Articles Tagués ‘Village d’Enfants’

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pas d’inquiétude, c’est bien Besse, mais pas le village d’enfants

Une de nos contacts nous fait part d’un appel d’offre du Conseil départemental du Var dans la cadre de la gestion du nouveau village des fratries à Besse-sur-Issole.

L’intérêt de l’appel d’offre en question est le cahier des charges à destination de toute association gérant des travailleurs sociaux à même « d’animer » ce village pour la modique somme de 150 à 180 euros par enfant et par jour aux frais du contribuable, sans compter évidemment la construction.

On ne doit pas séparer les fratries

Oui cela c’est pour le principe et pour la conformité à l’article 371-5 du Code civil :   « l’enfant ne doit pas être séparé de ses frères et sœurs, sauf si cela n’est pas possible ou si son intérêt commande une autre solution ».

Seulement voila, sur le rapport d’évaluation 2015 du Var, les placements concernent  1539 mineurs et jeunes majeurs (18 à 21 ans) dont 43 % de fratries et 25 % constituées de fratries d’au moins 4 enfants. Mais dans 42 % des cas les fratries sont séparées y compris vers d’autres départements. Il est reconnu par le Conseil départemental du Var que cette séparation perturbe affectivement et psychiquement les enfants placés par la rupture du lien et les problèmes de coordination des sociaux.

D’où un village « durable » pour les fratries

Ce village a pour vocation d’accueillir des fratries pour des séjours à moyen et long terme.

Moyen et long terme c’est au moins deux ans. Pourtant la réévaluation des situations devant conduire à une mainlevée judiciaire de placement doit avoir lieu annuellement et au moins tous les 2 ans, or un placement d’un an est un placement à court terme. N’y-a-t-il pas là une anticipation assez réaliste sur la durée effective des placements dont certains sont reconduits de façon non nécessaire comme le précisait Pierre Naves de l’IGAS ?

Un utile rappel des relations entre les travailleurs sociaux et les familles

Mais le plus intéressant est le rappel des missions des travailleurs sociaux référents, il ne faudra pas hésiter à s’en servir en cas de manquements. 

D’abord le travailleur social doit maintenir le lien avec la famille naturelle et différents moyens sont mis en place : des points de rencontre avec la famille dans le village, la participation de la famille à des moments clés de la vie de l’enfant à l’intérieur du village, des possibilités d’hébergement des parents dans le village s’ils habitent loin.

Il est aussi rappelé que le travailleur social doit élaborer et de mettre en place le PPE (projet pour l’enfant, sur lequel les familles sont consultées), préparer en amont l’accueil de l’enfant dans la structure, travailler en concertation avec les acteurs et intervenants dans la vie de l’enfant (donc nécessairement avec les parents).

Les fonctions du référent éducatif de l’enfant sont bien précisées : une prise en charge adaptée aux besoins de l’enfant, la prise en charge de la participation des parents à la vie de l’enfant (mais en tenant compte de l’intérêt de l’enfant dont le référent serait seul juge ?),  la valorisation des compétences familiales dans le développement de l’enfant (ce qui suppose donc une bienveillance vis-à-vis des parents et la capacité à les associer à la vie de leur enfant).

En cas de transgression, il appartiendra donc aux parents de consigner tout élément à faire remonter au président du Conseil départemental.

Publicités

Le Village d’enfants de Villabé (Essonne) appartenant à la Fondation Mouvement pour les Villages d’Enfants, aurait eu aussi depuis 14 mois son animateur-éducateur pédophile.

Agé de 29 ans, il avouera avoir commis entre mars et mai 2011, des agression sexuelles sur au moins cinq mineurs de 10 à 14 ans.

Une de ses victimes âgée, un garçon de 12 ans, a rapporté les faits à ses parents qui ont porté plainte pour viol sur enfant au commissariat, ce qui a permis à quatre autres victimes de se manifester.

Un coup de filet inattendu quant on sait ce que vaut la parole de parents présumés maltraitants auprès d’un procureur de la république.

Le présumé pédophile présenté comme un éducateur au « CV parfait », diplômé d’une licence de l’éducation et possédant une expérience d’encadrement des enfants, a été placé en garde à vue le 23 mai 2011, puis mis en examen par un juge d’instruction après être passé aux aveux.

Face à cette très mauvaise publicité pour la médiatique Fondation, celle-ci a décidé de se porter partie civile contre son éducateur. Elle a réagi en disant sa peine pour les enfants et leurs familles. On peut apprécier que les familles aient été associées à ces condoléances quand on sait que bien souvent les parents d’enfants placés – dont certains abusivement comme le confirme l’Inspection Générale des Affaires Sociales – ne sont jamais informés des exactions subies par leurs enfants et ne peuvent donc se porter partie civile.

Les radios, TV et journaux n’auront pas la précaution de cette précision, France Inter, Metro et bien d’autres diront que ces enfants étaient placés par l’Aide Sociale à l’Enfance parce qu’ils étaient victimes de maltraitance ou de négligences graves, une façon de dédouaner d’avance la responsabilité des services sociaux tant il est vrai que des familles mal calibrées selon les canons particuliers des travailleurs sociaux ne retrouveront même pas leurs enfants brisés par le déchirement de la séparation puis par un viol en institution.

Dans cette affaire, les victimes sont de jeunes garçons et d’autres pourraient aussi être concernés parmi les 55 pensionnaires de 2 à 18 ans dont 5 à 6 enfants étaient une semaine sur deux pris en charge intégralement par l’éducateur.

Un éducateur qui sera, on l’espère, jugé avec la sévérité nécessaire, mais il n’est pas le seul coupable. En effet nous aurons l’occasion de nous intéresser aux nombreux cas de pédophilie en foyer.