Articles Tagués ‘famille’

Raphaël, 12 ans et son frère Thomas, 13 ans ainsi qu’Aurélien, 11 ans, dont nous avions déjà fait le récit des attentes commises à l’encontre de sa famille, ont fait parvenir une lettre à de nombreux contacts dont le CEDIF.

Le courage des enfants

diplomeNous entendons souvent la voix des familles, mais quelquefois aussi ce sont les enfants qui nous contactent, Raphaël lance souvent des appels à partir de son mur facebook, son acharnement à vouloir s’en sortir pour lui et ses frères font de ces enfants de véritables héros dont la détermination est admirable à cet âge alors que tant d’autres sombrent dans le syndrome de Stockholm.

Nous n’avons moralement pas le droit de refuser de publier ne serait-ce que des extraits de ces lettres tant nous sommes persuadés de la réalité des éléments révélés. Nous avons effectivement eu l’occasion de vérifier ce qui se passe au sein de la « protection de l’enfance » suisse et de la justice locale, particulièrement dans le cas du canton de Zürich.

Ici c’est le canton de Genève mis en cause, mais lisons plutôt ce que ces enfants nous écrivent..

Comment les enfants ont-ils été enlevés

 « J’ai été enlevé et pris en otage par les services sociaux de Genève le 17 avril 2012 à l’école de Compesières par la police en pleine classe.  J’ai été amené en pleurant, paniqué, au foyer de Salvan en Valais (…) Maman et papa nous on dit ne pas savoir où nous étions pendant une semaine entière. »

Pourquoi les enfants ont-ils été enlevés ?

« Mon frère Raphaël et moi on a été emmené à Salvan en Valais et séparés de nos deux frères qui nous manquaient à hurler et de nos parents à qui on ne pouvait même plus parler. On ne nous avait même pas dit pourquoi on nous a enlevé et privés de notre bonheur. »

« Longtemps, depuis que j’ai été enlevé pour rien, j’ai pleuré, pleuré, pleuré. Je n’avais jamais parlé à personne, personne ne m’a posé de questions sur rien. Mes parents se sont toujours bien occupé de nous, ils nous aiment tous la même chose et n’ont jamais fait de différence entre nous et j’étais heureux. (…)

Je ne comprends toujours pas pourquoi je suis en foyer aujourd’hui, personne ne nous explique rien si ce n’est papa et maman qui nous montrent et lisent tous les mensonges dans les documents quand on demande. »

La souffrance des enfants placés

« Aujourd’hui, je suis malheureux séparé de mes parents. Je ne grossis pas, malgré que je grandisse, la nourriture n’est vraiment, vraiment pas bonne au foyer. La deuxième fois, qu’on m’a enlevé de force, j’ai perdu en quelques jours ma vue, et je suis devenu myope.

Pourquoi nous faire autant de mal, et ne pas écouter la parole de l’enfant. J’ai écrit partout personne n’écoute. J’ai eu beaucoup et j’ai encore beaucoup de chagrin quand j’ai vu mon frère Thomas qui n’arrivait plus à manger, ni à boire, mon petit frère Mathieu avoir des bleus en revenant de l’hôpital et quand je vois de la tristesse dans les yeux de tous mes frères et ceux d’Aurélien qui a sa maladie qui s’est réveillée. »

« Là bas, je n’avais plus faim ni soif (…) Le foyer appelait ma maman pour me faire manger et boire et elle devait venir me nourrir et repartir tout de suite. »

«  Pendant une semaine nous n’avons pas eu le droit de parler à nos parents je pleurais tout les soirs dans le bureau des éducateurs et toute la journée au bout d’une semaine on a pu les appeler mais pas eux. Ils n’ont toujours pas le droit de nous téléphoner aujourd’hui. »

« j’entendais les autres enfants malheureux en foyer hurler dans la chambre de sécurité jusqu’à ce qu’ils se calment. »

 Les mensonges des sévices sociaux

« Le spmi, notre curateur, avocat privé, les juges, le spmi, tout le monde ment et parle à notre place, personne ne nous écoute on nous a pris en otage et enlevés sans jamais nous avoir parlé en plus ni posé de questions !!!! »

« Les psys me posaient des questions bizarres sur mes parents, je pleurais et disait tout le temps que je voulais rentrer à la maison. Un jour, même, la psy m’a tellement posé de questions et dit que c’était la faute de mes parents, que j’aime et qui sont super gentils, que je n’ai plus réussi à marcher pendant des heures. »

« La première fois que j’ai revu papa maman, comme une infirmière m’a dit que c’était la faute de mes parents tout ça, j’avais peur de les revoir le lendemain, car je ne voulais pas qu’on leur fasse du mal à papa et maman. Le lendemain, papa et maman sont venu une heure et on était espionné par au moins 20 personnes. Tout le monde nous regardait et les horribles médecins ont écrit des mensonges dans le rapport. C’était comme la police, comme en prison, si papa et maman et nous on avait tué quelqu’un. »

« Une fois, une psy m’a fait faire un zizi sur un stroumph, j’ai pas compris pourquoi. »

Les maltraitances sur enfant par le fait des éducateurs

rapha« les éducateurs du foyer nous font pleurer, me font du chantage à la nourriture, me menacent de me faire mal.

Mon frère Aurélien, handicapé, se fait souvent martyriser par les mots des éducateurs jusqu’à ce qu’il pleure. (…) Comment des maltraitants peuvent faire un métier ou on s’occupe d’enfants ? »

« Une autre fois, je suis presque mort noyé on est partis à la piscine avec les éducateurs et mon copain Nawfall du foyer a sauté dans la grande piscine moi aussi, mais j’ai coulé et j’arrivais pas à respirer c’est mon copain du foyer qui m’a sauvé. Les éducateurs du foyer étaient loin sur leur linge et ne nous regardait pas. »

Que répondent les services de l’enfance à ces mises en causes ?

Rien, alors même qu’un éducateur est dénoncé par les enfants pour faits de violence, rien jusqu’à ce que des journalistes sonnent l’alerte en défense de la famille Babel-Andrieux et se retrouvent poursuivis pour cela.

Publicités

masMadame Delvarre, représentant le groupement des familles contre les dysfonctionnements des services sociaux en Isère, et notamment le CEDIF, a eu l’occasion de rencontrer Madame Caron Déglise, conseillère chargée des droits et de l’autonomie des personnes au cabinet de Madame Laurence Rossignol, secrétaire d’État chargée de la famille.

Madame Caron Déglise est aussi magistrat conseillère à la Cour d’appel de Paris, elle a été président du TGI de Besançon et a commencé sa carrière en tant que juge des enfants à Troyes. 

Nous sommes le 19 décembre 2014 et voici ce qu’il ressort de cette réunion. 

Une réunion à vocation informatrice 

Il n’est plus difficile désormais de trouver des témoignages de familles victimes d’ingérences injustifiées des services de la protection de l’enfance, des articles évoquant les dérives tragiques de la même protection de l’enfance, qu’on les trouve au CEDIF, chez Contribuables Associés, dans des magazines comme Nexus ou ailleurs.

Et pourtant encore faut-il les lire lorsque l’on assume des responsabilités dans un secrétariat d’État consacré à la famille.

Madame Delvarre avait donc fait parvenir toute une documentation préalablement à la rencontre.

La réunion pourtant prévue commence avec du retard, à placer entre deux impératifs. Les documents ont bien été reçus, ont-ils été lus ?

Les lois, leur domaine d’application et leur application

En matière de lois relatives à la protection de l’enfance c’est celle du 5 mars 2007 qui s’applique. Une loi dont le domaine d’application « laisse la porte ouverte à beaucoup d’interprétations de la part des travailleurs sociaux » comme le précise Madame Delvarre puisqu’elle ne concerne plus tant la maltraitance mais l’enfance en danger ou en suspicion de l’être.

Un domaine d’application extensible qui permet bien d’élargir le domaine d’intervention et laisse libre cours aux bavures.

D’autant qu’il n’existe pas de visibilité sur les résultats de l’interventionnisme étatique en matière de retrait d’enfants ou de mesures car le projet pour l’enfant (PPE), document prévu par la loi de 2007 et destiné à établir un suivi des mesures et de leur efficacité dans le projet de l’enfant n’est pas mis en place. Eh oui, faute de se donner des objectifs pour assurer « l’intérêt supérieur de l’enfant », on peut bien faire n’importe quoi sans être ultérieurement confronté aux résultats obtenus par rapports à ceux recherchés.

Madame Delvarre met en évidence le cas de l’Isère où ce PPE n’a jamais été mis en place alors qu’il devrait aussi constituer la manifestation d’un accord entre les parents et les services sociaux

L’absence de PPE apparaît donc bien comme une manifestation de la toute puissance de l’ASE.

À cela Madame Caron Deglise répond concertation (avec qui ?), rapports commandés, propositions de lois d’amélioration de celle de 2007.

Puis elle reformule ce qui était pourtant parfaitement compréhensible dans la bouche de Madame Delvarre. Elle essaie alors de faire passer la proposition de loi sur la protection de l’enfance à venir en mentionnant que cette loi intégrerait dans ses dispositions une amélioration du PPE, lequel n’est pas appliqué en dépit de la précédente loi. Tiens on ne savait pas que le PPE était une règle supplétive (en réalité il ne l’est évidemment pas), donc applicable au bon vouloir des décideurs locaux !

Il faudrait donc soutenir cette proposition de loi (qui va réduire encore les prérogatives des parents) parce qu’avec cette loi il y a aussi un PPE de prévu.

Un marché de dupe qui donne lieu à une concertation qu’aucune association de défense des familles ne peut accepter sans se déconsidérer. D’autant que légalement le concept ne tient pas debout. On ne fait pas voter une loi pour faire passer une disposition déjà prévue dans une autre loi, évidemment si les lois ne sont plus obligatoires puisque les exécutifs locaux ont le droit de ne pas les appliquer sans être sanctionnés alors on se demande pourquoi parler encore de loi.

Madame Delvarre essaie alors de placer la conseillère devant la contradiction en lui demandant par deux fois si on peut parler d’amélioration de dispositions non appliquées par une nouvelle loi.

Eh oui, si une loi n’est pas appliquée dans un département, c’est au préfet d’agir pour assurer cette application. Nul besoin d’en faire une autre.

Même une mesure de placement doit répondre à un principe de subsidiarité

Ne se faisant pas entendre sur le PPE, Madame Delvarre aborde les garanties légales données aux familles, garanties qui ne sont pas non plus respectées.

S’appuyant sur l’article 375.3 du code civil, elle précise qu’en matière de placement la loi dispose de ce que ledit placement doit être envisagé s’il est nécessaire, premièrement auprès de l’autre membre de la famille si un des parents est déficient, deuxièmement avec les autres membres de la famille, troisièmement avec un tiers digne de confiance et quatrièmement on envisagera le placement en famille d’accueil ou en foyer.

Pourtant cette loi n’est jamais appliquée puisque la protection de l’enfance ne va jamais rechercher si un membre de la famille pourrait s’occuper de l’enfant. Systématiquement l’enfant est placé et à partir du moment où l’enfant est enlevé de sa famille, le retour est rendu difficile voire impossible, et les années passent.

Ces placement sont favorisés par les travailleurs sociaux, Madame Delvarre mentionne que les juges des enfants ont l’habitude de travailler avec les mêmes personnes et dans la grande majorité des cas ils vont appliquer ce que les travailleurs sociaux préconisent. En face les parents n’ont pas véritablement le bénéfice du contradictoire quand ils n’ont accès à leur dossier que la veille de la convocation devant le juge.

Madame Caron Déglise tique visiblement, cherche à interrompre Madame Delvarre en lui faisant le reproche de parler d’un cas alors que cette façon de ne pas accorder l’égalité des armes est loin d’être inhabituelle en matière de justice des enfants. Rappelons que Madame Caron Déglise a été juge des enfants.

Retour à la loi et à son application

Nous rentrons là dans une tentative de rendre constructive la rencontre, Madame Caron Déglise acceptant d’entendre que le problème ne serait pas seulement la lettre de la loi du 5 mars 2007 mais aussi son application par les professionnels.

C’est bien la loi qui pose problèment justement, son application ne pouvait que donner lieu à des bavures dans la mesure ooù les textes placent les professionnels en situation de toute puissance quant à la détermination de cas de mineurs susceptibles d’être en danger. Les pratiques des travailleurs sociaux découlent de cette licence.

C’est dans ce sens que Madame Delvarre abonde en mettant en évidence que les travailleurs sociaux n’ont pas besoin de prouver leurs affirmations aussi calomnieuses soient-elles. Elle donne des exemples : une maman présentée comme alcoolique par une travailleuse sociale, alors que la maman en question ne boit pas et doit se faire faire une prise de sang pour le prouver… Mais le juge aurait-il lu le résultat de la prise de sang ou aura-t-il décidé en fonction d’un rapport diffamatoire ?

Madame Caron Déglise reformule encore, puis développe une réflexion sur l’administration comparée de la preuve en droit civil et en droit pénal. Elle propose enfin une réflexion sur la possibilité de faire intervenir l’appréciation de plusieurs professionnels dans des enquêtes éducatives afin d’éviter la trop grande subjectivité d’un enquêteur unique.

Là encore nous connaissons les expertises de nombreux psys de CMP après avoir lu les dossiers rédigés par des travailleurs sociaux ou être chapitrés par un juge des enfants. Nous connaissons encore ces associations satellites de l’ASE en liaison avec d’autres structures réalisant enquêtes et contre-enquêtes en parfait conflit d’intérêt …L’appréciation de plusieurs professionnels n’est pas la solution, la solution c’est la sanction.

Tant qu’un travailleur social pourra remettre un dossier calomnieux sans avoir à rendre des comptes auprès de ses victimes, il continuera à rendre son sévice public et la multiplicité des intervenants n’y changera rien.

Madame Caron Déglise n’évoque pas la sanction des travailleurs sociaux délinquants, certes il appartient aux présidents des conseils départementaux d’en décider. Mais une position de principe devrait être partagée, elle est d’ailleurs la condition de toute discussion avec notre association : nous ne participerons à aucun colloque avec des décideurs tant que des gages ne nous serons pas donnés afin qu’il soit mis fin à la carrière de travailleurs sociaux dont nous possédons la preuve de leurs forfaits.

Madame Caron Déglise continue en opérant une différence entre les signalements et les rapports sociaux lesquels sont souvent déposés très tardivement. On ne saisit pas trop où il s’agit d’en venir puisqu’il n’était là question que des rapports sociaux fournis dans le cadre d’audiences. Elle reconnaît cependant avoir eu d’autres remontées selon lesquelles les rapports sociaux avant audience (ce qu’elle appelle « actualisations ») arrivent la veille ou le jour même de la confrontation devant le juge, admettant que ni les parents ni le juge ne peuvent alors avoir une vue d’ensemble. On aurait aimé qu’elle s’interroge sur le respect du contradictoire dans une telle situation.

Madame Delvarre enfonce le clou

Madame Delvarre ne lâche pas sur l’absence de véritable contradictoire, elle précise que souvent les parents ne savent pas ce qu’on leur reproche, qu’ils le découvrent alors à l’audience.

Elle mentionne que le détail des ordonnances a pu retranscrire des propos ou accusations des travailleurs sociaux qui avaient pourtant été invalidés par des preuves écrites contraires dont le juge n’a donc absolument pas tenu compte. Elle en conclue que de facto les parents sont souvent tout bonnement écartés de toute la procédure.

Madame Caron Déglise distingue alors la mesure judiciaire de la mesure administrative. Pour faire court la mesure administrative ne passe pas par un juge et suppose l’acceptation des parents qui y collaborent, alors que la mesure judiciaire fait suite à une décision du juge des enfants, lequel est saisi faute de collaboration réelle ou imputée des parents dans le cas d’une mesure administrative.

Mesure administrative ou judiciaire ?

En effet, la mesure administrative n’a de raison d’être qu’en cas d’accord sur les mesures à mettre en place avec les parents, elle relève d’une procédure amiable et ne devient judiciaire que si des arguments se confrontent avec possibilité de débordements calomnieux. Par exemple si les rapports sociaux établis dans le cadre d’une procédure administrative sont dénoncés par les parents alors on tombe dans une procédure judiciaire puisque les parents entendront confronter leurs arguments aux accusations portées.

Mais quel intérêt d’évoquer là cette distinction puisqu’il ne s’agissait pas pour Madame Delvarre d’aborder la mesure administrative quand elle évoque le non-respect du contradictoire.

On peut s’interroger tout de même sur le piège de la mesure judiciaire. En effet, l’intérêt de passer par une procédure judiciaire pour les parents serait de pouvoir contrer un rapport social. Mais les travailleurs sociaux savent bien que le rapport de force est inégal et ne se privent pas d’en menacer les parents les contraignants d’accepter leurs conditions dans le cadre d’une mesure administrative faute de quoi leur non-collaboration les conduirait à des mesures judiciaires forcément moins clémentes au lien familial.

Comment améliorer le fonctionnement de la protection de l’enfance ?

Voila la question posée par Madame Caron Déglise avec la constatation que les pratiques des travailleurs sociaux varient d’un département à l’autre en dépit du cadre fixé par la loi.

Madame Delvarre évoque le rappel à la loi pour ceux qui la transgressent par ignorance, citant les propos de Monsieur Huyette, juge des enfants, qui rappelait que les travailleurs sociaux avaient très peu de références à la loi.

Madame Delvarre s’étonne de ce que les travailleurs sociaux ne suivent pas tous ce qui est précisé dans les ordonnances des juges, s’étonne encore que les juges prennent souvent pour argent comptant les rapports sociaux et en déduit la prééminence du travailleur social sur le juge en matière de protection de l’enfance.

Dans des cas où l’intervention des services de l’État peut s’avérer indispensable, Madame Delvarre constate aussi que l’évolution de la situation parentale, lorsqu’elle est positive, n’est pas prise en compte. Elle illustre cet état de fait par le cas de parents qui réussissent à s’insérer socialement et peuvent proposer un logement décent à leurs enfants, alors que le rapport social continue à les présenter comme des marginaux et continue à les exclure de toute normalisation du lien parental.

Elle démontre là que bien souvent l’aide de la protection de l’enfance au parent consiste à les enfoncer, que l’ASE cherche à rendre les parents démissionnaires. Mais que grâce au développement de véritables associations de défense des familles les parents reprennent courage pour dénoncer la situation qui leur est faite et alerter l’opinion publique à ce sujet.

Pour Madame Caron Déglise c’est l’amélioration des pratiques, mais aussi des textes de loi qui permettra des progrès de la protection de l’enfance. Elle donne pour cela une importance particulière à la proposition de loi Meunier-Dini .

Une proposition qui va clairement limiter les prérogatives des parents, il apparaît donc que Mesdames Delvarre et Caron Déglise ne parlent pas le même langage ni ne s’accordent sur l’intérêt de l’enfant.

Madame Caron Déglise s’engage alors à transmette les éléments fournis par Madame Delvarre à sa hiérarchie dans le cadre de la concertation et insiste sur le fait qu’il s’agira d’observer de bonnes pratiques pour les intégrer à une politique nationale familiale.

Il n’y a eu aucun retour à ce jour en suite de cette réunion.

Nous nous y attendions car nous savions bien que ce que nous dénoncions était connu mais qu’il n’y a pas de volonté politique au gouvernement d’aller dans le sens de nos préconisations, tout au contraire. Nous saurons évidemment nous en souvenir lors des prochaines échéances.

Au nom du principe de précaution

L’école supérieure en éducation sociale de Lausanne participe à un projet de formation européenne d’éducateurs sociaux. Ce projet permet à des élèves éducateurs d’exercer ensuite leurs talents notamment dans des foyers d’accueil aux quatre coins de l’Europe dont la France.

Le programme est aussi ambitieux vu de loin, mais on tique un peu en réalisant que parmi les institutions partenaires (http://es-l.ch/index.php?option=com_content&task=view&id=49&Itemid=77) certaines se réclament de l’anthroposophie dont la présentation à partir d’une étude du GEMPPI est assez édifiante (http://www.prevensectes.com/anthrop1.htm).

On peut s’interroger sur la formation de ces éducateurs dont certains seront chargés de s’occuper d’enfants dont justement le placement fait question. Une telle interrogation est tout à fait légitime puisque c’est au nom d’un principe de précaution porté par la notion « d’information préoccupante » que ces enfants ont été enlevés aux familles.

Nous ne portons pas de jugement sur ce qui suit, c’est à vous de vous construire votre propre opinion à partir des informations que nous vous livrons. Nous ne faisons que reprendre un principe de précaution si souvent opposé aux éducateurs naturels que sont les parents afin que vous vous interrogiez aussi sur certains éducateurs et leurs principes d’éducation.

Si on faisait du théâtre pour organiser la paix ?

Ainsi l’examen des liens de sites vers l’école supérieure en éducation sociale de Lausanne, laisse apparaître l’organisation d’un « atelier théâtre et jeux pour organiser la paix »  (http://www.arc-en-scene.ch/Arc-en-scene/Mandats.html) proposée par Arc en Scène.

Soit, pourquoi pas ?

Mais en allant sur le site Arc en Scène, on découvre qu’un des trois membres de l’équipe, est formateur en théâtre forum et dynamique de groupe auprès de l’école supérieure en éducation sociale de Lausanne  (http://www.arc-en-scene.ch/Arc-en-scene/Equipe.html) mais aussi de l’école supérieure en éducation de l’enfance.

De mieux en mieux …

Allons donc jeter un coup d’œil sur la présentation d’Arc en Scène.

On y découvre alors trouve une structure développant la fameuse approche globale (holistique) centrée sur la personne.

Pour cela elle propose des outils destiné à « affermir la connaissance de soi et l’ouverture aux autres et au monde » :

  •          le théâtre forum pour l’évolution individuelle et l’intelligence collective ;
  •          les constellations systémiques et familiales afin de comprendre des liens inconscients au sein d’un groupe ;
  •          la spirale dynamique comme modèle bio-psycho-social.
Suspectes constellations

Les constellations systémiques et familiales ne nous sont pas inconnues. Elles ont, en effet, fait l’objet d’une alerte émise par la MIVILUDES dans son rapport sur les sectes de 2007.

Les constellation sont une thérapie inspirée notamment de la Gestalt et mise en point par Bert Hellinger. Lequel Bert Hellinger est d’ailleurs mentionné sur le site « arc en scène ».

La thérapie en question part du postulat suivant lequel tous les mal-êtres remontent à un conflit intergénérationnel, il met alors en scène ces malaises en faisant jouer le rôle de parents à des membres du public désignés par le patient.  D’autres « spect’acteurs », par référence au théâtre forum, représentent la maladie du patient, le lieu géographique qu’il a quitté ou même un évènement traumatisant, voire Dieu. Un échange a alors lieu entre le patient et les spectateurs incarnant sa famille ou des évènements créant un « champ de connaissance » dont le résultat est de créer chez les spectateurs des sentiments identiques à ceux que devraient éprouver les personnes qu’ils incarnent.

Le thérapeute peut alors donner aux spectateurs des caractéristiques ou leur faire reproduire des  attitudes qui sont celles de défunts familiers au patient. Un choc salutaire doit alors intervenir et le patient peut entrevoir la solution à tous ses problèmes en réalisant une transgression qu’il a pu commettre vis-à-vis de ses parents.  La prise de conscience et l’expiation permettent alors la guérison.

Seulement voila tout cela prête à polémique selon le magazine « Der Spiegel » (http://www.psyvig.com/default_page.php?menu=40&page=11)

 Opprimé le théâtre ?

On retrouve une démarche similaire dans le théâtre forum, une thérapie prise en charge en France dans le cadre de la formation professionnelle continue ou encore du Droit Individuel à la Formation. Ben voyons …

Précisons que le théâtre forum s’inspire du «  théâtre de l’opprimé » dont le créateur est Augusto Boal, élu du Parti des Travailleurs au Brésil. Boal explique les objectifs thérapeutiques de son théâtre dans son livre « L’arc en ciel du désir », titre dont s’inspire le site suisse en question.

Cette thérapie utilise la théâtralisation de situations-problèmes et l’intégration des spectateurs à l’action jouée afin que chacun puisse incarner un personnage de l’action et y exposer par son jeu d’acteur une solution.

Attention quand même aux travaux pratiques !

Spirale dynamique de toutes les couleurs 

Il ne manque plus que la spirale dynamique à cette batterie thérapeutique.

La spirale dynamique est un modèle de développement de l’humanité inventé par Clare Graves qui va d’un monde simple à complexe. Pour les promoteurs de cette thérapie, les  représentations que nous nous faisons du monde vont évoluer en passant par différents stades, de la même façon que les conceptions collectives du monde par les peuples et civilisations.

Ces conceptions différentes ne doivent pas faire l’objet de jugements de valeur – relativisme – elles sont adaptées aux conditions de vie et capacités des individus et des sociétés.

Ces conceptions correspondent à des stades différents possédant leur couleur, que l’on peut situer sur une spirale :

  •          beige, la principale préoccupation est d’assurer sa survie ;
  •          violet, l’insertion tribale est une condition de la sécurité ;
  •          rouge, le sentiment de honte est important il faut savoir tenir son rang ;
  •          bleu, le sentiment de culpabilité prédomine, l’individu accepte un ordre social très fort ;
  •          orange, fin de la superstition et triomphe de la science, on doit obtenir sa position par son mérite ;
  •          vert, empathie et harmonie dominent.

Clare W. Graves présente ainsi sa thérapie :

« À chaque étape de l’existence humaine, l’être humain adulte avance dans sa quête du Saint Graal, de la manière de vivre tel qu’il le souhaiterait. À chaque niveau de sa quête, il croit avoir trouvé la réponse aux problèmes de l’existence. Pourtant, à sa grande surprise, il est consterné de découvrir que la solution n’est pas celle qu’il avait trouvée. Chaque niveau le laisse déconcerté et perplexe. C’est tout simplement qu’à chaque fois qu’il a résolu un groupe de problèmes, il en trouve un nouveau à la place. Sa quête est sans fin. »

 À vous de vous faire votre propre avis

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai comme une information préoccupante sur la formation des éducateurs qui me chatouille.

Pas vous ?

 

Les États totalitaires détruisent la liberté individuelle en la supprimant purement et simplement, l’État se proposant d’administrer  toute l’économie du pays.

Les États providence agissent plus sournoisement, offrant au peuple une « sécurité sociale »  en échange de sa liberté, substituant la responsabilité collective à la responsabilité individuelle.

Dans le premier cas, les individus ne peuvent plus agir ; dans le second cas, les individus ne savent plus agir.

Jean-Louis Caccomo

La video du « Meilleur des Mondes » et l’apophtegme de Jean-Louis Caccomo sont criants de vérité, une troisième illustration de cette tendance est illustrée par le conte « La vieille et ses droits ». Cette histoire pourrait presque se dérouler à notre époque, en effet droguée à l’assistanat et complètement déresponsabilisée, cette mère dans ses derniers moments se félicite de sa vie de renoncements, jusqu’à avoir accepté que sa fille soit confiée à des services sociaux. Aucune n’en sort intact, la fille a de lourdes séquelles et la mère a toujours vécu sous perfusion, incapable de se lever et de marcher seule.  

Tu sais ma chérie, nos parents se sont battus pour que tu aies des droits, eh oui ricana la petite vieille, avant c’était chacun pour soi, la jungle.

Elle se gratta le bras un peu au-dessus de sa perfusion.

Son interlocutrice laissa un ange passer, arborant un masque impassible. Alors qu’elle se levait en tournant les talons, on lui intima l’ordre d’aller se rasseoir.

Ah oui, tu n’imagines pas ce qu’ils ont dû vivre, les parents faisaient même travailler les enfants au lieu de les éduquer. C’était ça leur liberté de faire n’importe quoi. Mais tu dois le savoir hein, j’imagine que ton professeur d’histoire t’en a parlé.

La vieille essaya sans succès de se mettre en position assise dans son petit lit médicalisé, sous le regard vitreux de sa visiteuse. Finalement elle se laissa tomber en équilibre précaire le dos adossé au mur.

Là, je te vois enfin … Oui, c’est vrai tu ne vas plus à l’école depuis longtemps, mais tu sais on a obtenu des droits sociaux et syndicaux, on a fait payer les riches.

Et puis quand on avait plus d’argent on a obtenu des aides et une vraie sécurité sociale. Hein tu imagines si cela n’existait pas ?

Le temps de travail a diminué on produisait donc un peu moins qu’avant mais on a pu obtenir d’être payés autant et même plus, on a fait des conquêtes sociales.

Son interlocutrice commença à réagir, elle esquissa un sourire et se balançait imperceptiblement sur sa chaise.

Ma chérie c’est l’État qui nous a rendu la vie facile, qui nous a embauché quand nous avions besoin de travailler, c’est le socialisme qui a permis cela et puis la droite n’a rien remis en cause, des fois elle créait même des droits supplémentaires, de nouveaux acquis sociaux.

La vieille souriait elle aussi, mais de façon franche, tu sais je l’ai dit aussi cela dans les écoles, j’étais invitée pour le raconter, c’était ça mon travail  social. Je leur disais ce que je te dis, que ce qui était important c’était d’être égaux et de se battre contre ceux qui continuaient à se croire supérieurs, tu sais ces patrons qui créaient leurs entreprises et qui nous considéraient comme des privilégiés ou des fainéants.

Ah ils étaient tellement emplis d’eux-mêmes ! Ses yeux fatigués s’allumaient avec fureur. Oui, tellement, tellement. Alors on leur a envoyé des inspecteurs du travail, on a fait des lois pour encadrer leurs activités. Mais bon c’est vrai qu’il y avait des gens qui abusaient un peu de tout,  alors on a fait d’autres lois pour contrôler que ceux qui touchaient en avaient le droit.

Normal hein, quand on donne des acquis, il faut contrôler hein. C’est pas vrai ?

L’autre souriait plus franchement en se passant les doigts dans les cheveux, parcourant du regard la petite pièce de l’asile de vieillard. Elle aperçut un moineau sur le rebord de la fenêtre et en trépigna de contentement.

Oui hein, et puis les faux chômeurs sont devenus des fonctionnaires. Ils contrôlaient d’autres faux chômeurs qui ne voulaient pas devenir fonctionnaire pour faire dans un bureau ce qu’ils faisaient chez eux.

Ah ah, c’était rigolo, la vieille riait de toutes ses dents qu’elle n’avait plus.

L’autre aussi était secouée de petits mouvements convulsifs, des rires sans doute.

Tu sais certains ne trouvaient pas normal que l’on soit contrôlés, ils disaient qu’ils n’avaient rien demandé à personne, ils se croyaient seuls au monde ces égoïstes pour prétendre vouloir vivre dans leur bulle.

La vieille s’empourprait et chuintait : en prison ceux-là, on n’en voulait pas nous.

On était plus intelligents, on savait que c’est tout le monde qui contrôlait tout le monde, l’État a tellement fait pour nous, il fallait bien qu’il nous explique aussi pourquoi certains comportements convenaient et d’autres non, tu ne crois pas ???

Hein, hein, disait l’autre en semblant l’approuver de la tête.

Le pays le plus avancé c’était la Suède, même avant la France, là-bas on avait stérilisé tous les gens qui étaient un peu plus bête que la moyenne  pour ne pas qu’ils se reproduisent. Tu te rends compte que beaucoup de gens ont protesté après tout ce que l’on faisait pour eux ! Ils voulaient quoi, laisser des débiles avoir des enfants ? Et puis il y en a d’autres aussi qui protestaient parce qu’ils gagnaient plus que nous et qu’ils disaient  qu’on leur prenait trop d’impôts pour nous donner de quoi vivre. Il y en a même qui ont arrêté de travailler, qui sont partis ailleurs alors il a fallu leur montrer que c’était partout pareil, l’État providence mondial. Ah, ah, tu sais ce qu’est arrivé à ceux qui ont arrêter de travailler, eh ben on leur en a trouvé du travail à ces snobinards et puis avec la loi Cottin on a supprimé l’héritage.

Ah ah, la vieille réussit à se soulever, oui l’héritage, cette relique bourgeoise, paf à la poubelle. Elle lançait avec force son bras droit comme pour frapper une cible imaginaire. À la poubelle, en une génération il n’y avait plus de riches et l’État a donné à tous les jeunes à leur majorité une partie égale des héritages saisis. C’était une vraie libération tu sais.

L’autre sautillait aussi sur sa chaise, hein, hein, elle avait l’air heureuse de voir la vieille s’enthousiasmer, ah oui bien, bien.

Aujourd’hui nous sommes heureux, nous n’avons pas de soucis, nous travaillons dur certes et on nous dit où il faut travailler, mais nous travaillons pour la société.

La vieille fit silence un moment, ses yeux se troublaient alors de la brume annonciatrice de ses larmes.

Je suis contente de te voir ma fille, la dernière fois c’était il y a combien de temps déjà 50 ans je crois ? Tu as 51 ans c’est ça ? Je vois que tu comprends bien tout ce que je te dis, ces gens t’ont bien élevé, ils en étaient dignes et je remercie les services sociaux de s’être occupés de toi et d’avoir su dire que je n’en étais pas capable. Nous avons vraiment le meilleur gouvernement qui soit ma fille, soit heureuse de vivre sans t’inquiéter de ce que tu dois faire, la providence de l’État t’a donné la tranquillité d’esprit.

Xavier Collet

Les informations dites « préoccupantes » collectées par la cellule de recueil, de traitement et d’évaluation des informations préoccupantes (CRIP) sont à la base des enquêtes réalisées par « l’aide sociale à l’enfance » et dont l’issue est un traitement administratif ou judiciaire de la situation de l’enfant, ou encore l’absence de toute mesure en cas de non confirmation de « l’information ».

Ces informations ou désinformations partielles, quand on connaît la façon d’opérer de certains agents des services sociaux de l’enfance, constituent également une base statistique d’information sur la situation de l’enfance en danger. Elles sont donc fournies en partie sous forme nominative et en partie sous forme anonyme observatoires départementaux de la protection de l’enfance et à l’ONED (Observatoire national de l’enfance en danger).

La nature des informations à transmettre pose donc un problème sur leur véritable caractère anonyme et non traçable. Il faut rappeler sur ce point que le recueil d’informations permettant d’identifier des individus est régi par la loi Informatique et Libertés, laquelle a pour objet d’éviter les fichages intempestifs à travers l’utilisation de données nominatives.

Inquiets de la charge de travail induite par cette communication, des syndicats et associations des services sociaux ont demandé des précisions sur la nature des informations qu’ils peuvent transmettre.

La DGCS (Direction Générale de la Cohésion Sociale) leur a répondu en précisant que les informations non suivies d’une mesure à l’encontre des familles ne sont pas à transmettre.

Voila déjà un élément que nous ne pouvons que considérer comme positif et qui clarifie la situation, cette réponse nous indique d’ailleurs que des familles contre lesquelles rien n’a pu être retenu ont du voir, dans le passé, des informations les concernant traitées sans que leur absence de maltraitance avérée ne soit mise en valeur.

La DGCS a également précisé qu’une trentaine de variables n’ont plus à figurer dans les informations transmises. Le décret du 28 février 2011 a fait suite à ces recommandations afin de leur rendre un caractère obligatoire (pour le détail des informations transmises voir http://www.legifrance.gouv.fr/jopdf/common/jo_pdf.jsp?numJO=0&dateJO=20110301&numTexte=80&pageDebut=03766&pageFin=03796).

Le 17 mars 2011 la CNIL, gardienne de la loi Informatique et Libertés, a validé ce traitement de données à caractère personnel. Pour le détail voir http://www.legifrance.gouv.fr/affichCnil.do?oldAction=rechExpCnil&id=CNILTEXT000023889209.

Elle a cependant précisé que ce traitement de données « ne doit pas permettre d’établir une préselection de certaines catégories d’enfants ni à une interconnexion avec des fichiers différents répondant à des finalités distinctes… ».

Précision utile car il existe un danger d’établissement de profils d’enfants en danger à partir de corrélations fantaisistes qui permettraient par la suite aux services de l’ASE de considérer par exemple que la naissance d’un troisième enfant met en danger l’aîné. Cela a effectivement l’air assez saugrenu mais il faut savoir que c’est à partir de telles données que des suspicions peuvent être alimentées.

On peut faire confiance à la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL). En effet celle-ci garde dans son collimateur les services de la protection de l’enfance, dont elle a alerté sur « l’appréciation extrêmement subjective des situations ».

Le « extrêmement subjective » est en effet particulièrement explicite sur le travail de sagouin et les a priori d’un nombre non négligeable d’ agents de l’ASE.

Ceci nous est confirmé par le nombre d’affaires qui nous est soumis et dans lesquelles des familles a priori saines se débattent face à ce qui doit bien apparaître comme de véritables persécutions dont leurs enfants et eux sont victimes.

Ainsi, en décembre 2009, la CNIL n’avait pas apprécié la mise en place de fiche de l’ONED relatives au recueil des « informations préoccupantes », émettant donc un avis défavorable à cette pratique de par le caractère subjectif de l’appréciation des « conditions participant à la situation de danger« .

Mon petit doigt me dit d’ailleurs que la CNIL pourrait bien taper du poing sur la table concernant les pratiques de fichage de certains départements, la suite bientôt.

Savoir déchiffrer les informations préoccupantes

 

COMITÉ ÉLARGI DE DÉFENSE DE L’INDIVIDU ET DES FAMILLES

Nos propositions positives pour la société future : l’abolition de la famille (…) in « Socialisme utopique et socialisme scientifique », Marx et Engels

Une proposition aussi scandaleuse que celle de Marx est partagée par bien des travailleurs sociaux et certains de leur complice de la magistrature pour lesquels la famille, les parents, doivent donc abandonner leur mission et être niés en tant que première des institutions.

L’épanouissement des enfants implique au contraire qu’ils trouvent en leur famille le premier des refuges et le lieu où ils peuvent se construire en tant qu’individus autonomes.

Dans une société libre les parents sont et demeurent la référence des enfants, à ce titre ils ont le devoir et la responsabilité de pourvoir à leur éducation selon les principes qui sont les leurs. Sauf maltraitance avérée les institutions n’ont donc pas à s’opposer ni à interférer dans l’éducation des jeunes.

Mais la maltraitance ainsi établie doit pouvoir être strictement définie. Il ne convient donc pas, par exemple, de classer dans la rubrique maltraitance aussi bien un excès d’hygiène qu’un manque de soin, une pression scolaire « trop forte » qu’une absence de suivi de la scolarité, abandonnant ainsi à la subjectivité d’un enquêteur social l’avenir d’une famille surtout lorsque le développement de leur « fonds de commerce » les mène à voir des maltraitances partout, quitte à les imaginer.

Au nom de la lutte contre la maltraitance nous avons donc troqué la liberté des parents pour la sécurité des enfants, mais nous n’avons obtenu ni l’une ni l’autre. Car si nous pouvons dire que les services sociaux ont pu se créer une légitimité par leur volonté affichée de prévenir les maltraitances dans les familles, s’il est vrai que ces personnels peuvent quelquefois découvrir le pire, la chronique judiciaire s’est faite l’écho de très nombreux cas dans lesquels les services sociaux sont restés sans réaction alors que des enfants mourraient de privation de soins et de maltraitances.

A contrario, le scandale d’Outreau, d’autres moins médiatisés autour de placements d’office montrent aussi que les services sociaux peuvent devenir l’instrument du malheur des enfants, à coups d’interventions tardives, maladroites et quelquefois mal intentionnées.

 C’est donc au nom de la défense des familles injustement brisées par les interventions de travailleurs sociaux et d’une certaine justice que le Comité se constitue.

Notre objectif : briser le silence et de sortir nos enfants des griffes de ceux qui, par sévices publics interposés, ont privé des enfants de l’amour de leurs parents et ont ainsi abîmé leurs repères sociaux et leur équilibre psychologique.

CONTACT ET INSCRIPTION SUR NOTRE LISTE DE DIFFUSION : collet.xavier@aliceadsl.fr

NUL NE NOUS BLESSE SANS EN PAYER LE PRIX

Affairisme familial

Publié: 08/04/2011 dans Magistrature
Tags:, ,

Le danger qui pulvérise une famille provient de plusieurs détonateurs et parvient à un résultat fatal et unique : l’atroce séparation des parents et de leurs enfants « Au nom de la République », sans contentieux pénal ni maltraitance avérée. 

Les services sociaux ont des perceptions à l’envers : loin de prêter assistance, ils prêtent l’oreille aux calomnies, aux dénonciations anonymes et sautent sur la première occasion pour diffamer les parents les plus honorables, et quand ces derniers sont outrés de tels procédés, leur dressent des rapports sordides et gravement accusateurs.

Mais pourquoi un tel acharnement, un tel penchant pour la destruction ?

Parce qu’il est selon eux, indispensable d’assurer la pérennité des foyers, justifier leur raison sociale, créer des emplois, travailler en ce sens en harmonie avec « la justice ». Parce que le business est à tous les étages, donne à manger aux avocats, familles d’accueil et SS (se(r)vices sociaux), invente de nouvelles structures « points de rencontre parloir » entre parents et enfants pour mieux casser leur intimité familiale.

Les Magistrats ne badinent pas avec la calomnie, tant que ce n’est pas prouvé qu’en est une, ils la chérissent autant que possible. Et ils se reposent volontiers sur l’avis d’experts rémunérés pour enterrer vivants les parents, mandatés pour leur donner le dernier coup de grâce et apporter à la justice les meilleurs motifs de les  priver de leurs enfants.

Les affaires familiales pullulent d’un département à l’autre, ce sont de vraies « affaires » au sens lucratif. Les tribulations de cette trilogie – SS/Justice/Experts – au pouvoir innommable au détriment de la moralité tiennent du thriller psychologique.

Pour assaisonner le tout, les extravagants dignitaires maçonniques à 3 étoiles y mettent leur grain de sel, avocats et parrains en maçonnerie, magistrats gérant l' »affaire » avec opacité et sens du service fraternel, s’accrochant à son siège inamovible avec la volonté de ses pairs.

Aussi bien implanté dans la justice que dans la police, ce système lucratif  trempe son business là où il s’agirait de laisser aux parents honorables le droit d’élever leurs enfants et leurs droits à respecter. Ces nombreuses victimes se demandent jusqu’à quand ce cirque va prolonger son règne. 

On est en présence d’un véritable pourrissement des valeurs sociales faussées par les sévices sociaux dont le but ultime est la destruction de l’institution familiale. 

Dans la plupart des audiences, les arguments sont palliés par du remplissage de paroles pour ne rien dire de la part des magistrats, des avocats et des SS, puisqu’il n’y a aucun contentieux pénal ni motifs assez graves, justifiés et factuels pour en arriver là.

Les affaires familiales connaissent des dérives à pointer du doigt mais l’opinion publique est particulièrement muselée alors qu’il y aurait de quoi écrire des best-seller au sujet de ces thrillers.

Sachez qu’il existe « des dîners du Palais », fraternelle de la justice des affaires familiales qui rassemblent avocats et magistrats devant des « affaires », peut être même la vôtre pour lesquelles sont prises des décisions de justice. Et soyez certain que ces éminents apposeront leurs trois étoiles au sein même de leurs ordonnances de connivence, vous propulsant sans état d’âme dans les pires tourments de l’enfer sur terre en vous privant de votre chair.

Il y aurait des pages et des pages à écrire sur cette justice des affaires tout court mais à la fin de toutes ces pages quantifiées d’histoires tristes vécues, la dédicace coule sous le sens : à quand la fin ?