La magistrate vertueuse et le magistrat pervers


Martine Bouillon, substitut du procureur au TGI de Bobigny, dénonçant le 27 mars 2000 des affaires de pédopornographie parla de découverte de charnier d’enfants en région parisienne  dans une émission « Viol d’enfants, la fin du silence ? ». Elle précise ne pas pouvoir en dire plus car ces affaires sont en cours d’instruction.

Dès le lendemain matin, les autorités judiciaires démentent et lui demandent des explications. Martine Bouillon leur envoie un rapport le 30 mars 2000 précisant que les affaires en question auraient eu lieu à la fin des années 80 et qu’elle avait rencontré les enquêteurs au sujet de la découverte d’un charnier en Seine-et-Marne.  Le Conseil Supérieur de la Magistrature la convoque en audience le 16 mars 2001, lui précise n’avoir aucune connaissance de ces affaires, et la déplace. Cette sanction lui a été signifiée par Michel Joubrel, du Conseil Supérieur de la magistrature.

Michel JoubreLe personnage est on ne peut plus sérieux : fils de magistrat, président de l’Union Syndicale des Magistrats (gauche, syndicat majoritaire) entre 1988 et 1992, puis décoré de l’ordre national du mérite, enfin membre du Conseil Supérieur de la Magistrature de 1998 à 2002.

Apprécié de ses pairs, contrairement visiblement à Martine Bouillon, Michel Joubrel peut se targuer d’une carrière exemplaire, le procureur général de Limoges le décrivait comme courtois, capable d’une grande puissance de travail et à l’intelligence claire.

En août 2002, une information anonyme informe les gendarmes de Metz de l’existence d’un réseau internet d’échange  pédopornographiques. En 2003, les gendarmes de la section de recherche d’Orléans démantèlent ce réseau d’internautes échangeant des fichiers d’images et de vidéos partagées par des enseignants, un prêtre, mais également un magistrat qui avait été chargé de l’informatisation de la justice, cela ne s’invente pas. Le matériel représentait notamment des viols d’enfants et de bébés.

16 330 de ces fichiers sont saisis sur l’ordinateur de Michel Joubrel, substitut du procureur général près de la Cour d’appel de Versailles. Il est mis en examen en mars 2003,  à la retraite d’office en septembre 2004, puis radié en février 2005.

Pour sa défense il prétend que son ordinateur a été utilisé à son insu, pourtant il était inscrit sur ce site d’échange sous 3 pseudos différents sur le forum « garçonsexe ». Puis il affirme avoir téléchargé par curiosité et non par voyeurisme et enfin « avoir flirté avec l’interdit ».

Il  a été condamné en 2006 à 8 mois avec sursis et 1 000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Tours.

Une réflexion au sujet de « La magistrate vertueuse et le magistrat pervers »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.