Consentement et pédophilie


Le 23 mai 1977, une lettre ouverte est envoyée à la commission de révision du code pénal sur la question des rapports sexuels entre adultes et mineurs, elle est publiée dans la page « Opinions » du journal politiquement correct « Le Monde ».  Cette lettre ouverte écrite par Gabriel Matzneff, dont on parle beaucoup aujourd’hui, s’en prenait aux délits de détournement de mineurs et de relations sexuelles avec des mineurs de moins de 15 ans et considérait que « l’évolution des mœurs dans une jeunesse qui ressent comme oppressifs les excès d’une ségrégation minutieuse, font que ces textes de loi ne sont plus que l’instrument d’une coercition, au lieu de garantir un droit. »

La phraséologie de gauche dénonçant discrimination et pire ségrégation, et pourquoi pas apartheid, s’appliquait ici à cette « ségrégation » qui consisterait pour les adultes à n’avoir des relations sexuelles qu’entre adultes ou avec des mineurs de plus de 15 ans. Il est donc clairement demandé au nom de l’évolution des mœurs marqué selon les signataires par l’autorisation de la contraception et de l’avortement, que les enfants de moins de 15 ans puissent être l’objet de pulsions sexuelles assouvies. Donc la légalisation de la pédophilie est demandée au nom du progrès et de la garantie des droits.

La gauche a l’habitude d’enrober jusqu’à faire des relations sexuelles un droit de l’enfant auquel accède avec complaisance quelques majeurs.

Les très nombreux signataires sont notoires du côté de cette gauche de « progès », citons Louis Althusser,  Simone de Beauvoir, Patrice Chéreau, Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Dominique Dessanti, Michel Foucault, Daniel Guérin, et Françoise Dolto.  

Mise en cause par le journal « Minute » pour sa signature à cette lettre ouverte, Françoise Dolto répond la même année, dans une lettre à en-tête de son émission « Lorsque l’enfant paraît » sur Radio France, chaîne d’État, ce qui a son importance. Son argumentation est en droite ligne avec la notion de droits sexuels des enfants et d’antifamilialisme, l’un et l’autre à la mode aujourd’hui.

Cette réponse évoque des mineurs de moins de 15 ans sexuellement adultes car nubiles et considère que la prohibition des relations sexuelles permet aux parents et plus particulièrement aux pères de « « sadiser » leurs enfants au nom de la puissance paternelle, empêcher toute liberté à leurs enfants mineurs nubiles » ; « porter plainte contre des partenaires de sorties, des amitiés amoureuses (sexuelles ou non) de leurs enfant, brisant ainsi des liens authentiques. »

Mais Françoise Dolto, référence absolue de nombreux éducateurs et de psychologue de l’enfance, va plus loin. Elle s’est opposée par écrit à ce que l’interdiction soit mise sur les relations sexuelles adultes-enfants tant qu’il ne s’agissait pas d’inceste (voir « la cause des adolescents). Elle plaide donc en faveur de l’acceptation de relations consentantes avec des enfants. Consenties évidemment par l’adulte mais aussi par l’enfant.

Les enfants en morceau, page 21

Mais comment dire qu’un enfant consent à une relation sexuelle avec un adulte ? Pour Dolto qui ne dit mot consent, autrement dit un enfant qui ne s’oppose pas à cette relation devient consentant et donc complice de la relation pédophile établie. Pire, sans remettre en cause l’interdiction de l’inceste Dolto mentionne que l’enfant abusé par sa famille est complice de l’acte qui l’avilit s’il ne le refuse pas. Faute d’être traumatisé, l’enfant a donc un rôle dans le viol pédophile subi. Effrayant.

De là à dire que Dolto défendait la pédophilie, certes il existe un pas, mais à proposer une autre lecture du consentement elle apportait de l’eau aux moulins des pédophiles et faisait peser sur l’enfant une responsabilité qui n’existe pas.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.