119 : un drôle de paradoxe

Publié: 06/01/2016 dans Se(r)vices Sociaux
Tags:, , , , , ,

Les appels au 119

119Le Groupement d’intérêt public Enfants en danger (GIPED), à la tête de l’Observatoire national de l’enfance en danger (ONED) et du Service national d’accueil téléphonique de l’enfance en danger qui gère le 119, fait le point sur les alertes relatives à la « protection de l’enfance ».

Voila une opportunité d’actualiser les données dont nous disposons relativement aux cas de déclenchements d’informations préoccupantes (procédure simplement administrative gérée par l’ASE).

Précisons, en effet, que le rôle du 119 consiste à recueillir des appels signalant des situation dites « d’enfants en danger », que ces situations sont analysées avant éventuelle transmission aux cellules de recueil des informations préoccupantes (CRIP) des départements.

Lesquelles cellules procédent ensuite dans 40 % des cas à un suivi administratif (information préoccupante) ou à judiciaire (signalement).

Une importante baisse des appels

Un constat est d’emblée réalisé : celui d’une baisse importante du nombre d’appels. En effet alors que jusqu’en 2012 le nombre de coups de fils passés excédait le million chaque année, il n’a été recueilli qu’un peu plus de 600 000 appels en 2014…

Un chiffre qui reste relativement élevé mais qui marque une baisse de 40% des appels ce qui doit bien pouvoir s’expliquer.

L’autorité de gestion du 119 a livré ses explications en imputant cette baisse par l’impossibilité faite désormais de réaliser des appels cachés ainsi que le filtrage momentané de numéros « black listés ». On apprend effectivement que de nombreux appels répétitifs malveillants parvenaient au 119, mais de là à ce que ces appels représentent plus du tiers des coups de fil reçus, voila qui parait excessif !

Mais des traitements en hausse

Pour autant le dispositif de recueil des informations préoccupantes ne chôme pas puisque 33 043 appels en 2014 ont été retransmis pour un suivi, alors que 30 716 appels ont fait l’objet d’un tel traitement en 2009.

Ceci n’est guère logique à moins d’admettre que les appelants sont plus raisonnables qu’ils ne l’étaient et n’abusent pas de cette faculté de dénoncer des situations d’enfants en danger. Mais dans ce cas il conviendrait de comprendre une telle évolution spontanée des comportements, évolution tellement spontanée qu’elle en devient improbable.

D’ailleurs les appelants restent les mêmes, comme il s’agit seulement de recueillir des appels de particuliers (une autre procédure existe pour les écoles et les hôpitaux qui signalent) on compte toujours 40 % d’appels provenant du père ou de la mère et 11 % d’appels de mineurs.

Les causes alléguées des appels ne varient pas non plus dans leur répartition : un tiers de violences psychologiques, un tiers de négligences, un quart de violences physiques.

Il faudrait alors considérer que les effectifs permettant le recueil des appelants permet de maintenir le même rythme de transmission aux CRIP. Ce qui reviendrait à dire que plus il existe de personnels chargés de réaliser des informations préoccupantes, plus il y aura d’informations préoccupantes transmises.

Une politique de traitement qui dépend aussi des différents départements puisque entre 2012 et 2014 les informations préoccupantes traitées ont augmenté de 55 % pour le département de la Nièvre. C’est que comme le disait son président : «La Nièvre est traditionnellement une terre d’accueil pour les enfants confiés »

On ne change donc pas si facilement les traditions locales.

 

Advertisements
commentaires
  1. Delvarre Noëlle (Mamina) dit :

    Merci pour cet article qui clarifie les notions d’informations préoccupantes, de signalement ainsi que le suivi administratif ou judiciaire,
    Honte à la Nièvre !
    Ne pourrait-on penser aussi que la baisse importante du nombre d’appels vient aussi du fait que les familles s’informent par internet des conséquences de leur appel au 119 avant de « signaler » ou au conseil départemental avant de demander de l’aide. En voyant ce qui arrivera à leurs enfants, je pense que bon nombre doit y renoncer. Et ils font bien de résoudre le problème autrement s’ils le peuvent.

    • comitecedif dit :

      Je n’avais pas pensé à cette explication mais effectivement la diffusion des informations CEDIF par notre association et d’autres date effectivement de la baisse des appels au 119. Si nous y sommes pour quelque chose cela ne freine pas pour autant le zèle des placeurs. Eh oui toute administration créé son activité.

  2. declercq dit :

    je tiens a dire ,qu’un signalement me concernant a était fait et l’assistance sociale me l’a montré !il vient d’un virtuel qui en relation avec ma fille manipuler par lui même ,je le cite ( je connais une ados de 14 ans ses parents l’empêchent d’aller sur internet ,fouille ses affaires ,et l’empêche de sortir .)je n’ai pas eu de difficultés a rire devant l’assistance sociale ,car je venait de porter plainte sur ce virtuel ,en clair il réclamer son jouet ,ma fille bien sur !donc ça doit faire partie des appelles que reçoit le 119 ,mais de vrais appelles ,? LES SEVICES SOCIAUX NE FONT PAS CE QU’IL FAUT POUR DES ENFANTS REELEMENT EN DANGER .

  3. stoofy dit :

    Et du coup vu qu’ il y a moins d appel l ase fait des publicités diffuser en continu a la télé afin de laver le cerveau des gens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s