Articles Tagués ‘facebook’

Le harcèlement sur Internet, et plus particulièrement sur facebook, on en parle beaucoup dans l’actualité avec des cas dramatiques d’enfants, d’adolescents harcelés à l’ école, sur les réseaux sociaux et jusque sur leur portable. Certains d’entre eux vont jusqu’à mettre fin à leurs jours !

Une fonctionnaire de l’ASE se moque d’un enfant placé sur son mur facebook
moche

La travailleuse sociale avait visiblement une bonne image d’elle-même et son miroir aussi.

Nous n’avions pas encore assisté à la dénonciation d’adultes qui organisent un tel harcèlement, et pourtant de telles ignominies existent dans un contexte pas si éloigné du harcèlement scolaire.

Tenez par exemple, comme rien ne nous étonne plus du côté de la mal nommée « aide sociale à l’enfance », on peut (enfin pouvait) trouver sur le mur facebook d’une éducatrice spécialisée et en mode public des commentaires pour le moins déplacés sur le pauvre gosse dont elle s’occupait.

L’assistante sociale, se prenant pour une artiste, se livre quelquefois à des slams pathétiques sur lesquels elle faisait réagir ses quelques relations.

Mais c’est son univers professionnel qui lui donne une importance dont sa petite personne est vide.

En effet, aussi médiocre soit-elle, la travailleuse sociale exerce son art dans les rapports éducatifs. Elle se rehausse à ses propres par l’usage de sa plume dyslexique et assassine, enterrant une famille de ses slams fangeux participant ainsi à un placement abusif tout à fait dramatique que la vacuité de sa personne.

L’artiste ratée de l’écriture s’épand auprès de qui veut bien la lire, et visiblement les rapports qu’elle rédige pour l’ASE ne lui suffisent pas. Elle fait des heures supplémentaires en développant pour son public tout le mépris qu’elle ressent à l’égard de ses protégés.

Elle le fait sur un mode qu’elle veut drôle, cherchant à descendre par clavier interposé le périple Paris Rodez d’un jeune qu’elle emmène dans un foyer.

Lâche tes coms !

Les copines de l’assistante sociale commentent en langage plus ou moins SMS, et elle relance dans le style « lâchez vos coms », comme l’adolescente attardée de 45 ans qu’elle est. Voila ce que cela donne  :

Birant

Vous aurez compris que les noms des intervenants ont été modifiés, en effet l’éducatrice à l’origine de ces traits humiliants a été signalée auprès de sa direction et n’a pas manqué de faire disparaître ses commentaires puis son profil à ce qu’il semble. Il ne faudrait donc pas en vouloir à ses nombreux homonymes.

Il n’en reste pas moins que la démarche consistant à raconter sa vie professionnelle sous l’angle particulier de la moquerie à l’égard des enfants qui n’ont pas demandé à subir sa compagnie témoigne d’un état d’esprit tout à fait malsain.

Beaucoup de réflexions sont particulièrement vexatoires, du type : « j’aurais trop honte qu’on pense que c’est mon fils ! »

20 ans de travail social et ce n’est pas fini

Birant 2Renseignements pris ce cas n’est pas isolé, nombre d’éducateurs et quelquefois de familles d’accueil passent leur temps à se gausser de leurs protégés et à raconter des anecdotes toutes plus stupides et stigmatisantes les unes que les autres.

Jusqu’aux dernières nouvelles cette travailleuse sociale est toujours en fonction et sévit depuis plus de 20 ans après des études en sanitaire et social et un diplôme d’assistante sociale. Elle participe donc à la mission de l’ASE qui est notamment d’apporter un soutien matériel, éducatif et psychologique aux mineurs qui lui sont confiés !

Nous vous invitons à être vigilants concernant des propos tenus à l’encontre d’enfants placés, les réseaux sociaux sont une mine d’information permettant de se renseigner sur les personnes qui ont charge de ces enfants.

N’hésitez pas à nous signaler tout dérapage incontrôlé.

Publicités

Nous apprenons par l’excellent journal américain World Net Daily sous la plume de Chelsea Schilling  que des utilisateurs du réseau social facebook diffusent allégrement de la pornographie pédocriminelle. 

La nouvelle n’est pas si étonnante, mais le détail est atterant.

facebookPar exemple on y trouve une gamine brune d’à peine 10 ans posant nue aux côtés de l’ordure qui vient de la violer et qui propose d’échanger cette photo contre d’autres immondices transitant par facebook. Ainsi les pédocriminels se lancent dans une scabreuse collection de clichés de leurs victimes, poussant l’horreur un peu plus long dans une sorte de concours du pire. Je passe les détails de ce que décrit la journaliste, sachez tout de même que des scènes de viol sur enfant peuvent se trouver sur des comptes facebook et donc dans les banques de données d’images conservées.

Il n’est pas bien difficile de tomber sur ces prédateurs, ils sont sur facebook et ne se cachent même pas. Chelsea Schilling reproduit même l’image du profil d’un utilisateur de facebook sous le pseudo qui ne laisse aucun doute sur ses intentions « Kidsex Young » (jeune sexe avec gosse) avec la liste de pseudos de quelques uns de ses amis. D’autres pseudos d’utilisateurs ou de groupes se retrouvent aussi sur facebook parmi lesquels « Preteen Lesbians » (lesbiennes de moins de 10 ans), 10-17 Teen Bisexual (bisexuel de 10 à 17 ans), PTHC pour preteen hard-core pornography (pornographie hard d’enfants de moins de 10 ans), 12 to 13 Boy Sex (sexe entre garçons de 12 à 13 ans), Incest Forever, Menfor Babygirls (hommes pour bébés filles), et j’en passe.

De telles informations sont corroborées par le London Daily Mail.

Le porte-parole de facebook, Iain Mackenzie, interrogé sur ces affaires a déclaré que la pornographie pédophile était rare sur facebook et que la politique du réseau social était une tolérance zéro pour les pédophiles. Il a ajouté qu’aucun service n’a fait davantage que facebook pour enlever un tel contenu et livrer ses auteurs à la justice.

Nous voudrions bien croire à de tels propos mais facebook semble en réalité développer une étrange politique puisque des pédophiles croient se sentir suffisamment en sécurité sur ce réseau social pour en faire leur terrain de jeu et échanger des commentaires sur leurs victimes.

Par contre Facebook réagit au quart de tour quant il s’agit d’interdire un groupe du nom de CEDIF destiné justement à protéger l’institution familiale. Il semblerait bien que les images pédocriminels soient nmoins dégoûtantes aux yeux de facebook qu’un commentaire de Cédifien. On ne nous ôtera pas de l’idée que ce comportement est symptomatique et nécessite une enquête plus approfondie.

Chers amis,

Voici un clip qui plait beaucoup à nos amis québécois du groupe « Familles déchirées par la DPJ« .

La DPJ, c’est la direction de la protection de la jeunesse, créé là bas sur le modèle français de l’ASE.

Le clip est assez triste, mais tous les parents bafoués par les sévices publics ont le droit à cette tristesse à condition que comme chez nous elle inspire la rage qui nous permet d’agir de façon déterminée.

Dernières nouvelles de nos amis Québécois, les papiers noirs du Québec dévoilent les exactions commises par la DPJ.