Jugement périmé

Photo by Piccaya on Pexels.com

Allez on rigole un peu au Palais de Justice, mais à moitié parce que c’est le con tribuable qui paie doublement.

Situons l’affaire : nous sommes du côté de la Bretagne, là où Nadine exerce sa vigilance, et elle nous en a trouvé une bien bonne. Un plus ou moins jeune Malien, qui se prétend né le 10 juillet 2004 (on peut toujours y croire), se présente comme mineur non accompagné.  

Certes il possède un acte en ce sens mais l’ASE doute. Et le doute est bien permis car nous avons vu de ces mineurs âgés pas loin de la trentaine …. Mais bon, il en est qui ne font pas leur âge réel à ce qui paraît faute de radiographies osseuses, autorisées précisons-le par le Conseil constitutionnel en sa décision du 21 mars 2019.

Quoiqu’il en soit notre vieux mineur isolé et sans famille, qui s’est retrouvé on ne sait comment téléporté du Mali, revendique une prise en charge par l’ « Aide sociale à l’enfance ». Nous devrions, je pense lui payer sa procédure, mais aussi ladite prise en charge. D’où la référence aux cons tribuables.

La Juge des Enfants ne pouvant contester un titre remis par le consulat du «  mineur non accompagné » décide donc dans son jugement du 25 juillet 2022 de le confier à l’ASE jusqu’à sa majorité, soit jusqu’au 10 juillet 2022. Manquerait plus que l’ASE fasse appel 😉

Cherchez l’erreur.

Des écoles pour les cadres de l’ASE ?

Mais comment sont formés les sociaux pour nous mépriser ainsi ?

Parmi les interrogations des parents une question revient souvent : « mais comment sont formés les sociaux ? ». Nous avons déjà eu l’occasion de consacrer des articles à l’état d’esprit des sociaux de base afin de mieux faire comprendre le conditionnement syndical et leurs préoccupations de pérenniser les placements.

Photo by Pixabay on Pexels.com

Mais la base est encadrée par des décideurs dont la formation est censée être suffisamment aboutie puisqu’ils doivent composer avec les ressources financières perçues (trop abondantes) mais aussi gérer au quotidien un personnel dont une partie est en toute puissance et l’autre au bord de la crise de nerfs, ce sont d’ailleurs quelquefois les mêmes et les parents en savent quelque chose.

C’est donc pour répondre aux besoins de formation continue des cadres sociaux de l’ASE, de la PJJ, mais aussi de leurs collaborateurs privés et associatifs que « l’école de la protection de l’enfance » propose un module « formation de responsable d’équipe en protection de l’enfance ». L’accroche de cette coûteuse formation précise qu’elle est aussi disponible en « distanciel », jouit d’un taux de satisfaction de 70 à 90 % et que les sociaux exerçant déjà des responsabilités sans avoir le statut cadre ont pu décrocher ledit statut après cette formation diplômante de niveau BAC +4. Comme quoi on n’attire pas les mouches avec du vinaigre selon l’expression consacrée. Les formés bénéficieront aussi du « réseau des anciens de l’école de la protection de l’enfance », ça c’est pour le maintien des liens face à l’éventuelle adversité.

Des formateurs très expérimentés

En 224 heures découpés en 5 modules, le cadre doit apprendre à échanger des pratiques, revoir les fondamentaux légaux et règlementaires, le PPE, mais aussi aborder des notions de sociologie sur « les nouveaux enjeux familiaux »  mêlés à des considérations de psychologie sur la « construction d’un enfant » à partir de « travaux reconnus (par qui ?) et fiables ».

L’équipe de formateurs est présentée comme « très expérimentée : juristes, cliniciens, responsables et professionnels du champ social, anciens enfants confiés ».

Vous lisez bien que les intervenants très expérimentés sont aussi des anciens enfants confiés. Rien que ce passage fait méchamment tiquer. En effet le verbe « confier » a pour définition dans le dictionnaire Robert « remettre quelqu’un ou quelque chose aux soins d’un tiers dont on est sûr, confier l’un de ses enfants à un ami ». L’ASE, un ami de la famille auquel on confie ses enfants pour en faire des intervenants très expérimentés des foyers et des familles d’accueil ?  Nous n’avons rien de cela au CEDIF, uniquement des enfants enlevés à leur famille qui essaient de se reconstruire suite aux traumatismes du placement.

Notre place n’est donc pas au sein des formateurs en dépit de notre expertise dans le champ social et juridique, mais alors quel est le profil des formateurs. Ce décryptage est nécessaire pour comprendre qui compte dans la formation des cadres sociaux et de quelles écoles de pratiques ils sont issus.

Un comité scientifique est à l’origine de cette formation sous la direction de Marie-Paule Martin-Blachais, ancienne directrice d’ASE, directrice générale du groupement d’intérêt public « enfance en danger » regroupant l’Observatoire nationale de l’Enfance en danger et le 119. Cette formation est donc un pur produit des sociaux auxquels participent :

– l’ancienne Défenseure des enfants, Geneviève Avenard, déjà saisie d’affaires pour le CEDIF sans aucune réponse ;

– un responsable départemental des ASE, Nicolas Baron pour l’Indre-et-Loire, il n’y en a pas d’autres ;

– des gestionnaires d’enquêtes sociales et de placement pour notamment des structures départementales, mais aussi pour  l’association « militante et gestionnaire » Sauvegarde 69, mais aussi le directeur de Sauvegarde 56, une association collaboratrice en pointe de l’intervention sociale semble-t-il ;

– une spécialiste des « droits de l’enfant », ancienne chef de service à la Haute autorité de la santé ;

– une psychiatre spécialisée dans l’adolescence qui intervient sur l’utilité de « couper l’adolescent de son environnement pour l’aider à grandir (https://www.youtube.com/watch?v=VCwI0ifmHe8) ;

– un délégué de l’ODAS en charge d’évaluation des politiques de la protection de l’enfance ;

– la fondatrice de l’institut de la parentalité ;

– un chercheur proche de l’association ATD Quart-Monde.

Nous pouvons donc affirmer que rien dans cette formation ne sensibilise aux préoccupations et préconisations du CEDIF, pour les cadres ASE la nécessaire mise en doute des politiques suivies n’est pas à l’ordre du jour…

Opération Vérité et Justice

Photo by Anton Kudryashov on Pexels.com

Voilà maintenant 12 ans qu’existe le CEDIF.

Pendant ces 12 années de nouvelles lois ont été passées au nom de la prétendue « protection de l’enfance ». Toutes ces lois ont porté des coups de plus en plus durs à la sécurité de nos enfants, à leur droit de vivre en famille, à l’autorité parentale.

Toutes ces lois ont été inspirées par l’ASE et autres lobbys qu’ils soient antifamilialistes ou favorables à l’adoption.

En 12 ans, vous avez été très nombreux, trop nombreux malheureusement à nous contacter face à nos disponibilités de réponse et d’accompagnement, car sachez-le nous ne sommes pas subventionnés et faisons face à la défiance des institutions.

En 12 ans d’autres associations se sont créés autour de la cause que nous défendons, mais elles n’ont pas survécu ni agi dans la durée.

Mais nous sommes optimistes car si nous avons suscité la défiance de la plupart des sociaux qui n’aiment pas que l’on parle du CEDIF, nous réalisons que nous sommes des lanceurs d’alerte face à toutes les atteintes subies par les familles.

Mais surtout en 12 ans nous avons gravé les témoignages de plusieurs milliers de familles atteintes. Certaines s’en sont sorties mais avec une épée de Damoclès les surplombant, d’autres ont baissé les bras, mais toutes ces familles ont des enfants qui ont aujourd’hui 12 ans de plus et qui sont pour un certain nombre d’entre eux devenus majeurs.

Majeurs, ces enfants placés peuvent raconter ce qu’ils ont vécu, lire les rapports des sociaux, les ordonnances des juges des enfants. Dire qui avait tort, qui avait menti et surtout demander des comptes.

12 ans après c’est possible d’agir, nous lançons donc un appel à ces enfants devenus grands, à leurs parents qui nous ont contactés.

Nous vous accompagnerons sur le chemin de la vérité et de la justice : association.cedif@gmail.com

Mémoire d’un enfant qui n’a pas eu d’enfance

Il est des justices qui prennent du temps, des victimes inaudibles au moment de leur calvaire, surtout lors le quotidien est à peine descriptible et que tout cela se pratique sous couvert de la loi ou de son interprétation face à laquelle nul avocat ou bonne âme ne saurait sauver les innocents.

Photo by Liza Summer on Pexels.com

Lorsqu’il parvint à l’âge adulte,  Serge décida de consacrer sa vie à ceux qui l’avaient légalement privé de sa famille ainsi qu’à retrouver les autres victimes. Ceux-là il les a connu, il en a gardé de vieilles photos, c’était pour lui un devoir de mémoire. Il se rappelle de ce qu’une de ces femmes en photo lui avait dit « ils ne vous reverront pas et ne les verrez plus » alors que beaucoup pensaient que ce n’était qu’une erreur vite corrigée, un problème administratif. On ne croyait pas les alarmistes, on parlerait aujourd’hui de « complotistes »

Aujourd’hui le petit Serge est bien vieux, il s’est marié, il a des enfants, des chiens, des chats, il part en vacances … à Venise. Tout cela pour ne pas perdre de vue la vie et ne pas perdre sa vie dans son œuvre de justice. Sa vie, comme il dit : « C’est un va-et-vient entre ces années de cauchemar et aujourd’hui. Je ne peux y échapper. »

Il cru d’abord que retrouver ceux qui avait commis des fautes était suffisant, que ses plaintes feraient le reste pour le prix de sa souffrance et de celle des autres enfants. Mais, même si la loi n’était plus dictée par ceux qui avaient détruit sa famille, obtenir une condamnation était difficile, très difficile. Et puis il fallait retrouver des victimes, il ne pouvait pas exercer leurs recours sans eux.  Mais cela aussi c’était difficile, il fallait retrouver des dossiers, des documents souvent disparus, et pourtant « un homme c’est d’abord un nom, chaque fois que l’on écrit un nom, on a une sorte de personnalité, avec le prénom, le lieu de naissance, l’âge, on a déjà la silhouette, le fantôme de quelqu’un ». Alors il est alors allé voir les enfants devenus vieux, puis est aussi parti à la rencontre des persécuteurs, comme cela, à l’improviste. L’un d’eux sortait de son bureau et il est venu lui parler. La surprise de la rencontre passée, il lui a été répondu « Je n’ai de compte à rendre qu’à la justice … si elle m’en demande ! ». Et c’est Serge qui a eu des ennuis pour cela.

Il se focalisa donc sur les atteintes les plus évidentes, sur les stakhanovistes des enlèvements d’enfants «  parce que juger tout le monde, ce serait disperser les efforts » surtout lorsque de telles pratiques sont un véritable système planifié et organisé. Le pire de ces bourreaux était un dénommé Brunner, celui-là même qui l’avait séparé de son père. Il lui reprochait surtout son obsession sur les enfants, pas un ne lui échappait. Pour lui Brunner n’était pas venu en personne, il avait envoyé la police et le petit Serge, 8 ans, s’était caché pour ne pas qu’on l’emmène. Après Serge vivait dans la crainte qu’on le retrouve, à la moindre alerte il partait se terrer dans un petit réduit pour qu’on ne l’emmène pas lui aussi.

Mais dévoiler de tels bourreaux n’est pas simple, cela représente même des années de travail, et de grosses journées : « De neuf heures du matin à neuf heures du matin ! C’est un peu tout le temps. Mais on peut aussi en rire, on peut mettre de l’humour dans ce que l’on fait. »

Le docteur Illers, un de ces zélés persécuteurs travaillait à Paris, il avait été l’objet d’une plainte qui s’est traduite par un non-lieu, Serge le retrouve des années plus tard après ses grosses journées d’enquêtes. Illers était devenu le président d’une chambre d’un tribunal, quand il l’a appelé au téléphone en dévoilant qui il était, le magistrat poussa un cri, « jamais un innocent ne pousserait un cri comme celui-là ». Le magistrat fut alors mis à la retraite, mais le but était qu’il réponde de ce qu’il avait fait.

Les autres, ceux qui ne sont pas les pires, ont participé ou ont laissé faire. Et pourtant ils n’y étaient pas obligé, « il leur suffisait de dire non, mais ils l’ont fait par arrivisme … On ne fait pas carrière comme ça, on ne peut pas être arriviste à ce point ! »

Peut-être qu’ils ont des remords aujourd’hui en voyant le résultat de ce qu’ils ont fait, mais comme le dit Serge, ils n’ont pas l’allure de criminels, la nature du mal ne se voit pas sur leur figure, il ajoute qu’ils ne souffrent pas, que ce « type de criminel souffre quand il a des ennuis, c’est tout ! »

Je ne suis pas Serge Klarsfeld,  je n’existais pas dans les années 40, mais tout cela me rappelle ce que j’ai vécu il y 13 ans et que je continue à vivre.

Quand l’Etat touche les corps

Les libertés collectives cachent l’oppression étatique

Il est des propos qui ne trompent pas et révèlent l’ignominie de ceux qui les utilisent. Parmi ces propos la notion fallacieuse de « libertés collectives » à opposer évidemment aux libertés individuelles. Notion fallacieuse car il n’existe de libertés qui ne soient autres qu’individuelles. Plus largement toute liberté ou prérogative ne relève que de l’individu seul capable d’émettre une volonté et des choix.

Mais aux fins d’ingénierie sociale, par essence liberticide, le jeu des initiatives et libertés de chacun est confondu avec des nuisances dont une entité collective serait le gardien.  Il a fallu alors inventer le concept d’externalités négatives pour prétendre à une nécessaire intervention de l’État au nom d’un aussi fallacieux intérêt général complément de ces pseudos libertés collectives.

C’est au nom de ces « libertés collectives » que l’État intervient donc dans nos vies et abime nos libertés individuelles les plus intimes, celles liées à la disposition de notre corps. Nous y sommes sous prétexte de pandémies et de traitement social des populations. Notre liberté de disposer de nos corps devient danger, ferment de guerre civile. Notre existence devient nuisance.

Les mêmes arguments sont développés par les mêmes tenants du tout-État pour une répétition d’une autre pratique pas si ancienne.

Vous ne voyez pas de quoi je veux parler ?

Ouvrons alors le livre des abominations sociales à la page Carrie Buck.

Les sociaux dans leurs oeuvres habituelles

Carrie Buck et sa mère

Carrie Buck est l’ainée d’une fratrie née en Virginie (USA) au début du vingtième siècle. Sa mère, Emma, avait épousée Frederick Buck, qui l’abandonna après lui avoir donné trois enfants. Accusée d’immoralité et de prostitution, Emma, la mère est diagnostiquée déficiente mentale et internée à la Virginia State Colony for Epileptics and Feebleminded, un asile psychiatrique. Sa fille Carrie fut confiée à John et Alice Dobbs. Elle est violée à 17 ans par Clarence Garland, le neveu de la famille d’accueil. Fort embarrassés de cette situation, les Dobbs cachent la vérité, la prétendent de mauvaise vie et mentalement défaillante. Elle est alors placée dans une autre famille d’accueil puis dans la même institution psychiatrique que sa mère alors que les Dobbs adoptent Vivian Buck, l’enfant née de ce viol.  

Le corps dangereux de l’inapte

Quant à Carrie Buck, elle est remise aux mauvais soins du chirurgien John Bell pour être stérilisée en vertu des lois eugéniques de Virginie et à la volonté d’Albert Priddy, superintendant de l’hôpital. Elle fait appel de cette décision puis exerce un recours pour anti constitutionnalité de cette loi. L’affaire  remonte à la Cour Suprême des USA et donne lieu à la jurisprudence dite « Buck contre Bell » du 2 mai 1927.

Cette jurisprudence autorise la pratique eugénique en la considérant conforme à la constitution à la majorité de 8 juges contre un seul. Elle fut célébrée comme une grande victoire du camp eugéniste.

Le président de la Cour Suprême, Oliver Wendell Holmes Jr, se félicita de cette décision au nom de l’intérêt général. Il déclara : « Il vaut mieux pour tout le monde qu’au lieu d’attendre d’exécuter des dégénérés pour leur crimes, ou de les laisser mourir de faim, la société empêche ceux qui sont manifestement déficients de générer une descendance. Ce principe qui est à la base d’une vaccination obligatoire peut plus largement s’appliquer à sectionner les trompes de Fallope. Trois générations d’imbéciles c’est suffisant. »

Sans autre recours ni secours, Carrie subit alors une stérilisation par section des trompes le 19 octobre 1927 sous le bistouri de son boucher. Elle  est la première victime des lois de stérilisation des déficients mentaux.

Lors du procès de Nuremberg, les avocats des bourreaux nazis citèrent la jurisprudence « Buck contre Bell » dans leur défense. Cette jurisprudence continua ses ravages et il fallu attendre 1974 pour que la Virginie, comme d’autres États américains cessent ces pratiques.

Une manipulation d’une justice volontariste au service de l’ingénierie sociale

Carrie Buck vivra jusqu’en 1983, se mariera et nul ne remarquera la moindre déficiente mentale la concernant y compris des médecins psychiatres l’ayant examiné dans ses vieux jours. Elle regrettera sa fille Vivian, morte à 8 ans après une scolarité tout à fait normale, elle n’a eu, évidemment jamais d’autre enfant.

Le professeur de droit, Paul Lombardo, travailla pendant 25 ans sur l’affaire « « Buck contre Bell », il a découvert que de fausses preuves avaient été fournies par les services sociaux et les experts pour faire de Carrie Buck une demeurée et obtenir que son affaire permette de légiférer en faveur de la stérilisation des « inaptes ». Il révèle qu’en réalité l’avocat fourni à Carrie était comme la plupart des témoins favorables à l’eugénisme et employé par l’hôpital psychiatrique ; que les intervenants témoins ne connaissaient pas Carrie, que toute la procédure avait été orchestrée par le superintendant Albert Priddy.

Le but de tout ce petite monde, politiques et juges compris, était d’obtenir une jurisprudence nécessaire à la passation de lois eugénistes dans tous les USA.

L’eugénisme au service d’un projet totalitaire

Tous les juges de la Cour Suprême sauf le juge Pierce Butler, appartenaient à la gauche américaine qui dominait alors à travers l’essor du mouvement progressiste des présidents démocrates Wilson puis de Roosevelt. L’affaire pris d’ailleurs un tour partisan et Oliver Wendell Holmes Jr se demandait si « Butler aura le courage de voter comme nous en dépit de sa religion ». Pierce Butler, catholique, fut effectivement le seul à voter en faveur de Carrie Buck. Les conservateurs chrétiens furent alors trainés dans la boue médiatique : présentés comme des sentimentalistes rétrogrades, réactionnaires et anti-scientifiques pour leur opposition à l’eugénisme et aux atteintes aux libertés individuelles.

Une des partisantes les plus enthousiastes de l’eugénisme était d’ailleurs Margaret Sanger qui écrivait dès 1921 que « le problème actuel le plus urgent est de limiter et décourage la sur-fertilité des handicapés physiques et mentaux ». Margaret Sanger qui venait de fonder le Planning familial.

Si les promoteurs de l’eugénisme américain se trouvaient dans le camp de la gauche et bien installés dans les 24 États ayant passé des lois eugéniques à partir de 1930[1], il en ira de même dans les pays scandinaves où, au nom de l’État-Providence et du développement des institutions de sécurité sociale 63 000 personnes furent stérilisées pour le « bien de la social-démocratie ».

L’eugénisme continue sous d’autres formes a être perçu comme une « liberté collective » et une « conquête sociale » permettant à l’État d’exercer son contrôle social.


[1] La Californie où la gauche est endémique a pratiqué, à elle seule, la moitié des stérilisations aux USA

L’autisme maltraité

Photo by Olya Kobruseva on Pexels.com

Il existe des méthodes pour contrer les troubles du développement, mais elles sont combattues en France

Alors que l’on sait que la socialisation des autistes passe par l’aide des parents à travers des méthodes telles que l’approche ABA d’Ivar Lovas[1] ou le programme TEACCH[2] d’Eric Shopler développé depuis les années 70, aujourd’hui encore en France où l’école psychanalytique domine, les enfants autistes et leur famille sont l’objet de maltraitances de l’État et de ses sociaux. Autrement dit cette même école psychanalytique s’oppose aux méthodes de socialisation des enfants autistes, ce qui explique leur placement par l’ASE.

L’autisme qui est une différenciation cérébrale[3] entraine un trouble dans la relation sociale tardivement diagnostiqué lorsqu’il est léger. L’autisme de l’enfant, peut se manifester au minimum par des TOC (troubles obsessionnels compulsifs), sortes des manies ou cérémoniaux devant être menés à leur terme sous peine de profondes angoisses. On parle plus souvent de tics, le jeune autiste peut alors ne manifester que des symptômes légers qui passent inaperçus.

Mais l’autisme peut être plus envahissant et tirer le rideau sur l’ensemble de l’environnement de l’enfant qui se coupe alors radicalement de son entourage, ne parle pas, s’inflige des sévices, ou plus souvent refuse le moindre regard ou qu’on le touche.

Toute transgression imposée dans les habitudes de l’autiste (voir le film Rain Man) donne lieu à un redoublement des tocs, des cris, des pleurs, des manifestations de colère ou d’auto-mutilation.

Les dégâts de Bettelheim et de Lacan

Pour les psychanalystes Freudien, l’autiste est une psychotique qui relève de la psychiatrie et qui doit être retiré de toute vie civile pour être hospitalisé, placé car son autisme est nécessairement lié à un traumatisme vécu dans son enfance.  

Dans cette lignée, pour Bruno Bettelheim l’autiste est la victime de sa mère dépressive lors de sa conception ou qui regrette de l’avoir enfanté et éprouve un désir de mort à son endroit. Ce psychanalyste avait établi un parallèle entre la mère et le gardien de camps de concentrations nazis en considérant que le balancement typique  d’avant en arrière des autistes correspondait à une tentative de communication semblable à celle des prisonniers promis à la chambre à gaz. Pour Bettelheim il faut donc libérer l’enfant de sa mère, donc les séparer.

Les disciples de la psychanalyse lacanienne[4] reçoivent d’ailleurs souvent les enfants autistes avec une peluche de crocodile, « la mère crocodile » : si l’enfant met ses doigts entre les dents du crocodile c’est qu’ils sont sous l’emprise de la mère, s’ils le frappent c’est qu’ils s’en sortent. e rôle du père apparaît alors : celui d’empêcher la morsure de la mère ; un père absent ou faible porte une responsabilité dans la psychose induite par la mère.

Les conséquences en termes de placements

Tout ce fatras conceptuel explique aussi la mise sous observation des mères dans les maternités en quête d’un baby blues ou d’une dépression post-partum qui justifiera un enlèvement du bébé. Il est évidemment repris par les sociaux qui exploitent la notion d’autistes rejetés par la mère selon Bettelheim, mais aussi celle d’autistes fusionnels selon Lacan. Une mère décrite comme fusionnelle dans un rapport social est donc, sans aller jusqu’au cas d’autisme, celle qui exprime inconsciemment son désir incestueux et expose sa progéniture à de graves psychoses. Seule la mère moyenne dite « suffisamment bonne » (mais pas trop) est acceptable aux yeux du psychanalyste Donald Winnicott.

Sophie Robert, réalisatrice du documentaire diffusé en 2011   « Le mur : la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme », a enfin révélé une vérité gênante en exposant les certitudes aberrantes de l’école psychanalytique, pourtant démontés par la science. Ceci lui a valu un procès organisé par trois des psys interviewés, le film n’a pu être librement rediffusé qu’en 2014 après deux années de censure. Il illustre par l’interview les déviances qui ont fait le business de l’ASE et alimente pour partie les accusations de maltraitances psychologiques.


[1] https://autisme-ge.ch/autisme/approches/aba/

[2] http://autisme.info31.free.fr/?page_id=1578

[3] Il s’agit d’un trouble du développement qui relève de la neurologie ainsi que l’a découvert en 2000, le docteur Monica Zilbovicius.

[4]  En référence à Jacques Lacan, très prégnant dans le milieu psychanalytique français.

Comment Macron a abimé l’enfance

Photo by Element5 Digital on Pexels.com

Loi Taquet sur la protection de l’enfance du 7 février 2022

Précisons d’abord que cette loi a été inspirée par les lobbys des sociaux : le CEDIF qui a 12 ans d’ancienneté et autant d’expérience n’a pas été consulté et n’a jamais reçu la moindre réponse de la part de Taquet.

Il s’agissait aussi, par cette loi, de répondre à des scandales médiatisés à l’occasion de reportages que nous avions commentés  dans nos colonnes.

 La réponse donnée n’est pas, contrairement à son titre, l’amélioration de la situation des enfants placés mais un engagement de la loi à respecter des dispositions légales antérieures.

Ainsi alors qu’il était déjà prévu depuis longtemps de ne pas séparer les fratries et de favoriser un placement auprès d’un tiers digne de confiance plutôt qu’auprès de l’ASE, la loi Taquet s’engage à respecter ce qui ne l’est toujours pas puisque, et nous le savons, le dispositif n’est pas adapté aux besoins de l’enfants mais aux caprices de l’ASE. Hypocrisie.

La déparentalisation en marche

Pour le reste ce qui est appelé amélioration de la situation de l’enfance placé devrait être nommé dispositif de divorce parents-enfants ou « déparentalisation »  et nous ne parlons pas ici d’un divorce suite à des maltraitances, mais le plus suivant consécutif à la séparation des parents.

Ce divorce parents-enfants consacre une vision de l’enfant ou du parent jetable et remplaçable.

La loi Taquet organise la disparition de l’autorité parentale, pour l’instant pour les familles tombées sous les coups de l’ASE, ceci en permettant aux sociaux d’exercer à leur demande auprès d’un juge des enfants, des actes qui relevaient exclusivement de prérogatives parentales[1]. Cette pratique des sociaux existait certes, mais ne peut plus donner lieu à poursuites. Remarquons au passage que les parents qui pouvaient encore espérer mettre dans leurs torts les sociaux sont rendus à l’impuissance car des lois de circonstances les désarment juridiquement. Ainsi, nombreuses sont les familles qui nous ont fait savoir qu’ils n’étaient pas consultés ni informés des soins administrés à leurs enfants, et notamment des injections anticovid si préjudiciables. Il s’agissait là d’atteintes à leur autorité parentale, comme le fait d’envoyer leurs enfants à l’étranger. Plus de problèmes désormais, les sociaux ne sont pas les parents de nos pauvres gosses enlevés, mais ils en disposeront sans en justifier auprès de parents déparentalisés.

Pour aller au bout de la logique de déparentalisation, les services de l’ASE proposeront systématiquement un parrain, une marraine à l’enfant, lequel pourra aussi désigner une personne de confiance. Voilà qui acte du divorce parents-enfants donc, puis désignation d’un référent parental étranger.

C’est fait, les enfants enlevés peuvent sans réelle justification être écartés de toutes relations avec les parents ;  plus de visite, plus d’appels. La loi Taquet consacre la maltraitance institutionnelle, elle vulnérabilise les enfants, construit la parentalité toxique, l’affrontement générationnel.

Un rêve de sociaux

La loi Taquet est un rêve de sociaux réalisé dans un régime qui n’aime pas les familles. Une loi qui régularise les mauvaises pratiques, désigne de plus en plus souvent un administrateur ad hoc à l’enfant afin d’écarter les parents de leur rôle de représentant légal.

Il ne manquait plus qu’à favoriser un syndrome de Stockholm[2] chez les enfants placés sous la main de l’ASE. Ainsi sortis du dispositif, ils seront reçus obligatoirement dans les 6 mois pour y retourner éventuellement si le retour à une contrainte éducative parentale (faire ses devoirs, ranger sa chambre, se distancer de son portable, …) leur pèse trop. Il paraît que cela s’appelle un droit, le « droit au retour » comme ablation parentale.

Et si la sujétion mentale de l’enfant devenu majeur n’est pas suffisante, son intérêt dictera sa complaisance, sa docilité : le voilà à ses 18 ans prioritaire pour un accès en HLM.

Pour conclure, la loi Taquet représente un parti pris en faveur des sociaux, consacrant des pratiques jusque là considérées comme abusives et désormais légalisées.

Répondre à ce glissement sociétal hostile à l’enfance et à sa famille dont la vocation est la protection des siens suppose une réaction.

Aucun parent ne saurait ce dimanche glisser un bulletin Macron dans l’urne.


[1] Actes dit « non usuels »

[2] Le syndrome de Stockholm est un phénomène psychologique observé chez des otages ayant vécu durant une période prolongée avec leurs geôliers et qui ont développé une sorte d’empathie, de contagion émotionnelle vis-à-vis de ceux-ci, selon des mécanismes complexes d’identification et de survie (Wikipédia).

Tendre le bâton ….

… pour se faire battre

La plupart des parents se sont intéressés au CEDIF parce qu’ils cherchaient une solution à une situation de harcèlement des sociaux, d’enlèvements de leurs enfants. Certains ont pu commettre des fautes qui justifient des mesures prises, mais beaucoup d’autres sont fautifs d’avoir vacillé dans leur couple, dans leur statut parental et d’avoir fait alors entrer alors le loup dans leur bergerie.

Nous ajoutons à cette deuxième faute, celle de ne pas s’être interrogé sur la condition parentale en France, d’avoir accepté sans remise en cause la mise sous sujétion de la population par un État de plus en plus liberticide et d’abord dans le domaine des libertés individuelles et familiales.

Il est catastrophique que la plupart des parents qui nous contactent n’aient jamais pris la peine de lire les alertes du CEDIF avant de se placer dans des situations pour lesquelles ils ont armé les sociaux contre leurs enfants et leur famille.

Car depuis 12 ans, nous n’avons cessé d’alerter. Tant et si bien que l’ensemble des articles, interviews et tribunes que nous avons consacrées à la protection des familles contre les placements abusifs, constituent un guide de prévention des placement au bénéfice des familles.

Si vous arrêtiez de vous engueuler, ça m’éviterait de me faire placer

Rappelons donc par ce seul billet les vérités suivantes que nous avons pu renseigner :

La majorité des placements résulte de règlements de compte dans le cadre d’affrontements parentaux avec accusations croisées suite à séparations, soit pratiquement 60 % des placements.

Les violences intrafamiliales justifiant le départ, le plus souvent de la mère, représentent des situations de mineurs en danger pour les sociaux et aboutissent à près de 15 % des placements.

Les enfants souffrant d’un handicap représentent 13 % des placements, lesquels interviennent le plus souvent après une demande d’aide des parents.

Les demandes d’aides ponctuelles pour raisons financières peuvent aussi donner lieu à placements lorsque les parents ne suivent plus les mesures d’encadrement social.

Les causes justifiées de placements ne sont  donc qu’une infime minorité (abandons, atteintes aux corps, abus sexuels) en dépit de la désinformation des lobbys de sociaux.

Par la suite, l’intervention des sociaux dans les familles donnera le plus souvent lieu à des rapports sociaux à charges suivis par les magistrats de l’enfance et dont les conséquences en matière de placement sont une rupture durable du lien parental, soit pour des années, avec une sociabilisation qui tient de l’enfance ou de l’adolescence délinquante.

La sortie des dispositifs de placement

Photo by Pixabay on Pexels.com

Le déni de placement abusif par la Haute Autorité de la Santé

Un recueil de recommandations et de bonnes pratiques a été édité par la Haute Autorité de la Santé au mois de juin 2021 sous le titre : « Améliorer l’accompagnement des enfants à la sortie des dispositifs de protection de l’enfance ».

Ce recueil pose un certain nombre de problèmes et relève du soutien à l’habituel déni des sociaux face à des placements abusifs. La notion n’apparaît d’ailleurs tout simplement pas.

Pire, la page 17 de ce recueil dans une sous-partie intitulée « Activer les leviers de réussite du retour en famille dès le début du placement » met en évidence un chantage exercé sur les familles qui évoqueraient un placement abusif.

En effet, une des conditions de l’étude d’un retour en famille est l’assurance « de la compréhension par les parents, mais aussi par l’enfant, du motif du placement ».  On ne saura mieux dire pour signifier, selon la HAS, l’inexistence de tout placement abusif et l’impossibilité de sortir des griffes de l’ASE sans les disculper face à des mises en cause calomnieuses auxquelles leurs agents ont pu procéder.

Une insulte au principe du contradictoire

Il est précisé plus loin que « cette compréhension des motifs du placement et de ses éventuels renouvellements doit être recherchée par les professionnels dès l’admission… ». Autrement dit, dès que tombe une ordonnance de placement provisoire (OPP) soit avant l’audition des parents devant le juge des enfants, les parents doivent accepter l’enlèvement. Une telle conception est contraire au principe de la procédure contradictoire et nous renvoie à l’article « de la justice des mineurs dans le meilleur des mondes » (https://comitecedif.wordpress.com/2012/03/05/de-la-justice-des-mineurs-dans-le-meilleur-des-mondes/) écrit il y a 10 ans. Par un tel écrit dans ses recommandations, la HAS montre que les sociaux ne sont pas soumis aux règles du droit, ce qui est une insulte à l’état de droit ou pire une reconnaissance de son absence dans ce pays ! De facto, la défense des parents lors de l’audience devant le juge des enfants n’est pas de nature à mettre en échec les conclusions de l’ASE mais servira à éloigner pour plus de temps encore l’enfant de sa famille.  Insupportable !

Aveuglément, les recommandations de la HAS précisent que «  l’objectif est de parvenir à une vision réaliste de la situation de la part des membres de la famille quant aux conditions nécessaires et aux actions à engager pour un retour. »

Une vision réaliste ? Celle de l’ASE, en plein conflit d’intérêt avec l’institution familiale ?

Renonciation à l’autorité parentale

Alors que la perception des parents serait toujours déficiente ? Mais bien sûr et ne pas l’admettre c’est pérenniser la soustraction d’enfant. D’ailleurs, comme le précise la HAS, il s’agit de comprendre et donc d’admettre un mauvais exercice des compétences parentales. Forcément coupables les parents d’enfants placés, défaillants pour le moins, à rééduquer pour incapacité parentale (https://comitecedif.wordpress.com/2019/12/03/vont-ils-creer-un-permis-parental-a-points/). Afin de nuancer la HAS détermine ce mauvais exercice par ses conséquences : risques pour l’enfant sur le plan de la santé, de l’éducation, du développement personnel, émotionnel et social. Comme si le placement en foyer ne relevait pas d’une mise en danger de l’enfant dans l’ensemble de ces domaines !

L’autre condition de retour de l’enfant consiste à « soutenir l’implication de la famille tout au long du parcours de protection ». En quels termes cela est posé alors qu’il est demandé en réalité aux familles d’accepter les décisions de l’ASE et de collaborer à la mise en place des mesures sans jamais s’en plaindre. Les recommandations de la HAS sont assez explicites puisqu’il est énoncé que  « la sérénité dans les relations interindividuelles est indispensable ». Mais la réalité est bien souvent toute autre : la relation est par nature déséquilibrée avec des sociaux en toute-puissance pouvant imposer leur subjectivité lors des audiences. Quelle sérénité si ce n’est un renoncement complet des familles à leur parentalité ?

S’humilier pour retrouver ses enfants

Afin de jouer l’ouverture la HAS ajoute en grisé quelques témoignages de parents d’enfants placés, mais qu’allaient-ils faire dans cette galère d’une collaboration tout à fait surprenante, à moins qu’aucun de ces parents organisés pour se faire entendre ne soit victime d’un placement abusif ? Ces parents parlent d’ailleurs d’un « droit à l’erreur des parents » dans le cadre du placement, supposant ainsi qu’un recadrage des sociaux, à la façon de Créoff soit légitime quand ils réclament sans succès à voir leurs enfants ?

b6c49271-ee26-4c79-9980-ce9c1f50522c.png

Quant aux préconisations d’un retour, le social se couvrira toujours pour que le bien-fondé du placement initial ne soit jamais remis en cause. Il ne modifiera donc son attitude que par la reconnaissance des parents d’une mise en danger et d’une déficience parentale.

Comment dire qu’une situation ait changé si elle n’existait que dans l’interprétation des sociaux ? Ce qui suppose donc la reconnaissance de fautes éventuellement fantasmées par l’ASE. Dans le cas d’un placement abusif, le retour de l’enfant passe donc par l’humiliation et la dépréciation de la famille, sommée de reconnaître comme anormal ce qui relève de l’exercice normal de la parentalité.

Ceci reconnu, la préparation au retour est marquée par un plus grand respect de l’autorité parentale, tel que la possibilité de prendre des décisions relatives aux attentes personnelles et au quotidien de leur enfant. En le notant dans ses recommandations la HAS prend acte sans la moindre critique d’une autorité parentale abîmée lors du placement.

Ces recommandations ont une place : la corbeille, et n’ont pour seul mérite que de révéler l’absence d’état de droit.

Communiqué de Presse de Unis Pour nos Enfants et du CEDIF relatif à la nouvelle loi sur la protection de l’enfance

Photo by Skitterphoto on Pexels.com

Si nous saluons les propositions de mesures prises pour, entre autre, préserver les liens des fratries et rechercher à ce que les enfants soient placés préférentiellement auprès d’une personne de leur entourage proche, avant un placement à l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), nous, Collectif de Parents, sommes très inquiets de l’orientation de la nouvelle loi sur la protection de l’enfance.

Sous couvert de certaines mesures à priori protectrices, comme la désignation systématique d’un parrain à un enfant placé, le texte, en réalité, semble tout mettre en œuvre pour permettre une rupture définitive du lien parents/enfants dès lors qu’un enfant est placé. Nous alertons sur un système qui tend de plus en plus vers le système Anglais dénoncé par Pierre Chassagnieux et Stéphanie Thomas dans le reportage les « Enfants Volés d’Angleterre », où des milliers d’enfants sont retirés à leur famille sur simple soupçon de maltraitance, puis adoptés ou placés dans des institutions.

D’après les chiffres officiels, près de 190 000[1] enfants sont actuellement placés en France, soit plus d’1 enfant sur 100. C’est un chiffre en constante augmentation, alors que le nombre de naissance diminue et le nombre d’infanticides au sein d’une famille reste relativement constant d’une année sur l’autre autour, de 50 par an[2].

Près de 470 mesures de placements judiciaires d’enfants (nouvelles et renouvelées) ont été prononcées chaque jour au titre de l’enfance en danger en 2019[3] !

Ces chiffres sont alarmants. Nous faisons partie des pays européens qui placent le plus.

Or ce qu’il faut savoir, c’est qu’en France, des enfants peuvent facilement être retirés de leurs familles sur présomption de mise en danger, sans qu’il n’y ait aucune preuve de cela. Il est effrayant de voir que le destin de ces enfants et familles puisse être mis entre les mains de personnes non assermentées alors que leurs rapports sont plus impactantes sur la vie et le destin de ces parents et enfants que la décision d’un juge d’emprisonner quelqu’un.

Comme Périnne Goulet, nous nous interrogeons sur les 10 000 à 15 000 enfants qui ont été rendus, du jour au lendemain, à leurs parents, lors du premier confinement.[4] « Cela signifierait que l’on avait placé ces enfants alors que l’on pouvait sans danger les renvoyer en catastrophe dans leur famille ! »1. Le Conseil Économique Social et Environnemental (CESE), évalue à 1 million d’euros sur 10 ans le coût d’un enfant placé en établissement[5]. Les services de l’ASE sollicitent une augmentation de budget et du nombre de places, mails il y aurait, au contraire, lieu de les réduire pour éviter ces placements coûteux, injustifiés et tellement destructeurs[6] qui représentaient déjà 50% des placements en 2006 d’après l’inspecteur des actions sociale Pierre Naves[7]. Or notre crainte c’est que la nouvelle Loi sur la protection de l’enfance ne vienne qu’amplifier les dérives actuelles.

Nous demandons la révision de cette loi très rapidement et que les enfants non véritablement en danger, soient rendus au plus vite à leurs parents.

Uni Pour Nos Enfants est un collectif de centaines de parents ayant eu « affaire » à l’Aide Sociale à l’Enfance. Ce collectif a été créé par Magalie Landa qui a reçu plus d’une centaine d’appels de famille en un mois lorsqu’elle a laissé son numéro de téléphone sur le site du Conseil économique, social et environnemental (CESE), dans le cadre d’une proposition d’initiative citoyenne de «faire cesser les placements abusifs d’enfants en France» le 21 décembre 2018.

Le CEDIF est une association créée à l’initiative de parents touchés par des placements abusifs dont l’objet est de défendre l’institution familiale et le principe de subsidiarité en matière de placement.


[1] L’aide et l’action sociales en France – Perte d’autonomie, handicap, protection de l’enfance et insertion – Édition 2020.pdf (solidarites-sante.gouv.fr) ,p160

[2] note_chiffres_cles_annee2019_0.pdf (onpe.gouv.fr) p7

[3] http://www.justice.gouv.fr/art_pix/Chiffres%20Cles%202020.pdf (p20)

[4] RAPPORT (assemblee-nationale.fr) p 173 et p 299

[5] Prévenir les ruptures dans les parcours en protection de l’enfance | Le Conseil économique social et environnemental (lecese.fr), p14

[6] https://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/france-3-pieces-a-conviction-leve-le-voile-sur-le-sort-des-enfants-places_23c46a36-1973-11e9-9c06-0c291deb7893/

[7] https://www.youtube.com/watch?v=-UtgG64FdTE

La magistrate vertueuse et le magistrat pervers

Martine Bouillon, substitut du procureur au TGI de Bobigny, dénonçant le 27 mars 2000 des affaires de pédopornographie parla de découverte de charnier d’enfants en région parisienne  dans une émission « Viol d’enfants, la fin du silence ? ». Elle précise ne pas pouvoir en dire plus car ces affaires sont en cours d’instruction.

Dès le lendemain matin, les autorités judiciaires démentent et lui demandent des explications. Martine Bouillon leur envoie un rapport le 30 mars 2000 précisant que les affaires en question auraient eu lieu à la fin des années 80 et qu’elle avait rencontré les enquêteurs au sujet de la découverte d’un charnier en Seine-et-Marne.  Le Conseil Supérieur de la Magistrature la convoque en audience le 16 mars 2001, lui précise n’avoir aucune connaissance de ces affaires, et la déplace. Cette sanction lui a été signifiée par Michel Joubrel, du Conseil Supérieur de la magistrature.

Michel JoubreLe personnage est on ne peut plus sérieux : fils de magistrat, président de l’Union Syndicale des Magistrats (gauche, syndicat majoritaire) entre 1988 et 1992, puis décoré de l’ordre national du mérite, enfin membre du Conseil Supérieur de la Magistrature de 1998 à 2002.

Apprécié de ses pairs, contrairement visiblement à Martine Bouillon, Michel Joubrel peut se targuer d’une carrière exemplaire, le procureur général de Limoges le décrivait comme courtois, capable d’une grande puissance de travail et à l’intelligence claire.

En août 2002, une information anonyme informe les gendarmes de Metz de l’existence d’un réseau internet d’échange  pédopornographiques. En 2003, les gendarmes de la section de recherche d’Orléans démantèlent ce réseau d’internautes échangeant des fichiers d’images et de vidéos partagées par des enseignants, un prêtre, mais également un magistrat qui avait été chargé de l’informatisation de la justice, cela ne s’invente pas. Le matériel représentait notamment des viols d’enfants et de bébés.

16 330 de ces fichiers sont saisis sur l’ordinateur de Michel Joubrel, substitut du procureur général près de la Cour d’appel de Versailles. Il est mis en examen en mars 2003,  à la retraite d’office en septembre 2004, puis radié en février 2005.

Pour sa défense il prétend que son ordinateur a été utilisé à son insu, pourtant il était inscrit sur ce site d’échange sous 3 pseudos différents sur le forum « garçonsexe ». Puis il affirme avoir téléchargé par curiosité et non par voyeurisme et enfin « avoir flirté avec l’interdit ».

Il  a été condamné en 2006 à 8 mois avec sursis et 1 000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Tours.

Un enseignant a-t-il le droit de faire connaître le statut vaccinal de votre enfant ?

Photo by Markus Spiske on Pexels.com

Votre enfant a vu son statut vaccinal dévoilé du fait de la transmission par les infirmières de cet élément auprès d’un enseignant. L’ensemble des autres élèves ont ainsi été informés de ce statut. Le prétexte de cette information donnée par les infirmières puis par l’enseignant est l’organisation de sorties scolaires.

Nous avons ici deux écueils :

1. Ce n’est pas une information mais une absence d’information qui a été transmise par les infirmières, le fait de n’avoir aucune donnée vaccinale sur votre enfant est en effet une absence d’information qui présume seulement de son statut vaccinal. Écueil franchissable car nous pourrions considérer que la transmission d’une absence d’information consiste en une information car cela suppose communication avec une personne non habilitée à connaître des informations ou non-informations médicales.

2. L’organisation de visites soumises à pass sanitaire dans le cadre de sorties scolaires depuis le 30 septembre 2021 porte exclusion des élèves non « vaccinées ». Cette information devient alors de facto portée à la connaissance non seulement des enseignants organisant ces visites mais aussi à celle des autres élèves. Pour autant il devrait appartenir aux seuls parents d’accepter ou de refuser l’autorisation à de telles sorties comme c’est la règle et indépendamment de considérations de statut vaccinal, tout simplement par désapprobation de l’objet de la sortie ou solidarité avec les non-piqués. Auquel cas un refus de sortie n’établit rien en matière de vaccination. L’enseignant souhaitant organiser une sortie devait donc se contenter de remettre à chaque élève une autorisation de sortie à remplir précisant que la sortie était soumise au pass sanitaire.

Ces écueils étant écartés il convient d’établir les griefs suivants :

– les infirmières scolaires ont un devoir de confidentialité sur les informations médicales dont elles sont détentrices et ne peuvent les communiquer ;

– un enseignant ne peut dévoiler un statut vaccinal d’élèves devant une classe du fait de l’hystérie autour de la pandémie et des conséquences possible en matière de harcèlement.

Examinons donc le bien-fondé de ces griefs à travers deux questions écrites portant réponses du ministre de l’éducation, questions certes anciennes et hors contexte pandémique.

À la question écrite n° 4717 du sénateur Hervent le 10/02/1994 relative à la confidentialité des informations médicales détenues par les services d’infirmerie des établissements scolaires, aux limites du secret médical relatif à ces informations à l’égard des parents et à leur communicabilité aux chefs d’établissement, il est répondu par le ministre le 14/04/1994.

 «  Les règles générales du secret professionnel s’appliquent aux infirmières scolaires selon l’article 28 et 4 du décret relatif aux règles professionnelles des infirmiers disposant que l’infirmier, quel que soit son mode d’exercice, doit veiller à la protection contre toute indiscrétion de ses fiches de soins et des documents qu’il peut détenir concernant les patients qu’il prend en charge. Il instruit ses collaborateurs de leurs obligations en matière de secret professionnel et veille à ce qu’ils s’y conforment. Les chefs d’établissement ne peuvent prendre connaissance des informations contenues dans les dossiers médicaux. Le soin apporté par le chef d’établissement à réunir les informations qui lui paraissent nécessaires pour assurer au mieux ses responsabilités à l’égard des élèves ne saurait être contesté, mais il convient alors de rechercher en équipe, les modalités de nature à permettre cette exploitation pertinente de ces informations sans porter atteinte au secret médical. »

https://www.senat.fr/questions/base/1994/qSEQ940204717.html

Précisons que la nouvelle rédaction de l’article R.4312-5 du Code de la Santé publique suite au décret du 25/11/2016 précise : « Le secret professionnel s’impose à tout infirmier, dans les conditions établies par la loi. L’infirmier instruit les personnes qui l’assistent de leurs obligations en matière de secret professionnel. »

La réponse du ministre reste donc d’actualité, le secret professionnel a donc effectivement été violé, et l’utilisation de ces données par un enseignant ne constitue manifestement pas une exploitation pertinente desdites données, partant une atteinte au secret médical.

Quant à la nature des données médicales détenues par la médecine scolaire, il convient de lire la réponse du ministre à la question écrite n° 2706 du sénateur Courteau, réponse en date du 14/06/2018.

Ladite réponse précise que les médecins de l’éducation nationale sont chargés des actions de prévention individuelle et collective et de promotion de la santé auprès de l’ensemble des enfants scolarisés dans les établissements d’enseignement des premier et second degrés de leur secteur d’intervention. Ces actes consistent notamment en le recueil de données épidémiologiques permettant une meilleure connaissance de la population concernée. Le médecin scolaire intervient également lors de la survenue de maladies transmissibles ou d’événement grave dans la communauté scolaire. La circulaire n°  2015-119 du 10 novembre 2015 relative aux missions des infirmiers de l’éducation nationale précise que le personnel infirmier a pour mission, sous l’autorité du chef d’établissement, de promouvoir et de mettre en œuvre la politique de santé en faveur de tous les élèves scolarisés : prévention, actions sanitaires de portée générale, hygiène et sécurité, bilans obligatoires, soins.

https://www.senat.fr/questions/base/2018/qSEQ180102706.html#:~:text=La%20circulaire%20n%C2%B0%202015,le%20diagnostic%20m%C3%A9dical%20des%20difficult%C3%A9s

Ces éléments de réponse établissent donc que les infirmières scolaire sont en droit d’être en possession de données vaccinales, encore faut-il déterminer si des données relatives à l’expérimentation vaccinale anti Covid19 en sont. Il est à craindre que oui, mais peut-on considérer qu’une politique de santé en faveur des élèves scolarisés consiste à faire pression sur des choix « vaccinaux » non encore rendus obligatoires ? Surtout, peut-on considérer que les moyens de pressions puissent consister à violer le secret professionnel et permettre à une enseignante de stigmatiser des élèves en présence de la classe entière ?

La réponse est évidemment NON.

Voici donc les recours 

– sur le premier grief : plainte au procureur fondé sur l’article 226-13 du code pénal « la révélation d’une information à caractère secret par une personne qui en est dépositaire, soit par état, soit par profession, soit en raison d’une fonction ou d’une mission temporaire, est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000€ d’amende »

Mais aussi plainte ordinale devant l’ordre des infirmiers fondé sur l’article L. 4124-6 du Code de la santé publique : « Les peines disciplinaires (pour manquement au secret professionnel) » que la chambre disciplinaire de première instance peut appliquer sont les suivantes : avertissement ; blâme ; interdiction temporaire … ou l’interdiction permanente …radiation du tableau de l’ordre .. »

 Voir à ce sujet : https://www.snies-unsa-education.org/secret-professionnel.php

Il convient encore de réclamer auprès de l’établissement l’ensemble des données recueillies et d’exercer à leur égard les droits prévus par le RGPD, voir https://www.cnil.fr/fr/quelles-formalites-pour-les-traitements-de-donnees-de-sante-caractere-personnel

– sur le second grief, il convient de saisir le rectorat, afin de mettre en cause l’enseignant pour l’exploitation des données médicales et leur exposition auprès de l’ensemble des élèves, avec les conséquences possibles en termes de stigmatisation et de harcèlement.

OMS, droits de l’enfant et « vaccination » Covid

Photo by Asad Photo Maldives on Pexels.com

Le guide d’information de l’OMS sur la « vaccination » des 6-17 ans (https://www.who.int/immunization/programmes_systems/policies_strategies/consent_note_fr.pdf?ua=1) est un outil utile que nous abordons uniquement ici dans le cadre du programme de « vaccination » Covid.

Il nous apprend que l’organisation n’est pas attachée à l’autonomie de la volonté et s’arrange très bien des législations liberticides. Ainsi il est pris acte de l’existence de vaccinations obligatoires ou rendues pratiquement telles face au Covid, certains groupes politiques prétendument « démocratiques » soutiennent d’ailleurs la contrainte pour tous les Français en matière de vaccins ARNm et à adénovirus.

La rouerie n’est pas non plus écartée, car le consentement implicite à la « vaccination » des enfants est envisagé pour les cas dans lesquels les parents auraient été informés d’une vaccination organisée par l’école à une date donnée avec présence des leurs enfants à l’école à cette date ! Pour l’OMS la présence de l’enfant à l’école ladite date sans refus explicite des parents correspond donc à un consentement. Ce qui ouvre la voie à de nombreuses vaccinations abusives, les parents éventuellement négligents ou mal informés s’exposant au fait accompli. D’ailleurs comme le précise un peu plus loin l’OMS l’utilisation d’un consentement implicite avec opting-out (seul le refus manifesté des parents permet la non « vaccination ») permet d’augmenter de 5 % la vaccination, exemple pris dans un pays non-cité pour le PVH . On ne saurait davantage banquer sur les avantages de la complexité procédurale pour vacciner.

Enfin la Convention relative aux droits de l’enfant est instrumentalisée afin de pouvoir pratiquer l’injection sur des enfants sans le consentement des parents. Le guide de l’OMS précise : « Avant de solliciter l’autorisation des parents, il faut permettre aux adolescents d’exprimer librement leurs opinions et celles-ci doivent être dûment prises en considération, conformément à l’article 12 de la Convention. Toutefois, en fonction du degré de maturité de l’adolescent, on peut s’adresser directement à lui pour obtenir son consentement en connaissance de cause et informer ensuite les parents, si cela paraît plus conforme à “l’intérêt supérieur de l’enfant” (article 3) » Notons que la notion d’intérêt supérieur de l’enfant est tout à fait subjectivee et que le degré de maturité l’est aussi indépendamment de l’âge de l’enfant. En clair, la Convention des droits de l’enfant apparaît ici comme un outil de facilitation vaccinale pour des enfants à partir de 6 ans soumis à des cours de sensibilisation (comprendre propagande) pour obtenir leur consentement à une vaccination COVID, la porte est ici ouverte à une vaccination sans consentement parental.

Pressions « vaccinales » sur vos enfants

Chers parents,

Invitation à la piqûre

Vous pourriez bien faire l’objet de pression des établissements scolaires dès la rentrée afin que vos enfants y soient « vaccinés ».

Anticiper par courrier en précisant votre position quant à la « vaccination » de vos enfants dès la rentrée. En cas de relance de l’école, nous mettons à votre disposition cette page qui vous sera très utile pour réagir au moyen d’une lettre-type à adapter : Voir lettre

Si vos enfants sont placés vous pouvez aussi utiliser les éléments de cette lettre-type et rappeler que vous êtes en droit d’être informés du fait de votre autorité parentale.

Vous pouvez aussi faire mention de cet éditorial de Xavier Lemoine, courageux maire de Montfermeil :

« À Montfermeil, nous avons sans cesse tenu à rappeler que face au Covid il est possible et nécessaire de renforcer son système immunitaire de manière préventive. Si nous devions déclarer les symptômes, fort divers, du Covid, il est également vital de consulter immédiatement un médecin pour lui demander, en fonction des pathologies déclarées,  les traitements précoces appropriés qui existent, qui sont efficaces et qui sont tout à fait légaux quant à leur emploi. Je parle sur ce sujet d’expérience, et ce, bien au-delà de mon cas personnel.

Ne pas déployer à vaste échelle tous les moyens de la prévention en venant renforcer son système immunitaire, qui soit dit en passant se passerait bien de cette peur et de ce stress propagés à longueur de journée par les autorités, ne pas utiliser dès les premiers symptômes tous les soins qui évitent la forme grave du Covid pour l’immense majorité des cas traités, devrait sérieusement nous interroger. Cela ne s’est jamais vu encore.

J’en viens à l’épineuse question de la vaccination, de fait rendue obligatoire.  Soyons précis, il ne s’agit en aucun cas de vaccins, tout au moins à ce jour pour les différents produits proposés en France, mais de thérapies géniques. Il convient donc de bien s’intéresser et s’informer sur ces toutes nouvelles techniques jamais encore utilisées massivement sur l’Homme même si, ces vingt dernières années, de nombreuses tentatives de vaccination de masse ont toute été abandonnées pour de sérieuses raisons. Cette connaissance est la condition minimale à un choix éclairé pour chacun d’entre nous. Est-il utile de préciser que la vaccination est un acte qui doit s’apprécier individuellement en déterminant le plus précisément possible le rapport bénéfices/risques propre à chacun ? Pour ce qui est du choix libre, il semble inutile d’en ajouter à ce sujet. « Pass …ons »… !

RENSEIGNEZ VOUS BIEN AVANT DE FAIRE VACCINER VOTRE ENFANT

Cher Montfermeillois, j’ai pour vous, ces vingt dernières années, consacré toutes mes forces et ma famille a su, avec courage, m’accompagner dans mon service auprès de tous. Je pourrais rester discret, me taire et laisser chacun dans cette crise décider par lui-même, mais trop de personnes sont venues me confier leur incompréhension, leur désarroi, leur peur, leur détresse, leur révolte. Il y a eu depuis 18 mois bien trop de mensonges et de violences pour pouvoir se taire. Ce serait pour moi la négation de tout mon engagement, de ma responsabilité d’homme politique, de ma responsabilité personnelle.

Alors au moment où l’on veut, dès la rentrée, massivement vacciner des hommes et des femmes de plus en plus jeunes, en pleine formation à l’âge de l’adolescence, il s’agit de nos enfants donc, je ne peux qu’inciter les parents, à qui le consentement sera demandé, de bien s’intéresser à la portée que leurs décisions aura de manière irréversible pour l’avenir de leurs enfants.

Je sais de surcroît quelle pression est mise et que, même éclairés sur les enjeux, nous sommes privés de liberté et la contrainte est parfois telle que nous passons à l’acte à regret. Raison supplémentaire pour respecter impérativement le choix de chacun et d’assurer à tous notre solidarité inconditionnelle. »

Chacun se fera son opinion sur la question : https://odysee.com/@sesezeze:9/G%C3%A9nocide-en-court-Dr.-ZELENKO—RABBINICAL-COURT-VOSTFR-(%C3%A0-%C3%A9couter-urgent)-:3?

Non à la domestication COVID

Notre attention a été appelée par des parents inquiets de l’obligation vaccinale et du passeport sanitaire pour leur famille.

Nous nous mobilisons contre cette nouvelle agression de nos gouvernants face à nos libertés et vous proposons d’envoyer ce mail à vous députés.

À l’attention de       , députés, sénateurs de

Voir liste nominative par département

https://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/regions.asp?legislature=14

https://www.senat.fr/senateurs/sencir.html

Madame, Monsieur,

Électeur de votre circonscription, je ne suis pas ce jour consulté sur la question du « passeport sanitaire »  dont le vote porterait une atteinte sans précédent depuis la seconde guerre mondiale aux libertés individuelles fondamentales des Français.

Dans un contexte de propagande acharnée des médias subventionnés et largement illégitimisés ; et sans entrer dans le débat de la dangerosité des expérimentations vaccinales actuelles, c’est sur le seul terrain de mon consentement et de celui de la grande majorité des Français que j’interviens auprès de vous.  

Les points à considérer sont les suivants :

1. L’état d’urgence sanitaire a augmenté les atteintes à la liberté d’informer en France

Le choix de se vacciner ou non en toute connaissance de cause est devenu une prérogative inopérante par abus de faiblesse des consentants du fait de la censure mise en place sur les sources d’informations.

2. Aucune démocratie ne saurait imposer une domestication des choix individuels

Quant bien même les atteintes à la liberté d’information et de diffusion de l’information cesseraient, il n’appartient pas à une démocratie de légiférer afin de restreindre les libertés individuelles.

J’insiste donc sur le fait qu’aucun Français et a fortiori aucun représentant ne saurait légitimement usurper une prérogative individuelle dans le cadre d’une démocratie libérale.

Nos choix individuels de se vacciner ou non nous appartiennent à nous seuls et à personne d’autre. Dire ou décider le contraire correspond clairement à un changement de régime !

3. Des députés et sénateurs ne sauraient imposer leurs propres conceptions et décisions contre celles exprimées par les Français

Que l’on demande un avis consultatif aux Français sur la question tant que cet avis ne saurait contraindre la minorité, est acceptable. Par consultation, le Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE) a recueilli un mois durant (17/2/2021-17/3/2021) l’avis des Français sur la question de la mise en place d’un passeport vaccinal avec plus de 110 000 contributions. Or 67,1 % DES FRANÇAIS ONT DIT ETRE TRES DEFAVORABLES AU PASSEPORT VACCINAL et moins du quart l’ont approuvé en dépit du matraquage gouvernemental et médiatique soutenant cette atteinte aux libertés individuelles.

4. L’approbation de la domestication de nos choix et de nos personnes est incompatible avec la résolution du Conseil de l’Europe.

La résolution 2361du 27 janvier 2021 de l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe précise dans ses deux premières dispositions du point 7.3 que chaque citoyen des pays membres du Conseil de l’Europe – dont les Français – doivent être informés que la vaccination n’est pas obligatoire et que nul ne saurait, sous pression politique, sociale ou autre, être contraint à une vaccination qu’il ne souhaite pas. Il est encore précisé qu’une discrimination ne saurait être mise en place du fait d’un refus de vaccination.

Pour toutes ces raisons le passeport vaccinal est illégitime et ne saurait être légalisé par quelque décision prise.

En conséquence, Madame, Monsieur, je vous demande non seulement de ne pas voter la mise en place de cette discrimination dite « passeport vaccinal » mais encore de faire connaître les principes qui animent ma démarche.

Je vous informe encore être tout à fait solidaire vis-à-vis des personnels victimes en ce pays de pressions politiques et sociales de l’État constituant des discriminations. Je participerai donc à toute action décidée par les soignants et professions pouvant être touchée ainsi qu’à tout mouvement de défense des libertés individuelles.

Dans l’attente de votre action je vous sais conscient des responsabilités que vous portez dans votre vote et vos déclarations.

Placés à la naissance

Des feux sans fumée et de la fumée sans feux

Il y a quelques années nous intervînmes aux côtés de Laurence Jambu pour participer au sauvetage de sa nièce abusée par un pédophile que ses parents hébergeaient. Dans cette terrible affaire, la belle-sœur de Laurence avait commis un infanticide sur son premier bébé ! Et pourtant quand Laurence appelait à l’aide pour sa nièce, la justice et l’ASE n’écoutaient pas.

Une génitrice telle que sa belle-sœur a pu garder sa fille avec le passage de sociaux qui ne voyaient rien.

étrange cécité alors que, dans d’autres situations, des enfants sont enlevés à des parents aimants pour certains exemplaires même. Oui, des enfants au pluriel, car dans une même famille, toute la fratrie y compris les petites frères ou soeurs à naître dans un couple recomposé ou non, vont y passer. Dans la mesure où nous savons que la plus grande partie des placements sont décidés pour cause de rupture parentale conflictuelle, il est désormais possible, et même courant, qu’une femme souhaitant refaire sa vie après un mariage raté encourt le placement de ses enfants à naître.

La famille d’accueil est-elle la seule solution ?

L’effet est le même que celui d’une stérilisation pour des mères jugées indignes d’enfanter.   

Quand bien même le soient-elles, il existe la solution du tiers digne de confiance. Laurence Jambu a toujours témoigné de sa capacité à prendre en charge sa nièce et a dû se battre pour cela contre les services de l’ASE qui venaient prendre le thé dans la maison où sa nièce était violée.

Le recours à la famille d’accueil n’est jamais la première solution quand il existe, et c’est bien souvent le cas, un parent proche ou plus éloigné, capable d’élever l’enfant.

Si cette solution est la plupart du temps écartée, il faut le dire, c’est parce qu’elle exclut une intervention plus ou moins lourde de l’ASE donc limite l’activité d’un sé®vice public, alors que les sociaux plaident systématiquement pour une extension de nuisance avec budgets et personnels à la clé.

L’ a priori antifamilialiste de l’ASE appuyant ses revendications budgétaires favorise donc le placement du nouveau né.

Mais il s’agit peut-être d’une solution à systématiser ?

Une expérience traumatisante

Permettez-moi ici (XC) de faire un aparté sur le vécu d’un jeune enfant dans un hôpital.

Mon premier souvenir cohérent est d’ailleurs celui-là. Je ne devais pas avoir deux ans, mes parents s’étaient inquiétés d’un trouble alimentaire : je m’alimentais assez peu et refusais la nourriture y compris les biberons. Les médecins de l’hôpital de Villeneuve Saint Georges m’avaient alors admis et perfusé. Mes parents venaient me voir et ma grand-mère passait le plus de temps possible avec moi dans la journée. J’adorais ma grand-mère, je pense souvent à elle, mais dans les moments où ma famille n’était pas là, j’étais plongé dans une angoisse terrible, j’appelais ma grand-mère, je pleurais. Bien souvent, une infirmière, toujours la même, entrait et criait, elle me hurlait : « Ta gueule ! » Mais une autre, plus jeune, dont je me rappelle le prénom, Anita, venait dans la chambre et alignait sur le lit des figurines articulées de chevaliers. Je l’appréciais beaucoup. J’ai l’impression d’avoir passé beaucoup de temps dans cet hôpital, les examens n’ont rien trouvé et mes parents ont voulu me ramener. Les médecins s’y opposaient, mais finalement mes courbes de poids étaient normales et donc ils ont dû signer une décharge pour que je sorte.

Un tel souvenir est traumatique, et pourtant je n’étais pas un nouveau-né bien que je fusse très jeune. J’avais la mémoire de ma famille, mais un nouveau-né n’entend-il pas la voix de sa mère et de son environnement familial durant la gestation ?

Qu’est ce que cela veut dire que commencer sa vie dans une pouponnière après avoir été arraché à sa mère et à son père ? Est-ce une solution envisageable plutôt que le maintien dans la famille ou le recours à un tiers digne de confiance, en attendant de trouver une famille d’accueil ? C’est-à-dire des parents de substitution payés pour ne pas s’attacher.

Les fauteurs d’hospitalisme

C’est en tout cas la solution admise par les juges et les sociaux.

Mais le rythme des placements à la naissance est devenu tellement important qu’il n’existe pas suffisamment de familles d’accueil pour les prendre en charge. Les pouponnières se changent en orphelinats. L’hôpital de Nantes, confronté à cette situation, relève une recrudescence du « syndrome d’hospitalisme » et fait part d’une moyenne de séjour de deux mois pour les nourrissons, jusqu’à trois mois pour certains.

Un syndrome à placer dans la balance des désavantages du placement à la naissance, mais de quoi s’agit-il au juste ?

L’hospitalisme est la conséquence de l’isolement du très jeune enfant, ce syndrome a été étudié notamment dans les orphelinats de Ceausescu et dessine une évolution du nourrisson dans sa pouponnière. Le premier mois, il crie, pleure, cherche un contact ; le deuxième, il perd du poids et sa croissance est ralentie ; le troisième, il se détache de son environnement.

Ce syndrome est le plus grave et le moins réversible dans les trois premières années de l’enfant. Des études ont réalisées qu’il laisse, des années après, des traces d’atrophie cérébrale dans la zone des émotions avec des quotients intellectuels bien en dessous de la moyenne.

Évidemment ces séquelles seront mises sur le compte de l’hérédité ou d’une grossesse mal acceptée. Mais, un tel désavantage dans la balance des placements à la naissance, devrait exclure cette pratique du fait des conséquences en termes de perte d’opportunité de l’enfant ainsi que des dommages irréversibles subis non seulement pour lui-même mais pour l’ensemble de la société.

La perte d’émotion, d’appréhension du réel, la chute des capacités cognitives, sont aussi des facteurs évidents d’une dangerosité à venir.

Les terrains de chasse du député

Un politique au-dessous de tout soupçon

Sebastian Edathy, sociologue et ancien espoir de la gauche allemande, a(vait) deux terrains de chasse : l’extrême droite, et les jeunes garçons. Le premier terrain de chasse était annoncé publiquement et faisait l’objet de nombreux rapports ; l’autre était évoqué, disons, plus discrètement…

Pas assez discrètement cependant pour que le conservateur, Hans-Peter Friedrich, l’ignore. Alors ministre de l’intérieur, Friedrich avait prévenu la gauche allemande (SPD) des goûts particuliers d’Edathy en incitant le parti à ne pas le mettre en position de ministrable. Peine perdue, un secrétariat d’État lui était promis dans le gouvernement Merkel III.

Friedrich, devenu ministre de l’agriculture ne se sentait pas en état de recycler davantage de fumier, il en a donné sa démission.

Une affaire qui fait pschitt !

Le 7 février 2014, Edathy démissionne de ses fonctions de députés au Bundestag pour raison de santé (mentale ?) alors qu’une enquête de police révèle son goût pour l’exposition d’enfants nus.

Son nom figure en effet sur une liste de clients d’Azov Film, une société canadienne mise en cause dans l’opération Spade pour distribution de matériel pédoporno. La défense d’Edathy a consisté à prétendre que les images détenues de garçons nus de 9 à 14 ans, obtenues par cette société canadienne, étaient de l’art et non de la pornographie. Il n’écope que d’une amende de 5 000 euros.

La justice allemande venait de s’apercevoir qu’il n’existait pas de loi interdisant de photographier des mineurs nus afin de commercialiser de tels clichés ou de se les échanger !

Un homme averti ?

Si cette affaire n’est pas allée plus loin c’est aussi par manque de preuves. Des responsables du SPD ont-ils prévenu Edathy de l’enquête de police ? Toujours est-il que les enquêteurs, en fouillant deux de ses domiciles et ses bureaux n’ont retrouvé que deux ordinateurs et des disques durs hors d’usage dont le contenu n’a pu être reconstitué.

Les liens d’Edathy avec le matériel le plus sensible d’Azov Film n’ont donc pu être mis en évidence.

Précisons seulement que l’opération Spade lancée au Canada met en cause des plateformes d’échanges de vidéos de viols de mineurs. L’enquête a concerné 50 pays, permis d’arrêter 341 personnes, dont des enseignants, des médecins, mais aussi des personnes impliquées dans la « protection de l’enfance » dont des familles d’accueil. 386 enfants ont été sauvés. Azov Films, au cœur de l’enquête, prétendait ne distribuer que des DVD et des vidéos de streaming d’enfants « naturistes », pourtant Brian Way, son gérant, détenait des centaines de milliers d’images et de vidéos d’actes sexuels insupportables et violents commis sur de très jeunes enfants.

Les autorités allemandes ont été informées de la présence de clients allemands dans le listing d’Azov Films dont les noms ont été fournis dès novembre 2012. Edathy était donc du nombre deux ans avant qu’une perquisition ne le concerne.

Trump contre les trafics de gosses

Promesse tenue

L’engagement le plus redoutable que le président Trump a voulu mettre en application est le combat contre les réseaux de traite humaine. Ses plus chauds partisans attendaient des résultats, émettant les hypothèses les plus inquiétantes sur la nature pédocriminelle de l’État-profond.

Face à cet État-profond, lorsqu’une loi ne peut facilement être votée, le président des USA peut passer en force avec un décret présidentiel : l’executive order.

Pour combattre les trafics de mineurs il faudra donc en passer à partir de 2017 non par des lois mais par pas moins de 9 executive orders signés par le président-élu Donald Trump.

Le premier de ces décrets vise au démantèlement des organisations criminelles transnationales organisant les trafics humains, le deuxième vise les réseaux pédocriminels sur Internet. La facilitation de tels trafics fait l’objet de nouvelles incriminations et d’autres décrets donnent les moyens aux agences fédérales d’agir (encore faut-il qu’elles le veuillent), prévoient les moyens d’action et les budgets.

Ces décrets ont été pris dès le début de la présidence Trump et ont fait l’objet d’une action prioritaire et jamais menée antérieurement aux USA.

Opérations de sauvetage

La première opération est lancée le 29 janvier 2017  à Los Angeles et mène à 474 arrestations et au sauvetage de 28 enfants. De nouvelles opérations interviennent en février 2017 avec 108 arrestations dans l’Illinois dont 29 trafiquants de vidéos pédopornographiques.

Les biens des trafiquants sont saisis et attribués aux familles des victimes outre la mise en place d’un budget de 35 millions de dollars pour ces mêmes victimes. Cela non plus n’avait jamais été fait auparavant.

Des personnalités touchées

Après les petits poissons, de plus gros sont touchés : Jacob Schwartz, en responsabilité dans la campagne d’Obama 2012, en responsabilité dans l’équipe du maire de New York, ancien président des jeunes Démocrates de Manhattan ; Ralph Shortey, ancien sénateur Républicain de l’Oklahoma, arrêté dans un motel avec un garçon mineur ;  Carl Ferrer, pdg du site backpage.com, diffuseur de pédopornographie ; des policiers, un magistrat, un psychologue de la police de Los Angeles ….

Puis Epstein, Maxwell.

Les résistances du Deep State

Mais tout n’avance pas aussi vite que possible, les assassins de Nancy Shaefer, députée Républicaine assassinée par l’Etat profond et qui avait mis en cause la protection de l’enfance américaine (Child protection service) dans des trafics d’enfants : https://comitecedif.wordpress.com/2017/02/13/la-criminalite-de-la-protection-de-lenfance/, n’ont pas été inquiétés.

L’affaire Epstein pourrait être enterrée à coups d’autres assassinats, dont celui du fils d’un juge fédéral chargée d’enquêter notamment sur une plainte visant la Deutsche Bank qui n’aurait pas suffisamment surveillé son Epstein de client.

L’appareil  Trump est sous pression, l’attorney general (garde des sceaux) Jeff Sessions ne fait pas obstacle aux menées du directeur du FBI, Robert Mueller qui paralyse l’administration à partir d’une enquête bidonnée sur des influences de la Russie. C’est l’affaire dite ObamaGate https://libertariens.wordpress.com/2020/08/22/obamagate-ou-lhistoire-dun-coup-detat/ qui met en  évidence la première tentative de coup d’État à laquelle participa Biden et qui avait conduit au limogeage du Général Flynn, l’homme qui en sait beaucoup sur les trafics de l’État-profond.

Compte à rebours avant le coup d’état

Il restait peu de temps avant une réélection pour faire tomber des poissons encore plus gros car l’affaire Epstein n’est que le sommet émergé de l’iceberg.

En 2020 après que des marges de manœuvres aient été retrouvées suite à la déconfiture de Mueller, le combat continue.

L’opération « Not Forgotten » (N’oublions pas) faisant référence à ces enfants enlevés et à la non-résignation face aux réseaux pédophiles, est lancée à l’été 2020. Elle est menée par des US Marshalls, non-suspects d’appartenance à l’État-profond, donc fidèles au président Trump.

L’opération, organisée sur deux mois, notamment avec infiltrations des pervers, aboutit au sauvetage de 39 enfants disparus en Géorgie dans la région d’Atlanta et de Macon. Donald Washington, directeur des US Marshalls annonce que cela n’est qu’un début : « Le message aux enfants disparus et à leur famille est celui-ci, nous ne cesserons jamais de vous rechercher. » 6 arrestations sont opérées et convaincus de kidnappings de mineurs, exploitation sexuelle, trafics de drogue, … Les jeunes victimes âgées de 3 à 17 ans, outre des viols répétés avaient été utilisés dans des productions pornographiques et mis à disposition de clients.

Une nouvelle opération « Safety Net » (Filet de sécurité) est menée le mois suivant et organisée sur une plus longue durée dans le comté de Cuyahoga en Ohio. 35 jeunes disparus de 13 à 18 ans sont retrouvés, sept d’entre eux étaient aux mains d’un réseau sexuel.

Puis, un mois avant le coup d’État de novembre 2020, soit en octobre 2020, l’opération Espoir d’Automne (Autumn Hope) aussi menée par les US Marshalls, aboutit à l’arrestation de 179 personnes et à la fin du calvaire de 45 enfants, filles et garçons.

Ceci n’avait jamais été fait auparavant et les médias mainstream ont évité d’en parler, ce fut le président Trump contre tout un système et la cause d’une haine et d’une complicité de la classe politico-médiatique.

https://odysee.com/@QuantumRhino:9/Trump’s-War-on-Human-Trafficking:a