Les archéologues de l’intimité

Publié: 03/12/2013 dans Expertise
Tags:, , , , , ,

Le temps détraqué des psys
La médecine s’occupant de la folie se nomme PSYCHIATRIE.
Comment marche-t-elle ?
Elle boitille et tâtonne depuis 2 siècles .
Erreurs et stagnation … toute une histoire .
Au dix-neuvième siècle, à ses tout débuts, la psychiatrie confondait épilepsie et folie. Elle a compté au rang des sources de folie : l’éducation vicieuse, la superstition , la satiété des jouissances,  les lectures érotiques, le désoeuvrement ou les excès vénériens.
Ces vieilles barbes en haut de forme et gants beurre-frais prétendaient réformer en profondeur l’Assistance Publique.
Des ganaches imbues de vérités positivistes pensant par leur science résoudre tous les problèmes. Les pouces doctement enfoncés dans les poches de leur gilet , nos psychiatres folichonnaient à la manière d’alchimistes.
Leur montre de gousset indiquait un temps détraqué…. Ils l’ignoraient mais c’était eux les déments.

L’assommoir chimique
Puis vint Freud .. Encore une vieille barbe qui s’essaya à la cocaïne. Désormais la folie se déclina commune, alcoolique, paralytique, épileptique puis névrose, psychose.
Ensuite jusque tard dans le vingtième siècle, les électrochocs ou convulsivothérapies font des ravages.
Et aujourd’hui les neuroleptiques sévissent, a défaut de soigner les maux, ils permirent le repos des personnels soignants : l’interné dormant au lieu de hurler. Vive l’assommoir chimique !
La psychiatrie mérite son titre de science exacte, en ce qu’elle est, dans sa version moderne, sœur et fille de la pharmacologie. Pour le reste comme ses cousines en sciences humaines (psychologie , psychanalyse) elle a autant de fondement scientifique que l’horoscope chinois.

La psychiatrie de prétoire
Aujourd’hui impossible de clôturer un dossier sans une batterie d’expertises psychologiques et psychiatriques, c’est dans l’air.
Depuis lors on ne s’en passe plus, et pourquoi s’en priver ? On revêt ainsi d’une apparence de vérité, d’un habit scientifique des phénomènes éminemment irrationnels, impalpables, opaques que sont le crime, la déviance, la folie.
Juste un treillis de camouflage parce que la justice (authentique pouvoir) peut s’autoriser beaucoup de choses sauf la modestie, sauf donner l’impression qu’elle n’a ni cerné ni appréhendé les raisons d’un acte.
Vénération quand tu nous tiens ….
Psychiatrie, psychanalyse, psychologie s’érigent maintenant en nouvelles déesses, en piliers d’une justice enfin rénovée .
La technocratie envahit tout les cerveaux en cancer des âmes . Chacun devient expert dans son domaine, mais dans quel domaine dans quel secteur se situe la pensée  ? Celui de la psychiatrie ? Décidément on ne se lasse plus des experts, et puisque le juge se désigne comme un expert, il doit rester un expert du doute , il a besoin d’un « zeste » de méfiance pour fonctionner.
Donc ce dernier doit aussi se garder des autorités , subodorer le déjà prêt , flairer le tout cuit . Il doit se garder de tout dogmatisme et faire preuve d’un scepticisme philosophique de bon aloi. Mais, pour finir,  ces damnés technocrates voient chaque doute comme un faux pas ou une certitude.
Eric DOLLA
Publicités
commentaires
  1. Psychiatrie : La mise sous drogues des enfants est une industrie de 4,8 milliards de dollars.
    « 20 millions de gamins et d’adolescents (1 sur 4 env.) sont étiquetés avec des “troubles mentaux” qui sont basés uniquement sur une liste récapitulative de comportements. »
    « Il n’y a pas d’examens du cerveau au scanner, pas de rayons X, pas de tests génétiques ou sanguins prouvant qu’ils sont “malades mentaux”, et pourtant ces enfants sont stigmatisés pour la vie avec des troubles psychiatriques, et on leur prescrit des drogues psychiatriques dangereuses qui mettent leur vie en danger. La mise sous drogues des enfants est une industrie de 4,8 milliards de dollars. Voici les faits sur cette industrie qui génère des milliards de dollars en étiquetant et droguant les enfants pour le profit. » (via Frederic-Grossmann)

    Le DSM-5 décrédibilisé par la main mise des dealers de psychotropes
    source: affairesfamiliales.com

  2. karpov59 dit :

    Les initiatives psychiatriques inspirées par le DSM, comme le renforcement des lois sur l’internement sous contrainte et le développement de plans de pseudo-santé mentale communautaire, nuisent à la société, tant sur le plan humain que sur le plan économique. Il en est de même des programmes de dépistage des troubles mentaux des jeunes enfants dans les écoles.

    Les partisans de l’internement et du traitement psychiatrique forcé prétendent qu’ils assurent le « droit au traitement » de l’individu. Une forte opposition relève, qu’en raison de leurs pouvoirs, les lois sur l’internement incluant le « traitement forcé » sont totalitaires.

    Ecoutons l’avis de victimes, parents ou professionnels sur le sujet:

    http://www.ccdhbretagne.org/FR/Interviews.htm

  3. Rodolphe dit :

    Excellent article a diffuser partout ou sera lu.

  4. karpov59 dit :

    Publiée le 11 nov. 2012
    Une vue de l’intérieur – Avec la psychiatrie, l’histoire se répète toujours.

    Le parcours qu’a fait la psychiatrie au cours de ses 200 années d’existence est très alarmant. On peut voir les atrocités commises tout autour de nous. Mais là où elles sont le plus visibles, c’est dans son pays d’origine: l’Allemagne.

    Le film comprend des séquences inquiétantes montrant le président de l’Association allemande de psychiatrie, de psychothérapie et de neurologie (DGPPN), le Dr Frank Schneider, confessant récemment à ses collègues que « durant la période du National Socialisme [nazisme], les psychiatres ont traité leurs semblables avec mépris. Ils ont trompé les patients dont ils avaient la charge et leurs familles. Ils les ont forcés à être stérilisés, ont organisé leur mort et les ont même tués eux-mêmes. Ils ont également tué des enfants handicapés physiques et mentaux dans plus de 30 hôpitaux psychiatriques et pédiatriques, dans le cadre de ce qu’on appelle ‘l’euthanasie infantile’ ».

    Méticuleusement documenté et fondé sur une multitude de films d’archives, L’ère de la peur fournit un calendrier complet des faits à l’origine de cette période honteuse de l’histoire et montre comment les psychiatres les plus coupables ont réussi à échapper à la justice après la guerre, se sont réintégrés dans l’Allemagne d’après-guerre et ont fait de leur idéologie raciste le fondement même de ce qui est devenu aujourd’hui la psychiatrie moderne.

  5. karpov59 dit :

    Paul Bensussan sur les expertises psychiatriques…

    Juges et Experts : le danger de la confusion des rôles

  6. karpov59 dit :

    Les « experts maisons » ont un rapport consensuel « sans fausses notes »

  7. karpov59 dit :

    Michele Agrapart – Le poids des rapports d’expertise dans les jugement.

  8. karpov59 dit :

    Expertise en affaires familiales : quand l’expert s’assoit dans le fauteuil du juge

    http://www.paulbensussan.fr/index.php/publications/56.html

  9. TERRIOU Bruno dit :

    Prise de conscience ?? la psychiatrie mais a quel prix ?! Face aux douleurs ou aux souffrances mentales ou se réfugiez ?! Qui assumera la responsabilité de ses actes ?! Surtout pas ces intouchables !!!!

    Objet : Re: Les dérives le l’autorité judiciaire – Pétition 0355/2013
    À : sp.president@senat.fr, CABINET-PM Courrier , president@assemblee-nationale.fr, greffe@conseil-constitutionnel.fr, greffe.ta-paris@juradm.fr, secretariat_tc@conseil-etat.fr, secteur-recevabilite , crpd@ohchr.org, « urgent-action@ohchr.org » , PETI Secretariat , « courdescomptes@ccomptes.fr » , CSM

    Mesdames, Messieurs,

    Il faudra bien un jour demander des comptes a ces intouchables, c’est l’argent des contribuables qui est engagé dans ces procédures qui s’enchainent dans la durée, ou cette magistrature s’attache a des propos fallacieux dénaturant la vérité pour maintenir des enfants loin de leurs parents.!!

    Des procédures très onéreuses alors que les instruments internationaux ne sont pas respectés occasionnant troubles mentaux et suicides, la France est responsable de ces exactions !!

    http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/La-protection-de-l-enfance

    Plus de 10 000 suicides chaque années, plus de 18 % de la population souffrant de troubles mentaux, des sommes également engagées pour la santé qui dépasse l’entendement !!

    la résolution 64/142 dispose entre autre :

    13. Le retrait de l’enfant à sa famille doit être considéré comme une mesure de dernier recours qui devrait être, dans la mesure du possible, temporaire et de la durée la plus courte possible. Les décisions de retrait devraient être régulièrement réexaminées et le retour de l’enfant auprès de ses parents, une fois que les problèmes à l’origine de la décision de retrait ont été résolus ou ont disparu, devrait se faire dans l’intérêt supérieur de l’enfant, conformément à l’évaluation évoquée au paragraphe 48

    16. Les frères et sœurs avec des liens avérés ne devraient en principe pas être séparés dans le cadre de la protection de remplacement, à moins qu’il existe un risque évident d’abus ou une autre justification dans l’intérêt supérieur de l’enfant. Dans tous les cas de figure, tout devrait être fait pour permettre aux frères et sœurs de garder le contact entre eux, sauf si cela va à l’encontre de leur volonté ou de leur intérêt

    66. Les États devraient garantir le droit de tout enfant faisant l’objet d’un placement temporaire au réexamen complet et régulier; de préférence au moins tous les trois mois; du caractère approprié du traitement et des soins qu’il reçoit. Ce réexamen devrait tenir compte notamment de son développement personnel et de l’évolution de ses besoins, et des faits nouveaux intervenus dans son environnement familial et viser à déterminer si, à la lumière de sa situation actuelle, ses conditions de placement sont adaptées et nécessaires.

    Cette résolution met en en porte-à-faux,les magistrats du siège qui ne respectent jamais Les États devraient garantir le droit de tout enfant faisant l’objet d’un placement temporaire au réexamen complet et régulier; de préférence au moins tous les trois mois; ( au moins ce n’est pas au plus !)

    ici au moins doit être considéré et entendu comme ( au plus juste, simplement, tout au plus)

    Alors que ces magistrats du siège vous détournerons de cette notion « au moins » en vous disant « au minimum », alors que nous relèverons plus haut qu’il est cité  » dans la mesure du possible, temporaire et de la durée la plus courte possible » encore une façon habile pour ces magistrats de détourner les lois.

    Cordialement

    Monsieur TERRIOU Bruno..

    • karpov59 dit :

      Excellent Bruno !

      Un jour les gens nerveux s’en mêleront, lassés de n’avoir pour les défendre contre les hommes sans justice qu’une justice sans équité, toujours prête à immoler le bon droit au droit légal et en proie à l’idée fixe de ménager les crapules. — (w:Courteline 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s