » comme on m’a su me l indiquer par telephone » ce qui a été faut puisqu ils ont envoyés le courrier directement à l inspectrice de l ASE.
    Alors la, tout c est dégénérer. Je me fais passée pour une mere beaucoup trop omniprésente auprès de son fils. On m accusé de son mal hêtre entre les problèmes qui se trouvent dans le foyer. Voyons la mauvaise mere est coupable de l hygiène et de la securite du foyer, meme si elle ne vie pas avec eux.
    Quelle honte, ils ne sont même pas fichu d accepter leurs erreurs. On m accuse que tout est de ma faute. Et on se permets de faire la morale aux parents. Mon dieu, ou va t on ?
    Et le juge dans tout sa, soutien tous ses services sociaux qui sont la, pour renouer soit disant parents/enfants. Serait il pas là pour punir parents/enfants !!!!! Je peux vous dire que le juge n a pas du tout aimer ma phrase lors de l audience. Mais je m en fou, je dis la vérité, qu on l accepte ou pas c est pareil.
    Tout le monde doit savoir ce qu il se passe. Comment travail tous ses services. Ils sont tous des menteurs manipulateur auprès de nos enfants et de nos familles. Et les magistrats les soutient. Dans quel monde vivont nous ?,,
    Maintenant associations, aidez nous à remettre un minimn de l ordre dans toutes ses institutions !…..

    Illona

    • Mag dit :

      Bonjour.

      Rien n es anonyme avec ces gens ils se delectes de la moindre opportunités de se mettre une affaire sous la dents si je puis dire
      S attaquer a l engrenage foyer/ase seule c est le debut d un challenge mental la moindre choses que vous demanderez ou reflexion seras pris comme une attaque de votre part ils feront tout pour vous déstabilisé pour vous pousser a la grosse faute qui a l extreme iras jusqua une expertise psy si elle vous est défavorable tout vous seras automatiquement refuser

      Mais comme moi .le cediff et bien d autres lutte pour que cela changes certe c est long c est une bataille c est douloureux mais il faut tenir et surtout ce que j ai appris garder la maîtrise de soi car perdre ces moyens faces a toutes cette administration n es que du pain béni pour eux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s