Des complicités judiciaires pour taire la réalité du réseau Epstein ?

Quand nous parlions de l’affaire Epstein

Il en aura fallu des années avant que les crimes pédophiles du Lolita Express donnent lieu à des enquêtes alors que nous étions le premier média en France à en parler dès 2016. Nous avions alerté mais les associations bien intentionnées d’aujourd’hui s’en foutaient toutes.

Il est aujourd’hui question d’un rabatteur français qui ne serait autre que Jean-Luc Brunel par le moyen de son agence de mannequin Karin Models. Ghislaine Maxwell sera identifiée comme l’autre rabatteuse.

La réalité que nous dénoncions c’était bien que des mineures françaises avaient été violées pour les besoins de Jeffrey Epstein et de ses amis, nos sources étaient américaines, de ces médias que certains prétendent complotistes. On pouvait nous reprocher la mise en cause de Bill Clinton et de tout l’appareil politique et médiatique démocrate au plus haut degré.

Lorsque ce scandale est devenu public nous avions constaté que les ordures qui taisaient la vérité la transformaient désormais pour mettre dans le sac de fange le président Trump et son entourage. Quelle malhonnêteté, alors même que c’est dans le cadre de la chasse aux trafics d’esclaves sexuels que les autorités du président Trump ont enquêté avec toutes les embûches qui leur ont été dressées notamment par le deep State et le système judiciaire.

L’assassinat de Jeffrey Epstein

Ce réseau, nous le savons, est infiltré au sein même du système judiciaire américain et procède à des assassinats systématiques de ceux qui pourraient parler, il ne faut  pas que les preuves qui remontent au camp Clinton donnent lieu à des condamnations.

Barbara Sampson et ses conclusions

Le 10 août 2019 Jeffrey Epstein est retrouvé mort dans sa cellule. Les gardiens étaient assoupis et les caméras HS. L’espoir naît d’arrêter toute enquête puisque l’on ne fait pas le procès d’un cadavre.  Il sera dit par Barbara Sampson,  médecin légiste, qu’il s’est suicidé en prison, mais Michael Baden,  expert mandaté par le frère du « suicidé » conclut à une mort par multiples fractures de l’os hyoïde situé au niveau du cou. Précisons que Michal Baden n’est pas le premier venu, il a pratiqué lors de sa carrière plus de 20 000 autopsies et ajoute que cette mort est typique d’un homicide par strangulation et absolument inhabituelle dans le cas d’un suicide. Pourtant Barbara Sampson persiste et signe dans son diagnostic de suicide. Plus d’affaire Epstein donc ? Le clan Clinton est soulagé.

Les buildings sont glissants

Un peu mois d’un an après les évènements s’enchaînent rapidement : Steve Bing, un passager assidu des Lolitas Express d’Epstein et des vols « Air Fuck One » de Bill Clinton et Ron Burkle, saute du toit d’un building de 27 étages où il réside. Suicide évidemment ? Un communiqué informe sur une déprime liée au confinement Covid.

Steve Bing était riche très riche, un des principaux donateurs du parti démocrate et de la fondation Clinton, juste derrière Bill et Melinda Gates.

Une juge ordonne la destruction des preuves

L’ordre de destruction des preuves

Le même jour, soit le 1er juillet 2020, Loretta Preska, juge fédérale américaine ose une demande incroyable aux avocats de Virginia Giuffre qui accuse Ghislaine Maxwell de l’avoir remise mineure entre les griffes d’Epstein. Elle exige d’eux la destruction des carnets noirs de Jeffrey Epstein contenant l’ensemble des bénéficiaires de services sexuels octroyés, prétendant que ces cahiers ont été obtenus illégalement ! Elle exige aussi que des preuves de cette destruction lui soient fournies. On appelle cela complicité dans un réseau pédophile, la juge n’a cependant pas été arrêtée à ce jour.

Le volet financier sous pressions

C’est sur un autre terrain, financier celui-là, qu’enquête la juge Esther Salas dans l’affaire Epstein. Elle a été saisie dans le cadre d’un recours collectif d’investisseurs floués. Des liens financiers et amicaux pourraient donc relier Jeffrey Epstein à des personnalités, on peut aussi penser à des échanges de services de toute nature.

Il semblerait par exemple qu’Epstein détenait des parts dans l’agence de mannequin Fuller MC2 fondée aux USA par Jean-Luc Brunel, qui a été mis en cause en tant que rabatteur de mannequins mineures.

Alors que la rabatteuse de mineures Ghislaine Maxwell est écrouée, la semaine suivante, soit le 19 juillet 2020, un faux livreur se présente à la porte de la juge Salas. Il  abat d’une balle en plein cœur son fils de 20 ans qui ouvrait la porte, le mari de la juge est aussi pris pour cible et très grièvement blessé. Roy Den Hollander serait ce faux livreur et vrai avocat, il est retrouvé le lendemain suicidé d’une balle mal placée. Un bobard sur un règlement de comptes personnel est inventé.

Il paraît qu’à ce jour Ghislaine Maxwell ne s’est toujours pas suicidée.

Nicolas d’Aurelle

Le fil remonte encore aux Clintons

Libérées

Un reportage sorti des archives d’Associated Press présente sobrement et sans commentaires une petite bonne femme blanche un peu replète accompagnée d’un groupe d’hommes et de femmes de même couleur ainsi que d’hommes noirs d’allure martiale.

Elle est emmenée en voiture jusqu’à un aéroport. Un officiel noir, apparemment interrogé par un journaliste, répond en français : « Elle est libérée, elle est libérée et c’est tout ce que nous avons y dire ! »

Elle tire un bagage à roulette l’oreille vissée à son téléphone portable, à sa suite une grosse dame attachée à ses basques. Elles passent un service de douane et semblent soulagées.

Laura Silsby

Cette femme de nationalité américaine s’appelle Laura Silsby et son amie Charisa Coulter. Elles sortaient d’un tribunal haïtien après avoir été condamnées pour kidnapping d’enfants.

Kidnappés

Les faits sont arrachés à David Louis, responsable d’un foyer  pour enfants du nom de « Compassion for all orphenage » (compassion pour tous  les orphelins), interviewé par fake news CNN. Il explique que Laura Silbsby, à la suite du terrible tremblement de terre haïtien de janvier 2010  est allée le rencontrer pour lui demander comme à d’autres sinistrés s’il avait besoin d’aide pour les enfants. Il lui a répondu que beaucoup étaient malades. Elle lui a proposé des médicaments et même de prendre en charge une partie de ses enfants afin de pouvoir les soigner et de les faire adopter. L’homme a répondu que la décision de faire adopter les enfants ne lui appartenait pas.

Richard, un autre interviewé, raconte que Laura Silsby les a appelés lui et son épouse pour leur proposer d’adopter des enfants. Sa femme s’est méfiée, il était question d’exfiltrer les enfants d’Haïti sans autorisation des autorités ou d’éventuels parents. Il semble gêné de fournir un alibi.

Le projet est mis à exécution le 29 janvier 2010 par Silsby et ses complices du « New Life Children’s Refuge » (NLCR) qui tentent de passer en République Dominicaine. Un bus est affrété pour cela avec à son bord 33 enfants âgés de 2 mois à 12 ans, la plus grande partie d’entre eux ne sont ni orphelins ni abandonnés !

Arrêtés

Là l’équipée est arrêtée.

Laura Silsby étale ses bonnes intentions et confesse devant Associated Press aimer profondément ces enfants, avec une larme au coin de l’œil.

Elle prétend avoir voulu créer un orphelinat en République Dominicaine avec l’aide de l’Église et en relation avec SOS Villages international.

Un orphelinat pour des enfants qui ont une famille ?

Le gouvernement Haïtien pense davantage à un trafic d’enfants et poursuit tout ce petit monde  pour enlèvements dans le cadre d’une entreprise criminelle.

L’affaire ne s’arrange pas quand Jorge Puello Torres est arrêté dans le cadre d’un trafic international d’enfants et de femmes du Salvador, un réseau particulièrement dégueulasse de pédocriminalité et d’esclavage sexuel.

Le juge haïtien interroge alors Silsby sur ses relations avec Puello qu’elle prétend ne pas connaître.

Sans blague !

 Et pourtant il était censé assurer sa défense au procès.

PROTÉGÉS

Il sera conseillé de ne pas creuser plus loin et les charges seront même allégées suite aux pressions d’Hillary Clinton, de Bill Clinton, envoyé spécial des Nations Unies, et de l’ambassade américaine.

Neuf des inculpés sont libérés, Silsby et Coulter, sa complice ne répondront que de « tentatives de franchissement irrégulier de la frontière ». Finalement la tête de cette association de malfaiteur est condamnée le 17 mai 2010 et libérée pour avoir purgée sa peine en préventive. Elle est réexpédiée aux USA.

Des manifestations populaires ont éclaté à Haïti contre cette ingérence dans un trafic pour lequel une enquête plus poussée reste à faire.

Suicidée

Enfin, reste à faire …  Elle a commencé à l’être et le Président Trump y a fait référence en citant Hillary Clinton dans ce qui apparaît être un véritable trafic sexuel d’enfants

Comme le précise ici Jon Adkins : une thésarde, Monica Petersen est partie à Haïti en 2015 pour enquête sur des trafics d’être humains. Elle écrira avoir découvert la corruption et de sales affaires qu’Hillary Clinton entretient à Haïti. En effet la mine de Tony Rodham, le frère d’Hillary Clinton, est le siège des trafics d’êtres humains à finalité sexuelle.

 En 2016 Monica est retrouvée pendue et le lendemain un mail très mal orthographié donc non imputable à Monica, est envoyé à sa sœur.  Les mots évoquent une volonté de se suicider.

Aucune autopsie n’est réalisée et ceux qui voudraient enquêter disent qu’il est dangereux d’en savoir plus. La presse fake news Washington Post parle de suicide…

On va plus loin ? OK

Missionnée

Huma Abedin, bras droit d’Hillary Clinton, et femme du sénateur exhibionniste Anthony Weiner, suit Laura Silsby depuis 2001 en informant sa cheffe de l’évolution de l’association NLCR de Silsby. Ces informations sont tirées de l’exploitation des emails fuitées d’Hillary Clinton.

Wikileaks expose les éléments d’une demande de l’association NLCR la présentant comme une association chrétienne et réclamant des fonds pour un projet jamais réellement mis en place et pour lequel le gouvernement dominicain précise qu’aucune démarche officielle n’avait été effectuée. Par contre les modes opératoires des enlèvements sont communiqués et la présence de l’association sur place est antérieure au tremblement de terre.

Faut-il des preuves de plus de l’existence d’un trafic pédocriminel organisé depuis plus de 20 ans sous prétexte d’aide à l’enfance et dirigé par les Clintons ? Peut-on croire que Silsby et son organisation en étaient à la première tentative, qu’ils n’étaient pas missionnés pour enlever et mettre des enfants à disposition ?

Consacrée

Qu’est devenue la rapteuse de gosses dans l’intervalle ?

Les Clintons ne devaient-elle pas la mettre au vert ?

Eh non, Laura Silsby, devenue Laura Gayler,  qui aurait dû être écartée de toute profession en rapport avec des enfants, devient rapidement une des responsables du réseau alerte enlèvement enfants aux USA !  Certes on aurait, pu comprendre que son expérience dans l’enlèvement d’enfants puisse lui servir, mais depuis quand la surveillance des feux est-elle confiée à des pyromanes ? Depuis quand la protection de l’enfance est entre les mains de pédophiles… Question idiote, ne pas oublier de l’enlever.

Des pédophiles au sommet de l’Etat ?

Lolita Express

clintonCurieusement le scandale du Lolita Express n’a pas beaucoup fait parler en France. C’est dommage car il est d’importance et met en cause des personnalités haut placées comme on dit.

Mais voyons les faits de plus près.

Le scandale a pour origine Jeffrey Epstein, un financier de la gauche bien-pensante américaine, celle soutenue à longueur de media par nos journalistes qui ne cessent de pleurnicher depuis la défaite d’un certain ordre mondial.

Jeffrey Epstein est donc un homme d’affaires et financier qui sait renvoyer la balle. Il met à disposition de ses influentes relations ses abondants moyens. Moyens en question  qui consistent, entre autres, en un Boeing 727 transformé en bordel volant, le « Lolita Express ».

Des sièges confortables dans le « Lolita Express »,  un grand lit qui l’est plus encore et surtout des distractions sous forme de jeunes filles mineures prostituées pour des relations sexuelles de groupe. Pour le reste, le « Lolita Express » dessert de grandes capitales dans le monde entier en proposant ses services récréatifs qui valent au maquereau pour clients pédos tout la reconnaissance libidineuse des hommes, mais aussi femmes de pouvoir.

Trois françaises de 12 ans offertes en cadeau d’anniversaire

Il est miraculeux que cette affaire ait transpirée, que des enquêtes du FBI conduisent à établir qu’une quarantaine de jeunes filles de 12 à 16 ont été prostituées et utilisées quotidiennement à cette fin.

D’ailleurs trois de ces jeunes filles âgées de seulement 12 ans étaient françaises et avaient été offertes au financier pédophile Jeffrey Epstein à l’occasion de son  anniversaire (http://www.frontpagemag.com/point/262853/why-bill-clintons-26-trips-lolita-express-child-daniel-greenfield). Une autre mineure de 14 ans, surnommée l’esclave sexuelle des Balkans, avait été achetée à ses parents.

Les victimes osent parler

Personne n’a su faire taire Virginia Giuffre par tous les moyens habituellement utilisés. Virginia a révélé avoir été prostituée depuis l’âge de 15 ans pour les services du bordel volant. Elle dit avoir été « recrutée » par Ghislaine Maxwell, l’ex petite amie de Jeffrey Epstein pour être utilisée comme « esclave sexuelle ». Sarah Kellen, ancienne assistante d’Epstein est aussi mise en cause pour avoir débauché des jeunes filles.

C’est d’ailleurs une constante dans les réseaux pédophiles que de recourir à des femmes pour mettre en confiance les victimes.

Virginia Giuffre met en cause le célèbre et très mûr avocat Alan Dershowitz ainsi que le prince Andrew pour avoir eu des relations sexuelles avec elle.

Les Clinton batifolent

On sait que les Clinton sont des amis intimes de Jeffrey Epstein, lequel connait d’ailleurs les 21 numéros de téléphones permettant de joindre son ami Bill.

L’enquête révèle aussi que l’ancien président avait voyagé 26 fois entre 2001 et 2003 sur le Lolita Express. Il se serait aussi rendu sur « Orgy island », une île des Caraïbes appartenant à Jeffrey Epstein et dont l’origine du nom nous semble bien mystérieux … Bill Clinton était accompagné par quatre jeunes femmes dont deux appartenaient au harem du pédophile Epstein (http://www.washingtonexaminer.com/details-on-bill-clintons-ride-on-pedophiles-lolita-express-sought/article/2566852).

Jeffrey Epstein entretenait ses relations avec d’autres hommes d’affaire américains et s’était introduit au Mar-A-Lago club de Palm Beach appartenant à Donald Trump. Il y avait trouvé l’occasion d’y agresser sexuellement une jeune fille mineure. L’actuel président américain avait d’ailleurs réagi en l’expulsant de son club.

Agir contre le sida ?

Bill Clinton a nié se repaître de chair fraîche en prétendant avoir fait usage du Boeing d’Epstein pour organiser des actions de sensibilisation contre la pauvreté et le sida en Afrique. C’est dans ce cadre qu’il avait emmené avec lui Chris Tucker, Naomi Campbell, Kevin Spacey, Gayle Smith (qui siège au conseil national de sécurité d’Obama) mais aussi une maquerelle d’Epstein et Chauntae Davis, une actrice (majeure) de porno chic.

Prison au quart-temps

Après transaction avec la justice, Jeffrey Epstein, qui risquait une peine fédérale de 10 à 20 ans, a été condamné à une peine légère de 13 mois à la prison de Palm Beach avec permission de sortie de 16 heures par jour pour se rendre à son travail. Il ne fut d’ailleurs puni que pour la sollicitation d’une mineure aux fins de la prostituer en 2008 : il est toujours utile d’avoir des amis puissants qui mettent la main au panier.

Pourtant une autre femme témoigne avoir été violée plus de 50 fois par Jeffrey Epstein depuis ses 13 ans. Elle accuse son violeur d’avoir abusé d’elle et d’autres mineures après avoir été attirées chez lui pour poser en tant que modèles.

En creusant un peu, selon Russia Today, on découvre qu’en 2015, alors que le FBI enquêtait sur l’affaire et qu’Hillary Clinton exerçait des responsabilités dans l’administration Obama, 3,5 millions de dollars ont été transférés d’un compte suisse de Jeffrey Epstein vers la fameuse Fondation Clinton. OUPS …

 

Violées et salies

 

La cour d’assises des mineurs de Seine Saint Denis a jugé à partir du 30 mars 2016 treize violeurs âgés de 16 à 19 ans au moment des faits remontant au 7 décembre 2013. Deux violeurs âgés de moins de 16 ans ont comparu séparément.

Violée à quatorze reprises

Les faits sont sordides.

La jeune victime de 16 ans attendait son copain en bas de la cité HLM de Rougemont à Sevran, lorsque deux voyous encagoulés lui dérobent son téléphone portable.

Trois autres individus viennent lui proposer de l’aider à récupérer l’objet du délit, elle les suit alors dans un appartement de la cité qui est en réalité un squat. Là, ses accompagnateurs et quatre adolescents déjà installés l’agressent et la violent.

Elle est ensuite traînée dans un autre bâtiment de la cité sans que nul n’intervienne sauf pour participer aux viols. Dans une cage d’escalier, ils sont dix à la violer en réunion par pénétrations violentes ou fellations imposées.

La victime est menacée si elle parle

Le lendemain la jeune fille, accompagnée de sa mère, dépose plainte et est menacée de se faire crever les yeux si elle ne la retire pas.

La famille tient bon et doit se cacher, c’est qu’au total seize violeurs sont mis en examen dont seulement neuf ont été placés en détention provisoire.

Comme souvent après l’agression innommable la terreur s’empare des victimes. Peut-on se rendre compte de ce qui signifie se faire violer par non pas une ou deux crevures mais seize ! L’affaire tient de la barbarie pure et simple.

Comment oser défendre le consentement ?

Les menaces ne fonctionnant pas cette fois, l’abjection habituelle des violeurs va consister à prétendre que leur victime était consentante !  Son avocate, Maître Élodie Bruyaf, devra donc s’abaisser à répondre à une telle accusation, comment peut-on supposer un consentement dans de telles conditions ?

Pour prouver le viol, il faudra en plus la preuve par SMS du traquenard qui avait été organisé par ses tourmenteurs, lesquels contactaient toute la bande pour leur annoncer qu’ils faisaient « tourner » une fille dans la cité.

L’empathie d’un éducateur pour les ensauvagés

La défense des violeurs montre bien à quel niveau d’ensauvagement sont tombés ces êtres que l’on pourrait difficilement admettre au même rang d’humanité que nous-mêmes.

Cependant l’ensauvagement est considéré comme une circonstance atténuante pour leur avocat. Est ainsi utilisée dans le procès les propos d’un éducateur qui avance que ces êtres sont pervertis par la société, ils ne se rendent pas compte du mal qu’ils font subir à la victime « et de ce que l’acte sexuel ne se fait pas dans des conditions pareilles ».

Que peut donc faire la justice de tels monstres ?

Le verdict nous l’apprend :

  • la menace pour retirer une plainte vaut trois mois de prison avec sursis ;
  • deux des violeurs sont considérés comme seulement complices et ils sont acquittés donc remis dans la nature ;
  • les autres sont condamnés de quatre et six ans de prison, mais avec les aménagements et remises de peine, on devrait en entendre parler à nouveau.

Les violeurs ont donc leur avenir devant eux, mais quel avenir pour la victime ?

Pour qu’elle se reconstruise, elle doit être reconnue comme victime et être protégée contre ses tortionnaires.

Ce n’est malheureusement pas toujours le cas car face aux risques de représailles la plupart des victimes de viol en « tournante » ne portent pas plaintes laissant impunis de tels actes de barbarie.

Quant au procès c’est une nouvelle épreuve.

Deux mois de réclusion pour avoir violé une mineure de 12 ans

Ceci nous amène à évoquer une autre dramatique affaire, celle d’un viol pédocriminel dont fut accusé un majeur de 41 ans sur une mineure de 12 ans.

Une ambitieuse avocate assura la défense du violeur et lui permettra de sortir de prison au bout de deux mois. Oui deux mois pour avoir violé une gamine de 12 ans !

L’enfant sera victime deux fois, d’abord de son violeur puis des flétrissures de l’avocate de son violeur.

Une avocate prête à tout

L’avocate en question, devenue célèbre, commentera des années plus tard cette affaire en précisait qu’elle savait que son client était coupable dans la mesure où il existait des preuves solides (le slip du violeur taché de sang). Mais une partie de la pièce à conviction avait disparu et l’enfant avait pu être présentée comme consentante.

L’avocate s’en était prise à la victime en argumentant de ce qu’elle aurait été émotionnellement instable, en proie à des fantasmes et en séduction d’hommes plus âgés. Elle ajouta avoir été informée par un expert en psychologie infantile de ce que les jeunes adolescents avaient tendance à exagérer les circonstances de leur premier rapport sexuel surtout lorsqu’ils viennent de familles désorganisées comme c’était le cas de la victime. Elle en vint même à dire que la victime avait déjà fait de faux témoignages contre des personnes.

La jeune femme violée a aujourd’hui 52 ans, elle a subi une addiction aux amphétamines, vit seule et garde une profonde rancoeur à l’avocate qui selon ses propos « l’a envoyé en enfer » en la chargeant comme elle le fit.

Cette avocate est indubitablement bien méprisable, son nom : Hillary Clinton.