Des députés pédophiles ?!
Député et violeur d'enfants

Député et pédocriminel

Pas possible encore une théorie de la conspiration ?

Sauf que les journaux britanniques en ont dernièrement largement parlé, évoquant le réseau pédophile de Westminster et éclaboussant une quarantaine de députés de tous les partis non encore nommés -mais le seront-ils un jour ?

Une affaire tout à fait dramatique mais guère surprenante :

  • D’abord par la difficulté de la faire connaître. Ainsi il faudra que ce soit un magistrat à la retraite, Vishambra Mehrotra, qui dénonce l’enlèvement et l’assassinat de son fils de 8 ans en 1981, puis qu’un député relaie les dénonciations, pour que l’on en entende parler.
  • Ensuite par les protections dont ont pu bénéficier les criminels du fait de leur influence, puisque le réseau en question comprend des juges et des politiques se donnant rendez-vous dans un bordel homosexuel situé à une demi-heure du cœur de Londres.
  • Classique aussi par la volonté de ne pas traiter juridiquement. Trop souvent de telles affaires ne sont pas prises au sérieux ou quand elles le sont, ainsi que le dénonce Vishambar Mehrotra, Scotland Yard, la police britannique, ainsi que les décideurs tentent d’étouffer l’affaire.
La banalité de l’horreur

La pédocriminalité devrait faire l’objet d’études sociologiques notamment sous l’angle des conditions institutionnelles qui la favorisent.

En effet, s’il n’est pas certain que, par nature, le Grande-Bretagne soit plus touchée par ce fléau que d’autres pays européens, par contre l’existence de réseaux européens ne fait guère de doutes. Pas de doute non plus sur la particulière perméabilité des hommes de l’État à ce type de dérive criminelle et les risques offerts par les innovations législatives actuelles telles que la possibilité d’enlever des enfants pour les faire adopter.

C’est là d’ailleurs une pratique qui fait scandale en Grande-Bretagne et qui est devenue légalement possible en France sous prétexte de « délaissement d’enfants ».

Geoffrey Dickens, un héros de notre temps
En mémoire de Geoffrey Dickins, 1931-1995

En mémoire de Geoffrey Dickens, 1931-1995

N’ayons pas peur des mots, Geoffrey Dickens est un héros. Il est l’âme du combat anti-pédophile. Il faut connaître l’histoire de cet homme hors du commun pour comprendre la pugnacité qu’il a développé dans un atmosphère d’hostilité de ses collègues.

Geoffrey Dickens est né à Londres en 1931 et sera placé dans l’équivalent de nos foyers de l’ASE jusqu’à ses huit ans.

Devenu député du parti conservateur, il se présentera comme le défenseur de la famille et du principe de subsidiarité.

Au nom de ses valeurs moquées par ses collègues qui ne croient qu’à l’impunité du pouvoir, il déclarera la guerre aux pédophiles et sa notoriété lui vaudra d’être contacté par des victimes du « réseau de Westminster », il recevra 8 000 lettres de particuliers dénonçant des affaires de pédocrimanilté dans tout le pays et de nombreuses menaces de mort.

Le député Dickens devient le porte-parole des gosses violés, il mènera lui-même l’enquête réunissant de nombreuses preuves.

Il fera savoir qu’un très haut fonctionnaire des affaires étrangères avait conservé son poste en dépit de 57 photos pédophiles trouvées et dont il aurait pu être le photographe.

Il ajoute au dossier Westminster des accusations relatives notamment à des travailleurs sociaux pédocriminels, au présentateur vedette de TV Jimmy Saville, à un foyer d’enfants et à une secte soumettant de jeunes filles mineures à un esclavage sexuel.

Geoffrey Dickens, dégoûté du peu de réaction de l’administration, dira mettre son immunité parlementaire au service du peuple en faisant fuiter dans la presse les éléments du dossier pédocriminel. Autrement dit s’il n’avait pas été député il aurait été jeté en prison pour diffamation.

Il avait déclaré publiquement qu’au moins 10  personnes dont 8 hautes personnalités étaient impliquées dans des atrocités commises sur des enfants. Il sera mis en cause pour avoir fait connaître ce scandale pédocriminel à la presse dès 1984. Les autorités avaient nié l’existence des faits relatés et vont perdre les deux dossiers confiés par le député Dickens.

Il a fallu cependant que d’autres témoignages soient émis pour que la justice ouvre enfin les yeux sur une affaire ancienne qui ne donnera lieu à enquête que plus de 30 ans après les faits, le temps que les protagonistes aient disparu de la circulation. Entre-temps, Geoffrey Dickens n’est plus de ce monde.

Que se serait-il passé exactement ?
Le bordel pédocriminel des députés

Le bordel pédocriminel des députés

La maison d’hôtes des Ormes à Barnes (Elm’s guest-house) était réputée comme un bordel homosexuel pour des personnalités étatiques, mais aussi du show-biz et du personnel du palais de Buckingham jusqu’à ce qu’elle soit enfin fermée en 1982.

Carole Kasir, sa gérante mettait à disposition un sauna, un solarium, un studio video, mais aussi des garçons le plus souvent de moins de 10 ans pour les offrir à de hauts fonctionnaires et des politiques. La passe et les orgies étaient tarifés à partir de 20 livres sterling.

La plupart de ces pauvres gamins étaient enlevés à leur famille et l’objet de placements auprès des sévices sociaux britanniques comme le révèle le Daily Mail.

La maison d’enfants de Grafton sera notamment mise en cause, ses administrateurs ayant été convaincus de s’y adonner à des viols d’enfants et à la réalisation de photographies pédophiles.

 Selon le député Dickens, ce bordel recrutait du personnel de maison de 15 à 16 ans pour les amateurs d’adolescents, ces victimes étaient incitées à devenir complices. D’ailleurs, Anthony, un de ces adolescents aurait ensuite connu une « promotion » en étant engagé par un haut diplomate britannique membre du « Paedophile Information Exchange », un lobby militant pour une ouverture légale aux relations sexuelles entre adultes et enfants à partir de 4 ans ! Anthony avait écrit à ses parents que s’ils avaient connaissance de ce qu’on lui avait fait faire, ils ne voudraient plus jamais entendre parler de lui.

Une victime présumée dira y avoir vu un député étrangler un jeune garçon et avoir assisté au meurtre de deux autres d’entre eux. Peter Hatton-Bornshin, autre garçon violé à répétition finira par se suicider des années plus tard après être tombé dans la drogue.

Les noms des salopards n’ont pas tous filtré mais il y aurait une quarantaine de députés selon l’enquête Fernbridge, nous pouvons en citer au moins un, Cyril Smith, décédé en 2002.

La gérante de ce bordel se vantait d’ailleurs d’avoir mis dans un coffre des photos compromettantes de ses clients dont Cyril Smith avec des enfants. Elle mourra avant la fin de son procès dans d’étranges circonstances, la mortalité accidentelle autour de cette affaire est d’ailleurs anormalement élevée : les morts ne parlent pas !

Publicités
commentaires
  1. nobili dit :

    je suis convaincu que mon enfant actuellement placé en maison d’enfant, est malmenée par les différents intervenants de la maison d’enfants dans l’objectif de le faire taire.

    c’est quoi tout ça, dans quel monde vie t’on?

    la plupart de ces personnes ne sont que des malades en soif de puissance.

  2. antignone dit :

    Bonjour! J’ai la nausée! L’Homme est définitivement un monstre, là tout de suite, je voudrais les avoir face à moi… Malheureusement cela ne changerai pas l’horreur que ces pauvres enfants ont subie! Heureusement qu’il y a encore des humains sur terre pour dénoncer ces monstres!

  3. Daniel Poutrelle dit :

    on parle toujours des fait a l’étranger mais en FRANCE on ne dit rien pourquoi? parce que ces gents la sont trop bien placer c’est vrai faut pas toucher a leurs jouet et c’est ces personnes la qui nous disent comment élever nos enfants …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s