Gérer l’entretien avec les sé(r)vices sociaux

Nous vous retranscrivons ici pour le livre noir de l’ ASE une suite d’entretiens tout à fait éloquents et représentatifs d’une attitude des sé®vices sociaux de la « protection de l’enfance » que nous dénonçons.

Nous ne prétendons pas que toutes les assistantes sociales fassent preuve des mêmes pressions psychologiques et de la même malhonnêteté intellectuelle, il est cependant peu douteux que beaucoup de parents bafoués se retrouveront dans un tel entretien commenté.

Nous précisons au préalable le contexte de l’affaire de l’entretien qui suit :

Un conflit parental est pré-existant dans le cadre d’un couple recomposé. Ce conflit est notamment alimenté par un abandon de famille (pension alimentaire impayée) et le soutien du père et de la belle-mère à un adolescent en crise refusant toute autorité de sa mère et de son beau-père chez lesquels il réside. Après avoir insulté et menacé son beau-père, l’adolescent sera remis à sa place par paire de baffe interposée. Le père et la belle-mère en profiteront pour demander un placement en foyer de la jeune sœur avant inversion du droit de garde. Le père réclame aussi une annulation rétroactive de trois ans de pensions alimentaires impayées.

Les services de l’ASE vont s’emparer de l’affaire avec délectation, d’autant que le beau-père s’était déjà signalé en mettant publiquement en cause le fonctionnement des services de l’État et les atteintes aux prérogatives parentales. L’affaire tourne donc au règlement de compte.

La jeune sœur, après avoir subi le traumatisme d’un placement a été mise entre les mains d’un père et d’une belle-mère dont les pratiques ont été dénoncées et mises en évidence. Elle est aujourd’hui en grave souffrance dans l’indifférence de ceux qui ont causé son malheur. Quant à l’adolescent, confronté à l’absence de toute limite il est pour le moins devenu un adulte en déshérence.

Voila donc le résultat d’une intervention de l’ASE en matière éducative. Un cas comme il en existe malheureusement bien d’autres

Entretien entre la maman et les agents de l’ASE K et A, des antennes Sancerre et Aubigny sur Nère

L’entretien commence.

La maman précise d’emblée qu’elle s’étonne que sa fille lui ait été enlevée sans la moindre enquête sociale. Elle mentionne n’avoir pas été contactée par l’assistante sociale K et sa supérieure A, elle parle d’un dysfonctionnement du système.

La responsable A d’un ton docte et hautain, comme si elle parlait à un enfant qui n’a pas bien compris sa leçon, dit avoir reçu un signalement et avoir précisé par courrier à la maman  qu’elle transmettait aux autorités judiciaires ce signalement. Elle se réfugie ensuite sur la capacité qu’aurait eu la maman de consulter le dossier d’assistante éducative avec son avocat :

« Madame X vous avez été assistée d’un avocat, me semble-t-il ? ».

On remarquera ici que la question est posée de façon à valider la suite du propos de la responsable par la maman elle-même et donc afin de lui faire reconnaître un tort ou une négligence.

« Oui » 

La maman ne pouvait répondre autrement, mais face à une telle manœuvre on peut conseiller aux parents de ne pas rentrer dans le cadre d’un questionnement dont seuls les fonctionnaires de l’ASE connaissent l’issue. Face à de tels procédés, on peut répondre par exemple : « Où voulez-vous en venir en me posant une question pour laquelle vous connaissez déjà la réponse ? » 

« Bon, il a pris connaissance du déroulement des choses, et il a dû vous en parler, j’ai du mal à imaginer qu’il ait consulté ce dossier sans vous avoir fait retour de l’origine du suivi des éléments qui ont été signalés sur la situation de votre famille. »

Ici alors que les éléments fournis par le service sont calomnieux, la responsable en rejette la faute sur la maman elle-même ou sur son avocat.

Un jeu dans lequel il ne faut surtout pas entrer et la maman effectivement pare le coup puisqu’elle explique à sa tour qu’en une heure, elle n’a pas eu le temps de consulter de façon exhaustive un énorme dossier dont de nouvelles pièces étaient ajoutées peu avant l’audience devant le juge des enfants.

Un blanc intervient ensuite.

Il s’agit par des mimiques ou une attitude de faire comprendre à la mère que la réponse ne convient pas aux fonctionnaires de l’ASE. Apparemment la responsable a été formée à l’analyse transactionnelle (http://fr.wikipedia.org/wiki/Analyse_transactionnelle), raison pour laquelle l’assistante sociale n’a pas accepté le rendez-vous en l’absence de sa responsable.

Par son attitude elle se situe sur un plan Parent-Enfant en analyse transactionnelle. Cette attitude a très souvent été décrite dans les rendez-vous avec les services de l’ASE : par les paroles ou l’attitude l’agent des sé®vices sociaux se positionne en parent et le parent est réduit à une dimension d’enfant soumis ou rebelle.

Dans le cas qui nous intéresse la maman est gênée par ce blanc dans la conversation.

Elle accepte la position de supériorité de la responsable et entreprend de lui expliquer sa situation comme si son interlocuteur était capable d’empathie et de compréhension.

C’est ici commettre une erreur car la responsable connaît bien la situation, elle est évidemment de mauvaise foi car elle sait qu’elle a calomnié et même si tel n’était pas le cas l’ASE n’a pas pour habitude de reconnaître ses erreurs d’interprétation.

Il aurait donc fallu ne pas être ennuyé par ce blanc, mais au contraire enfoncer le clou suite à l’argument déployé en réponse. La maman avait mis en évidence l’irréalisme du propos de la responsable, elle aurait pu insister alors après le blanc en assénant : « Vous savez très bien comment cela se passe Madame, n’essayez donc pas de me blâmer pour des calomnies que vous avez pu répandre sans que je puisse en avoir connaissance à temps de façon à y répondre. »    

Evidemment on entre alors dans une phase moins hypocrite et l’attaque est frontale. Cependant on inverse là le rapport de force, la responsable est placée devant une situation dans laquelle la maman ne serait pas dupe de sa mauvaise foi et lui signifie donc que son petit jeu ne fonctionne pas.

Il faut s’attendre cependant à donner des éléments concrets des calomnies répandues par le service. Sur ce point il faut avoir prévu éventuellement une liste dont lecture peut être faite en employant un ton suffisamment impératif pour ne pas se faire couper la parole. N’oublions pas que la maman était seule face à deux interlocutrices hostiles !

 Il était aussi possible de répondre sans accuser de calomnies mais de simples erreurs d’interprétation, c’est aussi là l’occasion d’asséner une phrase apprise par cœur par les assistantes sociales et que l’on pouvait leur retourner en utilisant le « Madame » scandé si souvent avec mépris : « Mais Madame, n’essayez pas de me faire croire que vous ne savez pas dans quelles conditions l’accès à mon dossier est possible, reconnaissez plutôt pour le moins des erreurs d’interprétation de votre part. Madame, faites l’effort de vous remettre en cause dans vos erreurs et réalisez un travail sur vous-même en vous faisant aider si nécessaire. Il n’est pas possible d’assumer les responsabilités qui sont les vôtres en commettant autant d’erreur Madame, admettez le ! » 

Pour en revenir au cas concret de cette maman, elle s’épanche certes en s’exposant mais en revient à sa première accusation sur laquelle la responsable n’avait pas répondu de façon satisfaisante.

« Je me suis dit une enquête va être organisée, on va me rencontrer, les choses vont être mises au bout et puis, bon gré mal gré, cela va avancer…»

La maman est alors fort peu courtoisement interrompue :

« Cela a été fait Madame, cela a été fait Madame. »

Le mensonge est répété de façon incantatoire selon le principe qui voudrait qu’un mensonge répété devienne vérité. Il est donc question de faire admettre ce mensonge à la maman, le procédé est tout à fait totalitaire.

Mais la maman ne se laisse pas faire :

« Et qui est ce qui m’a rencontré ? »

La bonne réponse était évidemment « personne », mais la responsable A botte en touche :

 « Il y a eu un recueil de renseignements socio-éducatifs. »

La réponse n’a absolument rien à voir avec la question et là aussi il ne faut pas laisser le menteur échapper à son mensonge quitte à reposer la question jusqu’à ce qu’il admette qu’effectivement il ment ou se trompe.

Mais la maman n’insiste pas et tente de faire admettre que le recueil de renseignements socio-éducatifs s’est en partie basé sur un rapport fait par l’assistante sociale sans jamais la rencontrer. La maman ne peut encore finir sa phrase et la responsable A n’admet même pas ce second fait, elle reprend sa posture parent-enfant avec un aplomb assez incroyable tout en prenant ouvertement la mère pour une idiote :

 « Non, alors je reprends les choses Madame X pour que l’on soit bien d’accord, vous confondez. »

La tirade est franchement savoureuse, non seulement la responsable A n’a toujours pas avoué l’évidence, à savoir l’absence de tout contact avec la maman, mais en plus elle entend imposer son point de vue à la maman, si ce n’est pas de la manipulation alors on peut bien se demander ce que c’est ?

À ce point il faut imposer absolument le retour au principe de réalité et interdire à la responsable de poursuivre son propos en lui répondant par exemple : « Madame A, arrivé à ce point de la discussion je peux mettre en évidence votre mauvaise foi et vous inciter à mesurer vos propos. Que nous soyons bien d’accord à notre tour, il n’y a rien à confondre, répondez à ma question par oui ou pour non, m’avez-vous, vous-même ou Madame K rencontré avant de vous répandre sur mon compte dans un rapport pour le moins outrancier ? ».

Là il faut exiger une réponse négative pour mettre en évidence que les éléments retenus par les services de l’ASE sont des racontars non vérifiés. Même si le but n’est pas atteint ici le début de cet entretien fait bien apparaître que les services du Conseil général ont procédé à un signalement à l’autorité judiciaire sans faire d’enquête sociale mais en recueillant des simples calomnies.

Le but de l’entretien était donc de faire reconnaître ce point à la responsable de l’ASE.

Nous insistons au passage sur le fait qu’une demande d’entretien doit avoir un objectif précis qu’il est nécessaire de garder à l’esprit tout au long de la conversation. Il convient donc d’éviter de se laisser mener ailleurs que vers cet objectif et de mettre en place une stratégie argumentaire pour en arriver à l’obtention de cet objectif.

Il est impératif de ne pas rechercher un entretien qui n’aurait d’autre but qu’une simple discussion, cela ne mène à rien et l’autre aura tout le loisir de vous manipuler.

Nous verrons dans la suite de l’entretien une justification de l’absence d’enquête sociale par des arguments tout aussi fallacieux. Mais là n’est pas le principal puisque nous analyserons surtout les propos des services de l’ASE et vous proposerons une façon d’y répondre et de déjouer les pièges tendus aux parents.

SUITE :  https://comitecedif.wordpress.com/2012/08/30/ase-dpe-ficelles-et-pieges-de-lentretien-2/

Advertisements
commentaires
  1. Un exposé exhaustif et très réaliste , qui je l’espère éclairera les parents sur les les risques encourus !…
    Il est urgent que les parents prennent en considération les divers alertes que vous avez fait circuler car il est évident que dans 85 % des cas les services sociaux malheureusement enveniment encore plus le différent qui les oppose
    Outre le dysfonctionnement des services sociaux , les parents doivent respecter l’intérêt supérieur de l’enfant au lieu de faire évoluer leurs querelles d’adultes .

  2. Katia Hubaut dit :

    Lorsque j’ai la personne qui s’occupe maintenant du dossier (mon fils est chez son père) malgré que l’experte psychiatre a conseillé que l’enfant reste chez moi. Elles s’amusent à dire: Je ne vous comprends pas, je ne vous entends pas?? Je fais pareil. En psychologie cela s’appelle l’effet MIROIR. Leur comportement détermine la façon dont je leur réponds. Et, surtout PARENTS ABUSES, ne dite rien et ENREGISTRER, ne CONFIER RIEN, etc….. Cela fait deux mois que je n’ai pas de nouvelles de mon fils, qu’elle a organisé la non représentation d’enfant sous prétexte que l’ordonnance disait année paire chez le père et année impaire chez la mère??? Mais, nous avions fait une entente verbale chez la juge juillet chez la mère aout chez le père, sauf que mon fils, qui s’est fait LESSIVE LE CERVEAU DEPUIS 6 MOIS, a voulu aller chez le père, donc, nous avons encore interverti. ELLES M’ONT FAIT UN TOUR DE VIS! Voilà !

  3. brigitte bilodeau dit :

    apres lintervenant ammene les oui-dires a cours sans preuve ni évaluationde cxes oui-dire fais enlever lenfant sur des mensonge sa mest arrive mon ex a fait des plainte repetitive sans fondement dans tete de menlever le petit avec sa conjointe en témoignant faussement. jai perdu pour des mensonge

  4. Etchegarray dit :

    Cette analyse fait bien apparaitre la façon dont ces malfaisants agissent, le pire dans tout cela c’est qu’ils essaient de persuader leurs victimes qu’elles sont coupables en les déstabilisant et en les culpabilisant sur ce dont ils ne devraient justement pas se sentir coupables.

  5. […] le premier volet de cet article (https://comitecedif.wordpress.com/2012/08/21/ase-dpj-les-ficelles-et-pieges-de-lentretien/) nous avons pu observer des techniques utilisées à partir d’un cas réel concernant des […]

  6. gold price dit :

    Le père n’est pas venu au rendez-vous avec Miss Papillon pour la mise en œuvre du placement. C’est ce que nous n’aimons pas : nous allons devoir aller la chercher. Réunion inter-services en urgence. Ce sera pour le lendemain, à l’école, sans préavis, pour éviter d’aller au domicile. Nous savons, maintenant, que « maman » est capable de violence et avec arme si besoin. Autant éviter la réquisition de la force publique. Vraiment pas besoin de ça.

  7. Sugel dit :

    Le 2 août, une autre responsable de l’association, E.B, demande à Sandrine de prendre contact avec une chef de l’Aide Sociale à l’Enfance de Clermont Ferrand, Mme P.. Elle l’a au téléphone le 3, et voilà que Mme P. revient carrément sur la décision de Justice concernant les visites médiatisées, et explique à Sandrine que les enfants doivent être « confiés à l’ASE pour que l’Oiseau Bleu puisse intervenir ». Qu’est donc l’Oiseau bleu? Mystère. C’est enf ait une association ‘filiale’ d’Aramis. Et, au passage, les enfants ne sont pas confiés par la Justice à un foyer, mais à leur père.

  8. […] permet à l’assistante sociale de se positionner dans la posture Adulte face à l’Enfant. Cette tactique est très souvent employée par ces gens. Mais la maman ne se laisse pas abuser par cette manipulation et en revient aux faits quitte à les […]

  9. Lorraine dit :

    Ce positionnement condescendant que vous qualifiez d' »adulte face à l’enfant » ne fait que refléter le manque de confiance en elle-même de la personne qui s’en sert pour se faire croire qu’elle est compétente et se donner l’autorité qu’elle n’a pas et qui sert à masquer son ignorance des réalités de la vie et son incompétence, alors qu’elle doit donner le change vis à vis de ses pairs et des magistrats qui font appel à elles. Ce que je veux dire est que ces personnes sont en réalité très fragiles psychologiquement, il suffit de savoir l’utiliser, ce que font spontanément les pervers et amoraux de tout poil qui du coup échappent aux sanctions judiciaires quand bien même ils font subir toutes sortes d’horreurs à leur enfants, tandis que les gens honnêtes, sérieux et attentionnés envers leurs enfants ne penseront pas à le faire. Ces derniers croiront qu’il leur suffira de montrer qu’ils n’ont rien à se reprocher et tenteront de se justifier de toutes les choses sans importance dont leur interlocuteur dira devoir s’inquiéter: l’infantilisation est en place et il restera extrêmement difficile à la victime de s’en sortir sans encourir les foudres des sévices sociaux…
    Les parents corrects qui se retrouvent empêtrés dans cette gigantesque toile d’araignée devront apprendre comme vous le dites si bien à rechercher les failles de leur adversaire, ne plus leur prêter le flanc en leur racontant tout ce qu’ils croient utile à prouver leur bonne foi, mais se contenter de leur demander ce qu’ils ont et de leur demander ce que cela prouve. En arriver alors que ce n’est pas dans notre nature à poser des questions qui mettent insidieusement en lumière la stupidité et l’incohérence des propos de l’AE demande un certain entraînement et surtout une grande lucidité en apprenant à ne plus s’offusquer (ou du moins de ne pas leur montrer) de toutes les ignominies qu’ils peuvent déballer sur nous. Parvenir à parler calmement en toutes circonstances si possible avec le sourire bienveillant en face de ces personnes qui se montrent agressives pour masquer leur faiblesse est la meilleure arme des parents avec l’humour et la dérision.
    Même si les parents ont appris à traiter toute personne avec le respect dû à l’être humain ils doivent apprendre à vite jauger la personne en face, repérer ses failles et s’y engouffrer, si cela est le seul moyen qu’ils ont de protéger leurs enfants.
    Un petit plus pour les mamans si le Juge des Enfants est un homme: les hommes sont sensibles aux femmes qui mettent du rouge, un peu de rouge bien placé, un maquillage discret mais un peu glamour, une tenue correcte mais qui met juste un peu en valeur la féminité peut l’influencer favorablement…

    • Cécile dit :

      D’accord avec Lorraine, pour ce qui est du manque d’estime de soi et de la fragilité psychologique de ces travailleuses sociales, et même de ces juges : ils/elles se laissent manipuler par les pervers, c’est vrai, mille fois vrai : « dans les faits » (pour reprendre une de leurs expressions favorites) quelques affaires sont médiatisées (Outreau) pour combien d’autres cachées ?..
      Petite anecdote : la juge des enfants devant laquelle nous sommes passés n’a pas cessé, durant une grande partie de l’entretien, de triturer, plier, déplier, replier un petit post-it, en ne nous regardant JAMAIS. Elle était en outre placée légèrement au-dessus de nous, son bureau surplombant les chaises des prévenus. Lorsque je l’ai croisée un peu plus tard dans les couloirs, j’ai vu qu’elle était très PETITE 🙂 ça m’a bien plu….Je me suis dit qu’elle devait traîner de grosses casseroles personnelles, pour être aussi peu bienveillante et aussi coincée…
      Merci Lorraine pour le conseil concernant les juges hommes ; en ce qui nous concerne, si c’est toujours la même juge lors de notre prochaine audition, je mettrai peut-être un sarouel, des pataugas, un bandana dans les cheveux, des dreads, et au bec une clope en forme de pétard 😉
      Ah ! et j’amènerai un vieux chien, aussi (avec le même bandana)
      Allez savoir, ça lui plaira peut-être…

    • comitecedif dit :

      Ce sont effectivement des bons conseils, mais nous conseillons aussi de s’informer sur l’analyse transactionnelle et la PLN (programmation neuro-lingustique) afin de déjouer les manipulations mais aussi pour contrer en les utilisant.

  10. Lorraine dit :

    Cécile l’allusion au vieux chien me fait penser à Colombo, que j’adore toujours voir et revoir, et j’avoue qu’en observant bien sa façon de procéder pour continuer son enquête chez des gens qui ont du pouvoir et qui pourraient le briser ça m’a donné des idées, qui peuvent nous servir, à nous les « prévenus » qui sommes censés savoir pourquoi on nous traîne devant un tribunal alors que nos accusateurs ne le savent le plus souvent pas eux-mêmes. Après je ne conseille pas le vieil imperméable et la coiffure négligée, mais plutôt une tenue soignée, devant une juge femme qui manque de confiance en elle je dirais éviter tout ce qui peut la rendre jalouse mais ne pas oublier qu’on est avant tout jugées sur notre façon de nous habiller et de nous maquiller…
    Une pratique de méditation ou de yoga pour aider à gérer le stress et conserver toutes ses facultés, en dire le moins possible, un regard droit et un sourire un peu énigmatique ont l’art de mettre mal à l’aise, voire d’effrayer la personne en face qui ne sait pas quoi en penser.

  11. suntinger dit :

    Sachez que l on est toujours sali par plus sale que soit.elles sont payées pour faire des reunonites a longueur de journée a parler du des autres.des mal baiseesvooma ce que sont les 3quarts des travailleuses de lase

  12. souris dit :

    Mais quand allez vous denoncer cela.il serait temps de bouger en urgence.cest un crime contre l humanité ce qu elles se permettent de faire subir aux enfants rt zux familles de France.ecrivons tous aux ministères car ils sont loin de savoir ce qui se passe.

  13. cécile dit :

    Pour répondre à souris : je crois qu’au niveau des ministères, ils n’en ont « rien à battre », pour parler grossièrement. La valse des ministres en charge des affaires sociales, le démantèlement des ministères eux-mêmes avec leurs changements de noms, leurs appellations fourre-tout (ministère de la santé, des affaires sociales et des droits des femmes, enfin tout de même, vous n’allez pas me dire…) montrent à quel point tout est affaire d’apparence, de paroles et de vent….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s