Municipales 2014 : Votons pour les punir !

Publié: 18/03/2014 dans Interpellation des élus, Presse, Testing

Faire connaître le rapport du CEDIF

tampon CEDIFÀ l’occasion des élections municipales, nous avons voulu consulter quelques candidats et obtenir des commentaires de leur part sur nos propositions.

Il s’agissait de mieux nous faire connaître et d’infléchir autant que possible les programmes en faveur de la reconnaissance de l’institution familiale.

Pour ce faire, la lettre-type suivante a été envoyée par mails :

Lettre type

Bonjour, Le CEDIF, première association de défense de la famille contre les exactions institutionnelles a émis et mis à jour son rapport sur la protection de l’enfance https://comitecedif.wordpress.com/rapport-sur-la-protection-de-lenfance/. Dans la mesure où ce rapport propose un état des lieux et des solutions à mettre en œuvre, il importe qu’il soit porté à la connaissance des représentants de la population ainsi que des associations et de la société civile en général.

Nous vous prions donc de bien vouloir nous communiquer votre positionnement à l’égard de nos propositions. Il importe effectivement que notre association puisse faire connaître à l’occasion des élections municipales de 2014 les candidats pouvant avoir notre préférence et ceux pour lesquels il conviendra de ne pas voter. Ceci hors de toute base partisane.

Un rapport synthétique de cette consultation sera établi sur notre site et partagé avec les associations amies ainsi qu’auprès des média.

Avec toute ma cordialité,

Les réactions

Disons le tout net, les réponses ou plutôt les non-réponses sont décevantes et confirment bien le profond mépris éprouvé par les « représentants du peuple » de tous bords politiques face à notre Comité.

Parmi les absences de réactions, citons la section Indre du parti socialiste, contactée par deux fois sans réponse, même avec message laissé sur le répondeur. La section UMP du même département l’a aussi reçu deux fois sans réponse.
Pas de réponse de la candidate socialiste à la mairie de Paris, pour le reste en vrac et sans exhaustivité, pas de réponse du candidat socialiste de Villebonne, ni du candidat socialiste d’Orléans, Corinne Leveleux Teixera qui se paie le luxe d’une page wikipedia, rien du maire de Montargis, l’UMP Door profondément semble-t-il, pas davantage du maire socialiste de Lamotte Beuvron ou du candidat socialiste à Arras. Guère plus de succès du côté des petites listes comme celle de Martine Brion à Sancerre par exemple.

Les uns et les autres sont contactés ensuite par téléphone, nous tombons alors visiblement sur des personnes peu concernées, bien ennuyées pour nous répondre ou qui nous égrènent un discours convenu hors sujet nous obligeant à les couper. Les uns et les autres nous suggèrent alors de leur écrire par courrier, on comprend assez rapidement que la qualité de leur accueil ne vaut pas un timbre.

Ceux qui répondent

Certes certains répondent tout de même, nous invitant à les contacter pour une rencontre, c’est la cas de la candidate UMP à la mairie de Paris ou de la plupart des candidats Front National. Nous aurons l’occasion de vérifier leurs engagements.

Les petites listes répondent aussi plus facilement mais leur amateurisme se fait assez rapidement jour, ils sont surpris de trouver en nous des personnes de conviction très informées sur nos dossiers.

Ceux qui ne se sentent pas concernés

Un petit candidat, qui a depuis déclaré forfait, nous avait répondu après avoir étudié avec attention notre site et nous précise d’emblée qu’il situe sur le même pied d’égalité les mariages de couples de même sexe ou de sexe différent. Pour le reste il ne voit pas de compétence particulière des municipalités en matière de familles, si ce n’est en matière d’écoles et de crèches.

De telles réponses peu créatives ont été fournies à plusieurs reprises et ont reçu de notre part la réplique type qui suit :
Nous connaissons bien entendu les responsabilités respectives des différents échelons du millefeuille administratif français.
Ce n’est pas tant la question de la gestion des crèches, des célébration de mariage qui nous intéresse mais la dénonciation plus large d’exactions menées par des travailleurs sociaux ou encore certaines associations pouvant bénéficier de subventions locales à tous échelons.
Au-delà le mouvement des lois est fait d’amendements, d’abrogations, de nouvelles dispositions et le rôle d’élus avec la société civile est d’impulser des tendances plus que de seulement gérer les doigts sur la couture du pantalon.
C’est de cela que nous pourrions parler et sur cela que nous émettrons des avis que nous diffuserons auprès de nos nombreux lecteurs.

Le courage était décidément mal partagé, une telle réplique suscite rarement des réponses.

Ceux qui n’ont pas compris

Une des réponses classiques reçues se présente ainsi :

« Nous avons pris le temps de parcourir votre rapport et les solutions que vous proposez. Nous sommes évidemment concernés par la protection de l’enfance et avons engagé la réflexion sur plusieurs pistes visant à améliorer l’épanouissement de l’enfant, notamment via le renforcement des structures d’accueil.
Sur les problèmes juridiques spécifiques que vous soulevez, nous sommes prêts à échanger avec un interlocuteur local de votre organisation. »

Inutile de prendre la peine d’un rendez-vous dans de telles conditions, une telle réponse manque profondément de sincérité. Comment prétendre avoir parcouru notre rapport et nos propositions et proposer le renforcement des structures d’accueil alors que nous démontrons qu’ils ont déjà trop de moyens !!!

Ceux qui nous censurent

Beaucoup de candidats ont développé une page facebook pour leur campagne. C’était l’occasion d’y mettre notre grain de sel. Peine perdu le site de la candidate de gauche à Aubigny sur Nère, géré par un communiste à peine post-pubère (on leur apprend quoi à l’école ?) a vite fait de censurer la parole du CEDIF se demandant l’intérêt de parler de notre rapport avant de se montrer franchement désagréable et peu pertinent.

Ceux qui doivent perdre

La candidate socialiste pour Bourges, Irène Félix a dû se sentir harcelée, contactée plusieurs fois par mail, par sa page facebook, elle s’obstine à ne pas répondre.
Cette même candidate est la vice-présidente du conseil générale du Cher en charge des maisons de la solidarité, nous avions dévoilé le visage de ces maisons de la solidarité avec l’observatoire des subventions, des maisons qui cachent des usines à placement :

 « ( …) c’est en fouillant les offres d’emplois sur le site du conseil général du Cher que l’on tombe sur un poste d’encadrant technique de maison des solidarités avec fiche de poste.
(…) La fiche de poste précise que le postulant aurait pour mission la protection de l’enfance en amont de la DEAF (Direction Enfance Adolescence Famille). En clair il travaille pour l’ASE (Aide sociale à l’enfance) en préparant de nouvelles mesures à mettre en place.
Fiabiliser»
… Voilà donc l’aide à la parentalité qu’offre le conseil général du Cher avec ses maisons de la solidarité que nous payons au prix fort. Allez donc faire part de vos difficultés éducatives auprès des centres d’écoutes professionnels de ces Maisons de la Solidarité, appuyez sur ce bouton et vous verrez comment ils vous aideront. »

Nous appelons donc toutes les familles de Bourges à offrir à Irène Félix un cuisant échec, que ceux qui voteraient pour une telle candidate ne viennent pas se plaindre auprès de nous ensuite d’avoir perdu leurs enfants par leur inconscience à s’en remettre à de tels politiques.

La punition

 Comme vous pouvez donc le comprendre, le CEDIF n’appellera à voter pour aucun candidat à l’exception de Patrice Marchand, maire de Gouvieux dans l’Oise ; par contre nous appelons à défaire certains candidats en votant pour leurs adversaires les mieux placés. Plus largement nous réfléchissons à présenter ultérieurement des candidats CEDIF.

En attendant ce dimanche et dimanche prochain nous appelons à une mobilisation contre ce gouvernement, que ses ministres soient battus et que plus largement ceux qui soutiennent la politique actuelles soient punis.

 Nous n’oublions pas la répression et la diffamation à l’égard des familles qui se sont mobilisées pour se faire entendre, la campagne de terreur contre la manif pour tous, celle de propagande obligatoire du gender à l’école. Nous constatons l’explosion des mesures de placement. Nous dénonçons des propos inadmissibles tels ceux de Laurence Rossignol, PS : « Les enfants n’appartiennent pas à leurs parents (…) ou du ministre de l’éducation qui entend arracher l’élève au déterminisme familial.

Ces deux dimanches notre vote c’est leur punition.

commentaires
  1. Terriou Bruno dit :

    Bonjour lettre type poste sur le Fb du sénat ..Amicalement

  2. maroussia dit :

    Merci pour cet article et l’engagement du CEDIF en faveur de la défense des enfants et des familles. Bravo d’avoir divulgué auprès des candidats le rapport du CEDIF. Avant même les services administratifs et judiciaires divers, notre premier ennemi est LE SILENCE qui règne autour des abus auxquels donnent lieu l’aide sociale à l’enfance et la pseudo lutte contre la maltraitance. Informer est une priorité. Un des vecteurs de cette information est bien de lier notre combat aux luttes actuellement en cours autour de la défense de la famille. Quant au fait que nous puissions bénéficier d’une oreille plus attentive auprès des candidats FN, ce n’est pas pour moi une surprise. La grande majorité des candidats de ce parti sont attachés aux valeurs familiales et au principe que l’éducation appartient aux parents, et sont au contraire défavorables à l’ingérence administrative dans tous les domaines…Rien à attendre du PS qui joue le clientélisme auprès d’un milieu tout acquis à ses thèses et dont l’idéologie est celle de l’interventionnisme étatique. Rien â attendre non plus de l’ancienne majorité tout aussi liberticide et interventionniste et responsable de la plupart des lois auxquelles nous nous heurtons.

  3. Terriou Bruno dit :

    Je vais me faire objecteur de conscience mais il n’existe pas en France un seul parti politique qui défendra les droits de la famille, qui s’opposera à la souveraineté excessive des magistrats, qui s’opposera a ce que les enfants Français ne soient plus les clients qui subventionnent l’aide sociale a l’enfance !! Il faut juste conscientiser que le seul changement en dans le peuple et qu’il doit reprendre sa souveraineté qui est bafouée !! Amicalement

    Pourquoi «la souveraineté excessive des magistrats» car ils sont tenus par les principes de l’état de droit ( l’état de droit comme un principe de gouvernance en vertu duquel l’ensemble des individus, des institutions et des entités publiques et privées, y compris l’État lui-même, ont à répondre de l’observation de lois promulguées publiquement, appliquées de façon identique pour tous et administrées de manière indépendante, et compatibles avec les règles et normes internationales en matière de droits de l’homme) mais si sous le prétexte de l’indépendance de la Justice, on leur permet de faire n’importe quoi, on leur accorde une souveraineté excessive (En matière de politique, la souveraineté est le droit absolu d’exercer une autorité (législative, judiciaire et/ou exécutive) sur une région, un pays ou sur un peuple.)

    La justice constitue à la fois un idéal philosophique et moral, l’exercice de cette activité doit représenter un idéal établi donc son activité doit être gratuite pour tous, elle est censée représenter le maintien de l’ordre et l’ordre établi.(respect de la dignité humaine, équitabilité dans les décisions, etc..)….c’est pour ça que la justice est honteuse..!! Un magistrat du siège ne juge pas selon les principes de l’équité mas selon ses convictions personnelles, n’ accordant pas la présomption d’innocence le bénéfice du doute, et de par son narcissisme existentiel ne donne surtout pas a entendre qu’il peut se produire une erreur judiciaire . Et encore sous le prétexte de leur indépendance, ils bénéficient d’une autorité excessive, se sont des magistrats souverains pouvant user de l’abus de pouvoir à leur convenance !! !!

    • Terriou Bruno dit :

      Les droits de la famille (égalité parentale, résidence alternée, l’interdiction stricte de l’aliénation parentale)

  4. comitecedif dit :

    Les questions relatives à savoir quel parti pourrait relayer nos demandes sont intéressantes.

    Les qualités d’un tel parti seraient justement de remettre en cause les solutions étatiques et de faire le ménage dans l’administration.

    Nous avons été très clairs dans notre rapport sur la protection de l’enfance : il existe des pratiques qui relèvent de délits et de crimes commis en toute impunité sur des familles.

    Au-delà des excuses des représentants de l’Etat, nous exigeons que les personnes responsables de tels actes soient :
    – cassés par leur hiérarchie (sanction administrative) ;
    – jugés pour leurs exactions (sanction pénale) ;
    – condamnés à payer des dommaqes et intérêts aux victimes de leurs propres deniers et non de ceux des contribuables (sanction civile) ;
    – exposés sur la place publique (sanction médiatique).

    Si il existe un parti qui nous est capable de nous suivre sur ces points et qui approuve les autres points de notre rapport, alors qu’il nous contacte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s