Des affaires loin d’être isolées

L’affaire de viols sur mineurs dans le cadre de la « protection de l’enfance » est loin d’être une première dans tout l’hexagone, mais enfin elle est médiatisée, ne serait-ce que dans la presse régionale, en l’occurrence Ouest France.

Comment s’étonner d’ailleurs que des lieux de promiscuité et d’absence éducative que sont de trop nombreux foyers de l’ASE soient les théâtres d’abus sur mineurs ?

Nous ne nous en étonnons pas au CEDIF, puisque nous nous sommes déjà offusqués de la volonté de certains de mettre fin aux centres éducatifs fermés afin de mélanger mineurs délinquants avec leurs victimes potentielles.

Comme dans un moulin, on y entre et on en fugue

Ainsi une nouvelle plainte pour viol a été déposée contre un Nième foyer en l’occurrence le foyer Tournemine d’Angers géré par l’association « Accomplissement Réalisation Projet Éducation Jeune Enfant » (ARPEJE).

Ce qui est reproché à ce foyer, vers lequel sont placés une cinquantaine de jeunes par décision de juges des enfants ou en situation d’urgence, c’est de ne pas avoir été capable d’empêcher la fugue de deux adolescentes âgées de 14 et 15 ans et les conséquences qui en ont résulté, à savoir le fait qu’elles ont été violées.

Si nous devions faire la liste des foyers pour lesquels aucune fugue n’est recensée, il est fort possible que nous ne puissions n’en citer aucun. Les foyers sont un lieu d’où l’on s’échappe facilement avec mise en danger du pensionnaire fugueur et souvent obligation de la famille de le ramener. Dans chacune de ces situations de fugue, nous n’avons cessé au CEDIF de préconiser une plainte pour mise en danger de mineur.

Gérer des jeunes fugueurs n’est certes pas une sinécure pour les foyers. Dans de telles situations, tout simplement pour ne pas s’exposer, pour avoir la paix, les éducateurs préfèrent laisser le jeune dans sa famille même si le placement est d’ordre judiciaire.

Prédateurs et proies sexuelles parmi les mineurs

C’est donc à sa famille qu’une des fugueuses fera la révélation du viol subi lors de la nuit du 27 au 28 mars 2015. Les faits de viols n’auraient pas été commis par d’autres pensionnaires. Précisons au passage qu’il n’est même pas indispensable de fuguer pour se faire violer car les deux précédentes affaires de Saint Barthélémy d’Anjou et d’Angers respectivement à l’ITEP Le Colombier et au foyer pour pré-adolescents Aladin concernaient des viols collectifs entre mineurs placés. Sans compter d’autres affaires mettant en cause des éducateurs pédocriminels.

Indignes syndicats

On aurait pu s’attendre à ce que les préconisations du CEDIF soient davantage prises en compte, mais au contraire, nous assistons à une levée de boucliers afin de défendre les éducateurs. Comme nous le savons tout « dysfonctionnement » est l’occasion de demander davantage de créations de postes et d’argent pour le business de l’enfance. Cela n’a pas manqué encore une fois puisque le syndicat SUD s’est fait entendre sur cette affaire pour oser manifester son soutien aux personnels des foyers de l’ASE présentés comme les véritables victimes de restrictions budgétaires, alors que comme près de 100 millions d’euros sont consacrés par le département de Maine et Loire à la mal-nommée « protection de l’enfance ».

La véritable question à poser est de savoir comment tant de notre argent peut-être consacré à des missions dont la justification est en cause au regard des véritables critères de placement et surtout avec les résultats que l’on connaît. Eh oui, l’annuaire de l’action sociale présente le foyer Aladin en précisant que les raisons du placement sont notamment la « Maltraitance : inceste, abus sexuels, sévices corporels ».

L’impunité doit cesser
Les preuves sont ici

Les preuves sont ici

 Il convient donc de contrôler les foyers de l’ASE, non pas par les services internes du conseil départemental comme il l’est fait dans le Maine et Loire et ailleurs, mais pas de véritables inspections externes menées par l’IGAS notamment et sous le contrôle d’associations de protection de l’enfance et des familles.

Il est certain que de telles enquêtes mèneraient à des avancées en responsabilisant ceux qui se continuent à échapper à leurs responsabilités.

Il est effectivement facile de parler de son business en terme de moyens comme le font les syndicats, mais qui écoute la parole des victimes violées sept mois d’affilée sans réaction, que deviennent des plaintes aussi graves que celles qui évoquent des témoignages concordants montrant que des notes laissant suspecter les viols ont été intentionnellement détruites ?

Là encore faute de réponse du procureur, l’avocate de la victime a saisi le juge d’instruction en mettant en cause toute l’équipe « éducative »

De telles démarches doivent être mise davantage en lumière que les piaillements indignes des syndicats de travailleurs sociaux, ces indignes indignés.

Advertisements
commentaires
  1. Delvarre Noëlle (Mamina) dit :

    Une radio intéressante : http://www.souffrancesinvisibles.com/attachment/617456/

  2. Delvarre Noëlle (Mamina) dit :

    Je viens d’avoir au téléphone une mère dont la fille a fugué de l’ITEP où elle était placée en internat (et on peut se demander pourquoi vu son bon QI). Sa fille a vu des viols de jeunes contre d’autres jeunes et a failli l’être. Elle est en fugue depuis MAI 2015 et personne ne sait où elle est. La mère se fait rembarrer quand elle questionne la police. Les services sociaux ont eu le culot de lui demander les 15 euros par mois pour sa fille alors qu’il lui ont renvoyé ses affaires, suite à cette fugue.. Une histoire à ne pas pouvoir s’endormir. Mais que font les services sociaux ? Mais que fait la police ? Elle a 15 ans… La mère est du département 51.

    • comitecedif dit :

      Nous sommes tout à fait disponible pour permettre à cette maman de s’exprimer face à la situation dramatique dans laquelle les sévices sociaux l’ont placé.

      • ruiz dit :

        ma fille est en placement aussi, c catastrophique, je me bats contre un mur, ma fille fugue, se drogue, elle est méconnaissable, je me bats pour l’a récupérer, mais elle est habitué a faire ce qu’elle veut au foyer, sorts et rentre a 2 ou 3 h du matin, et pour curronné le tout, elle a en tout 120 euro par moi argent de poche + les habits etc…. je comprends qu’elle veut y rester, mais comment faire, contre ce dysfonctionnement, elle est devenu délinquante, elle n’était pas comme ça, je vs souhaite du courage, quant aux éducateurs, c’est des menteurs, des cons, mais je me bats et ne me laisserai pas faire, il faut être forte, voilà bon courage et j’espère qu’ils vont retrouver la jeune, merci

    • Jpa Dod dit :

      deux déclarées en …rien ..à l’époque le foyer même pas fait de déclarations de fugues, la mère était a l hôpital ..à 18 de ses filles .. elle a reçu une lettre de l’ase disant …rendues a la famille …jamais revu 1 l’autre des années après

  3. hornain dit :

    je ne vis plus depuis 5 mois ,personne ne m’écoutes ,je désespère jour après jour le juge a placé ma fille a sa demande ,un garçon de 18 ans a monter ma fille contre nous ,et lui a donner les démarches a suivre pour qu’ils se voient ,se téléphone s’écrivent plus librement lui a dis tu n’as qu’a aller dans un foyer ,comme ça tu fugue et ma mère vas te prendre en foyer d’accueil ma file a toute pour être heureuse avec nous ,je souffre le martyr j’ai toutes les preuves personnes n’en veux que faire ,?elle n’a que 14 ans et en avait 13 quand elle a commencer a discutter avec lui que faire ,,? aidez moi svp

  4. Vous Pouvez Visiter mon site
    Consacré aux réseaux pédophilesde l’état
    Français
    http://www.amandine.genie.ovh/

  5. dodeler dit :

    sur ma page, il y a un certificat medical …dans le rapport de l’ase au tpe (soit 1 an apres quand nous l’avons appris ) « des jeux sexuels depuis un an .. » ..et la juge a zapper le sujet tpe …la cour d’appel à dit stop pourtant ma fille y est encore ..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s