Une héroîne de la cause familiale contre l'ignominie de l'Etat

Irena Sendler est née en 1910 à Varsovie dans une famille catholique de la petite bourgeoisie.

Elle n’avait rien de plus ou de moins que les polonaises de son époque qui ont subies le drame de l’occupation par les nazis et les communistes.

Enfin si, Irena avait quelque chose de plus : la volonté de ne pas être spectatrice de son destin, sauver les enfants pour réunir ensuite les familles séparées. Alors elle fit de la résistance hier comme on oublie d’en faire aujourd’hui.

Mais écoutez plutôt et vous verrez que même au fond de l’enfer, les héros ne se découragent pas, ne pleurent pas sur leur sort mais agissent comme devraient le faire n’importe quel femme ou homme qui n’a pas renié son humanité pour devenir un rouage de la machine étatique.

Écoutez aussi vous qui savez et qui êtes témoins d’horreurs sans croire pouvoir changer le cours des choses, vous qui êtes fonctionnaires et  préférez plaire à vos syndicats et à votre hiérarchie plutôt que de dénoncer la logique de l’État et de ses clientélismes.

Irena Sandler avait bien compris avant beaucoup d’autres ce dont un État était capable. Les autorités d’occupation allemandes et plus largement l’État allemand avait planifié l’extermination des juifs.

Je sais que dans les livres de classe il est marqué que ce sont les nazis qui ont fait cela, mais en réalité tous les services de l’État allemand ont collaboré à ce projet et même les services de l’État français, c’est-à-dire des fonctionnaires « qui ne faisaient qu’obéir aux ordres ». Tous n’étaient peut être pas nationaux-socialistes, même si des chefs syndicaux se sont rapidement ralliés, mais tous étaient des fonctionnaires et tous pensaient bien représenter l’État et en cela on ne saurait les démentir puisque Hitler est arrivé démocratiquement au pouvoir, que les députés issus du front populaire ont donné les pleins pouvoirs à Pétain, tout à fait régulièrement.

Ces vérités sont politiquement incorrectes en nos temps d’idolâtrie de l’État, mais elles n’en demeurent pas moins des vérités et Irena Sendler savait qu’un État avait pour dessein de perpétrer un génocide.

Pas un parti tout seul, non un État.

Irena Sendler allait donc se battre pour sauver des enfants contre un État, et elle va le faire au fond de l’enfer comme je le disais. Elle va s’exposer dans le pire des endroit : le Ghetto de Varsovie. Ce ghetto qui sera anéanti et dont toute la population sera massacrée, cet abattoir à ciel ouvert.

Pour entrer et travailler dans le Ghetto de Varsovie, elle a dû d’abord s’engager au bureau d’aide sociale de Varsovie. Mais évidemment les fonctionnaires de l’aide sociale devaient obéir à des ordres inhumains, Irena entrera donc dans un réseau d’aide clandestine et se fera plombier-serrurier.

Elle s’achètera un camion, un gentil molosse, une grosse boîte à outils et un grand  sac bien solide.

Aux points de contrôle à l’entrée et à la sortie du Ghetto de Varsovie, les soldats de l’État allemand voulaient vérifier le camion, c’est alors que le molosse se mettait à aboyer. Ils ne vérifiaient donc que de loin et heureusement car Irena pu ainsi sauver 2 500 enfants en sortant du Ghetto, un petit pouvait se glisser dans la boîte à outils presque vide, un plus grand dans le sac et le molosse couvrait les bruits que pouvaient faire les enfants.

Irena notera aussi tous les noms des enfants qu’elle pu sauver. Elle placera cette liste dans un vase qu’elle enterrera dans son jardin. Cette précaution essentielle permettra aux enfants, dont beaucoup se retrouvèrent orphelins après la guerre, de retrouver leur famille dans la diaspora, aux États-Unis et ailleurs.

Oui Irena a sauvé 2 500 enfants de l’extermination par les fonctionnaires de l’État allemand et ceux des pays satellites. Elle a fait tout  ce qu’elle pouvait pour qu’ils ne terminent pas dans des orphelinats une fois  sauvés, mais qu’ils retrouvent la chaleur d’un foyer familial, même éloigné.
Elle n’a pas voulu non plus que leur avenir soit gâché comme l’est aujourd’hui  l’avenir de tant de nos enfants.

Irena le paiera de sa personne, elle sera arrêtée par des  fonctionnaires allemands  de la Gestapo  (Geheime Staatspolizei, soit police secrète d’État) qui vont la torturer  atrocement, lui briser les bras et les jambes.

Mais Irena, condamnée à mort par l’État, ne donnera personne  et s’évadera en arrosant quelques fonctionnaires.

Après la guerre, ce sera elle qui permettra que les familles se  retouvent, elle s’occupera aussi, pour ceux qui restèrent définitivement seuls dans la vie, de trouver des familles d’accueil. Et quelque chose me dit que  ces familles là se sont attachées à ces enfants, vous savez de ces familles  d’accueil comme celles de la petite Cindy.

C’est qu’Irena travaillera vraiment  au bonheur des enfants, cela sans rien demander à personne sans jamais se  plaindre.

Irena est morte à Varsovie le 12 mai 2008, elle aurait pu  recevoir de son vivant le prix Nobel de la Paix que le Président Polonais Lech  Kaczynski avait demandé pour elle en 2007 après l’avoir élevé au rang d’héroïne  nationale polonaise. Mais c’est un homme de l’État qui l’a reçu, un certain Al Gore pour un reportage bidonné et diffusé à vos enfants dans toutes les écoles et qui  s’appelle « une vérité qui dérange ». La vérité qui nous dérange c’est que vous connaissez Al Gore, mais que vous n’avez certainement jamais entendu parler d’Irena Sandler.

Mais dans nos temps présents où, toutes proportions gardées,  des fonctionnaires saccagent nos familles, il faudra penser à la leçon que nous a donné d’Irena, il ne serait d’ailleurs pas impossible qu’un de nos comités porte son nom !

Xavier Collet

About these ads
commentaires
  1. Une grande dame. Respect…

    • André dit :

      Effectivement, cette grande Dame, mérite bien que l’on parle d’elle et de son héroisme…
      Comme bon nombre de gens qui pendant la 2eme guerre mondiale ont donné leur vie pour sauver celle des autres…………

      André de Marseille.

  2. Cette personne — très vulnérable, mais énormément puissante quand on doit sauver un enfant — mérite d’être vénérer comme une sainte. C’est l’Eglise, évidemment, qui le doit regarder de près.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s