Le Village d’enfants de Villabé (Essonne) appartenant à la Fondation Mouvement pour les Villages d’Enfants, aurait eu aussi depuis 14 mois son animateur-éducateur pédophile.

Agé de 29 ans, il avouera avoir commis entre mars et mai 2011, des agression sexuelles sur au moins cinq mineurs de 10 à 14 ans.

Une de ses victimes âgée, un garçon de 12 ans, a rapporté les faits à ses parents qui ont porté plainte pour viol sur enfant au commissariat, ce qui a permis à quatre autres victimes de se manifester.

Un coup de filet inattendu quant on sait ce que vaut la parole de parents présumés maltraitants auprès d’un procureur de la république.

Le présumé pédophile présenté comme un éducateur au « CV parfait », diplômé d’une licence de l’éducation et possédant une expérience d’encadrement des enfants, a été placé en garde à vue le 23 mai 2011, puis mis en examen par un juge d’instruction après être passé aux aveux.

Face à cette très mauvaise publicité pour la médiatique Fondation, celle-ci a décidé de se porter partie civile contre son éducateur. Elle a réagi en disant sa peine pour les enfants et leurs familles. On peut apprécier que les familles aient été associées à ces condoléances quand on sait que bien souvent les parents d’enfants placés – dont certains abusivement comme le confirme l’Inspection Générale des Affaires Sociales – ne sont jamais informés des exactions subies par leurs enfants et ne peuvent donc se porter partie civile.

Les radios, TV et journaux n’auront pas la précaution de cette précision, France Inter, Metro et bien d’autres diront que ces enfants étaient placés par l’Aide Sociale à l’Enfance parce qu’ils étaient victimes de maltraitance ou de négligences graves, une façon de dédouaner d’avance la responsabilité des services sociaux tant il est vrai que des familles mal calibrées selon les canons particuliers des travailleurs sociaux ne retrouveront même pas leurs enfants brisés par le déchirement de la séparation puis par un viol en institution.

Dans cette affaire, les victimes sont de jeunes garçons et d’autres pourraient aussi être concernés parmi les 55 pensionnaires de 2 à 18 ans dont 5 à 6 enfants étaient une semaine sur deux pris en charge intégralement par l’éducateur.

Un éducateur qui sera, on l’espère, jugé avec la sévérité nécessaire, mais il n’est pas le seul coupable. En effet nous aurons l’occasion de nous intéresser aux nombreux cas de pédophilie en foyer.

About these ads
commentaires
  1. ninjablanc dit :

    a quand une commission de controle et d’évaluation des TS ? puisque l’IGAS se cantonne à des rapports ! cela n’est plus acceptable pour les parents dont les enfants sont placés !

  2. comitecedif dit :

    Je pense que l’IGAS pourrait faire un tel travail, à condition que des associations telle la nôtre participent à ces commissions de contrôle et d’évaluation.

  3. Aurélien dit :

    voila encore un éducateur de plus dans ce type d’affaires dégueulasses, sans compter d’autres qui sont enterrées. Beaucoup ont constaté des atteintes et ont été menacés par les services de l’ase pour diffamation, l’ase a donc des comptes à rendre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s